AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 


 

C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Auteur
Message
Messages : 45
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 21

Feuille de personnage
Statut du Sang: Né-Moldu
Baguette Magique: Bois de cerisier, crin de licorne, 29 cm.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Terry Boot
Serdaigle
MessageSujet: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Lun 5 Nov - 19:21

"C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque !"
11 Septembre 1994


Terry s'était rendu, à la surprise générale, à la Bibliothèque, pour une nouvelle séance de recherche intensive, à parcourir les rayons poussiéreux du centre de documentation, lisant les côtes des épais ouvrages furtivement, à la recherche du traité qui l'aiderait dans son travail. Il était presque impatient, au fond de lui-même, de se plonger une nouvelle fois, avec cette fois-ci de réelles raisons pour se lancer dans des lectures ennuyeuses pour la plupart des élèves.

Lorsqu'il entra silencieusement dans la salle calfeutrée, où l'atmosphère lourde et pesante d'un chauffage tiède écrasait les vaillants et courageux élèves, assidus dans leur planning de devoirs à rendre, Madame Pince observa le nouvel arrivant, épiant le Serdaigle qui, comme à son habitude, menaçait de se casser sous le poids insistant de son sac à bandoulière, qui craquait presque sous le volume imposant des nombreux ouvrages qu'il transportait, en plus de ses rouleaux de parchemin ou ses flacons d'encre. A son grand étonnement, qu'il ne put dissimuler sur son visage, Terry jura voir un sourire s'étirer sur le visage aigri de la bibliothécaire. Enfin, un sourire ! On aurait plutôt dit qu'elle grimaçait grossièrement, ou bien qu'elle gémissait sous l'effet d'une quelconque douleur.

Terry sentit ses joues s'empourprer, envahissant sons visage d'une chaleur insoutenable. Terry plaqua ses deux mains sur ses joues cuisantes, tentant vainement de calmer l'ardeur faciale qui le faisait ressembler littéralement à une tomate ambulante. Il n'avait toujours pas, après plusieurs années, réussi à dompter ses émotions, qui s'animaient à chaque éloge du Serdaigle, à chaque commentaire mélioratif sur son travail rigoureux, consciencieux et structuré. Il s'engouffra dans les couloirs sombres et poussiéreux, à la recherche d'un ouvrage qui pourrait bien l'aider pour les devoirs qu'il devait rapidement boucler, s'il ne voulait pas perdre du temps pour les révisions, que Terry n'épargnerait pour rien au monde.

Il fit sa rapide visite habituelle dans rayons surchargés, deux livres glissés sous les bras. Cependant, il fut rapidement résolu à lancer un sort dans la Bibliothèque même, faisant léviter une pile de livres harassante juste derrière lui. Lorsqu'enfin il fut certain de disposer de tous les ouvrages dont il aurait besoin, le Né-Moldu s'installa sur une table déserte, destinée normalement à deux élèves. Seulement, lorsque vous travaillez davantage, comme Terry, et que votre figure même était dissimulée derrière une pile d'ouvrages, il était sans doute toléré qu'un élève, aussi sérieux et rigoureux soit-il, ait le droit de s'établir, pour étudier, avec autant de place que prendraient deux élèves dits ... normaux.

Penché sur un rouleau de parchemin vierge, mouillant l'extrémité de sa plume d'oie dans son flacon d'Encre Auto-Changeante, Terry entama, en alignant une écriture régulière et soignée, son devoir d'Histoire de la Magique. Le devoir étai fastidieux, à première vue. Après tout, établir une réflexion sur l'évolution du statut social des créatures aquatiques du Moyen-Âge à nos jours n'était pas une partie de plaisir, même pour un élève comme Terry. Il nécessitait un temps investi sans retenue, qu'on devait être en état de sacrifier, sans compter, pour présenter le meilleur travail possible. Enfin, c'était l'avis de Terry.

Aussi, il avait achevé sa péroraison, lorsqu'il vit que le papier s'était momentanément assombrit, bien qu'il fut éclairé par une lampe allumée, à deux mètres du corps frêle fondu sur le bureau. Le Serdaigle eut enfin la sensation étrange de se sentir observé, voire espionné. Seulement, l'élève curieux n'avait pas été très discret. S'autorisant une courte pause, il se redressa, et se tourna sur sa chaise, impatient de voir qui était la personne qui l'avait tiré de son travail, troublant sa concentration.

Terry ne pouvait qu'être déconcerté, devant l'élève qui l'observait toujours, sans aucune gêne.

Intimidé, Terry demanda simplement, bégayant :

"Je ... Je peux t'aider ?"

Il crut voir s'étirer un sourire sur le visage de son interlocuteur, apparemment mêlé de satisfaction et d'impatience.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Terry Boot
Quatrième Année
Serdaigle
"Il n'existe aucune homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent"
Messages : 72
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Salle Commune de Serpentard

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d
Allégeance: Neutre, pas de camp défini
avatar
Blaise Zabini
Serpentard
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Mar 6 Nov - 12:54


    Il était tôt. Très tôt. Même pour un matin de cours, il était trop tôt pour Blaise. Et malheureusement pour lui, c'était Dimanche. Et il était obligé de s'extirper de son lit douillet sous les assauts répétés du polochon de Draco qui s'abattait sur son pauvre crâne. Ce n'est pas comme s'il n'avait pas été prévenu puisqu'ils en avaient longuement conversé la veille.

    Le lendemain, le lundi donc, Blaise devrait, comme tous les quatrièmes années de Gryffondor et Serpentard, rendre un devoir complet de métamorphose sur la métamorphose humaine partielle. Ce devoir était une tuile. Vraiment. Blaise avait horreur de cette matière et même s'ils avaient eu deux semaines pour le rédiger, il n'avait toujours rien fait.

    Il avait protesté en vain auprès de son meilleur ami pour qu'il l'aide à le faire lundi matin avant le vol, mais Draco était resté intraitable. Blaise devait prendre ses responsabilités et faire lui même ses devoirs ! Et quoi de mieux qu'une matinée à la bibliothèque un dimanche au temps magnifique, à s'enfermer avec de la poussière, des vieux bouquins et une bibliothécaire frigide ? Apparemment rien selon Draco, dans sa situation.

    C'est donc maugréant, à jeun -ce qui était en soit une très mauvaise idée mais il n'avait pas le choix, il était trop tôt pour le petit déjeuner- que Blaise finit par sortir de son lit, une mine bougon peinte sur son beau visage chocolat aux lèvres charnus qui lui donnait un air enfantin malgré sa corpulence massive. Il envoya balader sa couette et ses multiples oreillers pour parvenir à sortir du baldaquin douillet.

    Il envoya un regard noir à Draco qui ricanait depuis son lit et passa par la salle de bain du dortoir pour s'habiller rapidement. Il ne prit pas la peine de rentrer sa chemise dans son pantalon et encore moins de nouer sa cravate qui pendait lâchement à son cou, le noeud béant ceignant à peine le col blanc du vêtement. Il enfila une paire de chaussures et attrapa son sac à moitié vide, comportant l'unique nécessaire pour un devoir de métamorphose : plume, encre, parchemin, corde et tabouret.

    Blaise finit donc par sortir du dortoir sans un mot aimable et de multiples gesticulations obscènes à l'encontre d'un Draco plié en quatre de rire. Arpentant les cachots d'un pas morne, le visage morose, il fit un détour par les sous-sols pour trouver la cuisine et récupérer quelques victuailles. Il engloutit sur le chemin quelques croissants au beurre et en garda trois dans son sac pour plus tard.

    Enfin il sortit par la petite porte des cachots pour traverser le hall en direction des escaliers. Il se dirigea à pas lents vers la bibliothèque au quatrième étage. Lorsqu'il arriva sur le perron, il bifurqua à gauche pour s'engouffrer après un bref couloir, dans la pièce maudite.

    Tout était rempli de livres. Ca lui donnait presque la nausée. Blaise traversa la large pièce ronde où on trouvait exclusivement des portants couverts de vieux bouquins et le bureau de cette vieille toupie de Pince, pour s'introduire dans une pièce de travail un peu à droite, vers le rayon métamorphose. Contre toute attente, un élève était déjà là, sur une table pour deux croulant sous le poids des livres qui y étaient empilés.

    Blaise, intrigué par cet élève dont il ne voyait qu'une touffe de cheveux bruns qui dépassait péniblement de la pile d'ouvrages, s'approcha, laissant tomber son sac sur la table qui s'ébranla un peu sous la force du métis. Il tira la chaise et sortit un croissant qu'il enfourna dans son énorme bouche avant de le mastiquer avec soin. Il observa un instant le brun qui était un Serdaigle qu'il connaissait de nom comme étant Terry Boot.

    Ce mec était un malade. Il avait la réputation de passer plus de temps à la bibliothèque que n'importe où ailleurs. Il travaillait avec acharnement et la rumeur disait qu'il voulait un jour détrôné Granger de son piédestal de Miss-Je-Sais-Tout. Blaise ricana un peu en le voyant noircir compulsivement un parchemin de ses lettres petites et serrées.

    Puis, au bout de quelques instants, il releva la tête. Blaise qui mâchait toujours sa pâtisserie échangea un regard avec lui qui semblait peu heureux d'être dérangé. Mais qu'importe, Draco ne l'appelait pas "le pire des sans gêne" pour rien ! Bien décidé à élucider le mystère Boot, il ne bougerait pas.

    Le Serdaigle finit par lui demander s'il pouvait l'aider. Tiens donc, il avait une langue la machine à écrire ? Blaise laissa glisser un rictus sur son visage chocolat, étirant ses lèvres charnues couvertes de miettes dorées. Il n'avait pas fini de s'amuser !

    "Hey maintenant que t'en cause, ouaip, je crois bien que tu peux m'aider. Tu es Boot, c'est ça ? Le Serdaigle qui voulait être Miss-Je-Sais-Tout à la place de Granger, hun ? Intéressant, je suis heureux de te rencontrer ! Moi c'est Blaise Zabini, mais appelle moi Blaise !"


    Le métis tendit au garçon brun une main décidée bien qu'un peu graissée par les croissants qu'il attendit que Boot serre avec aplomb. Puis il se pencha ostensiblement sur lui et attrapa son parchemin, laissant une tâche de gras sur la marge là où il posa son pouce. Il parcourut rapidement les petites lignes en plissant les yeux et devina le fameux devoir d'Histoire de la Magie sur le statut des créatures magiques qu'il avait fini le soir même du cours où Binns leur avait donné.

    "Hey pas mal Boot ! C'est pas mal du tout. Personnellement je trouve ça un peu plat et fade, ton style n'est pas transcendant, mais niveau infos, tout y est. Ou presque, mais je ne vais pas te livrer tous mes secrets, hun ?"


    Blaise éclata de rire et reposa le parchemin devant son possesseur qui semblait complètement décontenancé. Pas de doute, cette matinée allait se révéler plus intéressante que prévue. Mais pas sur que son devoir avance réellement maintenant qu'il avait trouvé quelque chose d'exaltant à faire !

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 45
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 21

Feuille de personnage
Statut du Sang: Né-Moldu
Baguette Magique: Bois de cerisier, crin de licorne, 29 cm.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Terry Boot
Serdaigle
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Lun 19 Nov - 20:18


Une masse sombre s'abattit sur la chaise, en face du Serdaigle courbé sur son rouleau de parchemin. Le Serdaigle ne put s'empêcher, d'ailleurs, de retirer brusquement sa plume mouillée du liquide noir, alors qu'un fracas lourd et bruyant éclatait devant lui, semant un léger trouble vibratoire sur la table, alors que les livres finissaient leur légère chute, affolée. Alors que Terry corrigeait la rature qu'il ne voulait laisser apparaître sur son travail, toujours perfectible, il tapota frénétiquement le papier, usant de sa magie pour effacer la ligne laide, unique tare repérable dans l'immensité sombre et penchée, écriture de l'élève rigoureux.

Terry leva machinalement ses yeux, peu surpris. Des blagues comme celle-ci, on n'arrêtait pas de lui en faire, et tout ça uniquement pour l'empêcher de travailler. Ca passait par la Bombabouse, un maléfice ou encore une pile de livres déferlante sur la table. C'était un quotidien mouvementé, certes, mais bien frustrant à la longue. Sans réellement être surpris en voyant l'accessoire vert, pendant pitoyablement autour du cou large et noir de son interlocuteur bruyant et imposant, Terry sentait tout de même une certaine appréhension naître en lui, comme s'il eût senti la menace arriver. Bien qu'il ne fût que sept heures, un élève ambitieux, aux desseins controversés et mauvais, pouvait toujours faire des siennes, au risque de déranger un élève travailleur, dans les heures qu'il qualifiait de creuses et de paisibles.

C'est seulement après un long moment d'observation qu'il reconnut Blaise Zabini, l'éternel acolyte de Malfoy. Ces deux là étaient inséparables, tant il les voyait ensemble. Et, Terry connaissait aussi le comportement du métis, qui paraissait affirmer son entière exubérance, et qu'il osait tout, avec tout le monde, sur tous les sujets. D'ailleurs, il ne pouvait le cacher, son unique présence, silencieuse jusqu'à présent, le troublait, au point de sentir naître, dans le creux de ses joues, la vague ardente d'une rougeur impérieuse.

Il porta son attention une nouvelle fois sur la page à moitié remplie devant lui, alors qu'il entendait le Serpentard avaler avidement un croissant devant lui. Ses bruits de mastication, bien loin d'indiquer que le grand black mangeait bruyamment, le bouleversait davantage. Enfin, sa voix rauque vibra, s'exclamant :

"Hey maintenant que t'en cause, ouaip, je crois bien que tu peux m'aider. Tu es Boot, c'est ça ? Le Serdaigle qui voulait être Miss-Je-Sais-Tout à la place de Granger, hun ? Intéressant, je suis heureux de te rencontrer ! Moi c'est Blaise Zabini, mais appelle moi Blaise !"

Terry se redressa, comme s'il s'agissait d'un réflexe, mêlé par une surprise et une outrance figée sur son visage qui était devenu livide. Il serra la main tendue devant lui, sans réellement forcer l'anatomie étrangère sous ses doigts, rêveur et perdu. Il n'était pas habitué qu'un élève, qui n'exprimait aucune gêne, ose ainsi présenter son avis d'une personne qu'il méconnaissait encore, et qu'il abordait de la manière la plus crue. A tous les coups, Blaise devait manquer cruellement de tact, c'était certain. Presque choqué, Terry comprit ainsi qu'il défiait toutes les règles de la bienséance, se démarquant nettement des autres élèves, plus commodes et banaux.

Et puis, il avait réellement toucher un point sensible du Serdaigle, qui n'avait jamais pu refouler son ambition profonde de connaître, lui aussi, au même prix, les compliments fondés et partagés de ses professeurs, comme la Miss-Je-Sais-Tout y parvenait. Non pas qu'il était jaloux, et envieux. Terry n'oserait pas espérer battre douloureusement Hermione Granger, bien qu'il désirait connaître une pareille admiration de ses autres camarades. Il préférait notamment parler d'une émulation scolaire, de bonne guerre, qu'il établissait, à l'amiable, entre eux.

Il resta planté ainsi, pâle comme un cachet d'aspirine, n'osant ni bouger ni même répliquer. Ca ne servirait à rien : il n'accepterait jamais ce qu'il dirait. Il croyait, d'ailleurs, voire un sourire, faible et narquois, naître sur son visage, autour d'une bouche aux reflets dorés.

Il continua, ne laissant presque aucun répit à sa proie, vulnérable et inoffensive :

"Hey pas mal Boot ! C'est pas mal du tout. Personnellement je trouve ça un peu plat et fade, ton style n'est pas transcendant, mais niveau infos, tout y est. Ou presque, mais je ne vais pas te livrer tous mes secrets, hun ?"

Il tenait sa copie entre ses mains puissantes, particulièrement viriles et taillées. Terry ne s'était même pas rendu compte, en toute franchise, tant absorbé par le comportement inhabituel de son interlocuteur. Quelque chose l'attirait, bien qu'il ne sache réellement quoi. C'était presque ... magique, en fait.

Il reposa la feuille devant le Serdaigle, qui ne tarda pas à remarquer la tâche de graisse qui figurait sur la marge, lieu où il avait effleuré le papier encore exempt de toute saleté. Il tapota une deuxième fois sur la marge vierge, prélevant la légère ombre grasse, réussissant tous ses sortilèges qui lui permettaient de soigner, avec un souci particulier, toutes ses copies.

Il replongea dans la copie de son long devoir, alignant enfin les mots suivants de sa phrase, pressé de passer à un autre labeur qui l'attendait sur sa fameuse liste personnelle. Cependant, une idée germa dans sa tête, et il ne put s'empêcher de demander à son interlocuteur :

"Mais, à mon avis, un grand gaillard ne se tire pas de son profond sommeil pour simplement faire la causette dans la Bibliothèque, si ?"

Il sourit quelques secondes, puis repris par son naturel, il se dissimula derrière la pile de livres, rougissant. Même s'adresser à un semi-inconnu relevait de l'exploit, et du plus titanesque des efforts.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Terry Boot
Quatrième Année
Serdaigle
"Il n'existe aucune homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent"
Messages : 72
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Salle Commune de Serpentard

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d
Allégeance: Neutre, pas de camp défini
avatar
Blaise Zabini
Serpentard
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Mar 20 Nov - 19:39


    Blaise se redressa sur sa chaise. Le Serdaigle chétif en face de lui avait récupéré son parchemin et l'avait tapoté pour retirer les taches qu'il avait fait avec ses doigts gras. Sans un bruit, il s'était remis à écrire sans lui répondre pendant un moment. Blaise le jaugeait en silence, attendant une réaction quelconque.

    Terry Boot s'était empourpré. Il semblait perturbé par l'absence totale de gène manifeste du métis et était surement peu habitué à se faire aborder ainsi. Blaise aimait à voir le trouble qu'il provoquait chez les gens. Dommage que le Serdaigle soit du genre petit intello coincé, sinon, Blaise aurait sans doute tenter sa chance.

    La réponse qu'il voulait se fit attendre et après lui avoir serré la main et continuer un moment de compléter son devoir, Boot finit par lui faire à nouveau face pour lui demander d'une voix tremblante mais affirmée ce qui le tirait de son sommeil si tôt le matin. C'était une excellente question. Du moins, cette question plaisait à Blaise.

    Il sourit tranquillement et prit le temps de réfléchir, plus pour continuer à mettre mal à l'aise le brun en ménageant ses effets, car au final, il savait pertinemment ce qu'il allait répondre. De toute façon, il était si peu habitué à la bibliothèque que sa présence était un peu intrusive dans l'univers assidu des études et des vieux bouquins.

    "Et bien rien de bien fascinant mon petit Boot. Une saloperie de devoir de Métamorphose pour lundi. Drake m'a forcé à me lever pour ne pas que ça impacte sur nos entraînements et que j'arrête de bosser la nuit pour rattraper mon retard en cours. Boarf, ça me fait chier mais d'une force ... Dire que les gens dans ton genre passent plus de temps à la bibliothèque que dans leur chambre ... Moi je suis plutôt du genre dormeur que bosseur ... Enfin, dormeur, je suis un adepte de tout ce qui se passe dans un lit, va-t-on dire ! Héhé. "


    Blaise inspira profondément une fois, deux fois puis regarda autour de lui. Les piles de livres qui montaient jusqu'au plafond lui donnait la nausée. Il attrapa dans son sac le deuxième croissant qu'il avait récupéré et mordit dedans furieusement.

    "Mais je dois t'avouer que c'est plus marrant de parler avec toi, Boot, que de me mettre au taf'. Je suis sur que c'est passionnant de creuser derrière cette carapace de rat de bibliothèque frigide et coincé ! Je suis sur que tu as tes sombres secrets, tes mystères, tes catacombes. Et je serais ravi de les visiter ... Psychiquement, j'veux dire !"


    Blaise se pencha sur Terry et le scruta, à quelques centimètres de lui, le torse sur la table, étalant les affaires du bleu et bronze un peu partout. Il voyait qu'il le stressait encore plus de cette façon. Le Serdaigle devait redouter le contact plus encore qu'un Effort Exceptionnel à un devoir ! L'air malicieux, il ajouta :

    "Alors Boot, vas y, révèle moi tes plus noirs secrets ! Je suis persuadé que tu as fais des choses ... hun étonnantes, dirais-je ? Allez, avoue tout !"


    Il l'observait de ses yeux globuleux, ses lèvres pulpeuses entrouvertes, une sorte d'intérêt malsain dans le regard. A ce train, Blaise allait continuer à bien s'amuser avec le brun timide. Surtout s'il parvenait à l'oppresser suffisamment pour qu'il se livre à lui. Après tout, c'était bien le genre de type qui ne tenait pas la pression !

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 45
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 21

Feuille de personnage
Statut du Sang: Né-Moldu
Baguette Magique: Bois de cerisier, crin de licorne, 29 cm.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Terry Boot
Serdaigle
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Dim 2 Déc - 11:18



Terry s'était résolu à poursuivre son devoir, qu'importe le comportement du métis, assis en face de lui, un esprit malicieux camouflé par ses yeux. Après tout, il était là pour travailler, et avancer dans son programme de devoirs et de révisions. C'était qu'il ne pouvait s'autoriser que très rarement une pause confortable, plus cool que d'habitude, et il percevait Blaise comme un obstacle, un motif irréfutable d'un retard qu'il devrait rattraper lors d'une nouvelle nuit de veille, penché au-dessus de ses notes et des cours ses devoirs.

Il enchaînait de petits gestes vifs, millimétrés, comme il avait l'habitude de faire, remplissant le rouleau de parchemin qui noircissait au fur et à mesure. Les yeux rivés sur l'écriture fine et penchée, régulière et appliquée, Terry essayait vainement d'ignorer son interlocuteur, dont le regard observateur pinçait, par son intensité, l'épiderme facial du Serdaigle. Gêné d'être ainsi scruté, il se focalisa sur son devoir, ce qu'il put faire seulement pendant quelques minutes.

Une force invisible, impérieuse et dominatrice, poussait le Serdaigle à lever régulièrement ses yeux vers le métis, assis en face de lui. Pour quelles raisons ? Il l'ignorait. Seulement, se retardant dans son travail prémédité, Terry se frustrait intérieurement d'être ainsi influencé par un inconnu, qu'il méconnaissait encore, alors qu'il d'un naturel impassible aux circonstances extérieures, une fois qu'il était plongé dans la masse croulante de recherches, de devoirs ou de révisions.

Il répondit à la question timide que le Serdaigle lui avait posé en toute innocence :

"Et bien rien de bien fascinant mon petit Boot. Une saloperie de devoir de Métamorphose pour lundi. Drake m'a forcé à me lever pour ne pas que ça impacte sur nos entraînements et que j'arrête de bosser la nuit pour rattraper mon retard en cours. Boarf, ça me fait chier mais d'une force ... Dire que les gens dans ton genre passent plus de temps à la bibliothèque que dans leur chambre ... Moi je suis plutôt du genre dormeur que bosseur ... Enfin, dormeur, je suis un adepte de tout ce qui se passe dans un lit, va-t-on dire ! Héhé. "

Le Serdaigle écarquilla ses yeux, choqués. Avait-il bien entendu ? Ses sens le trompaient-ils ? Rougissant, il tenta de garder son calme, inspirant convulsivement à plusieurs reprises. Il n'avait pas l'habitude que des élèves présentent des allusions sexuelles, aussi implicites soient-elles, et en entendre le prodiguait toujours la même réaction : un malaise persistant, troublé par les paroles crues et déplacées.

Fébrile, Terry resta muet, sachant pertinemment que le Serpentard avait détecté son comportement plus fragile. Aussi, alors qu'il mastiquait avidement et bruyamment un autre croissant, qu'il avait extirpé de son sac, il ajouta, la bouche pleine :

"Mais je dois t'avouer que c'est plus marrant de parler avec toi, Boot, que de me mettre au taf'. Je suis sur que c'est passionnant de creuser derrière cette carapace de rat de bibliothèque frigide et coincé ! Je suis sur que tu as tes sombres secrets, tes mystères, tes catacombes. Et je serais ravi de les visiter ... Psychiquement, j'veux dire !"

Terry ne savait pas s'il devait être flatté de la révélation, tant il était encore bouleversé par l'allusion sexuelle que Blaise avait laissé dans sa réplique. Sentant ses joues s'empourprer davantage, Terry fixa un point fictif sur son rouleau de parchemin, toujours mal à l'aise.

Il était tiraillé entre un bon sens auquel il était attaché, et aussi par cette force inconnue qui le poussait vers Blaise. Il ne savait si c'était son regard embaumé, son regard insistant ou bien sa prestance exemptée de toute gêne, mais le Serdaigle se sentait invité à annoncer l'un des secrets les plus horribles de toute sa vie, dont il avait éperdument honte.

Et puis, Blaise décida de prendre les rennes, en quelque sorte, en se rapprochant de très près du Serdaigle, frôlant sa sphère intime. Se soutenant sur la table, délestée par la charge énorme des nombreux ouvrages qui s'étaient effondrés en un fracas terrible, Blaise prononça, alors que un "Chuuuuuut" transcendant de Madame Pince provenait d'une coin de la Bibliothèque, à quelques rayons de là. Contractant un regard des plus malicieux, Blaise reprit :

"Alors Boot, vas y, révèle moi tes plus noirs secrets ! Je suis persuadé que tu as fais des choses ... hun étonnantes, dirais-je ? Allez, avoue tout !"

Tout tremblant, Terry essayait vainement de calmer les secousses nombreuses qui déchiraient son corps frêle. Aussi, rougissant, il regarda à droite et à gauche, vérifiant qu'aucun élève n'était aux alentours. Puis, il ouvrit la bouche, commençant :

"Je ... Euh ..."

Sa voix se serra, tant il avait honte de ce qu'il allait avouer. Aussi, il prit un nouveau rouleau de parchemin, griffonna anxieusement :

"J'ai déjà gratté une heure de cours".

Il tourna son regard, n'osant plus regarder son interlocuteur. Aussi, il ferma les yeux, lorsqu'il comprit que Blaise lisait le papier d'aveu, attendant son châtiment ...


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Terry Boot
Quatrième Année
Serdaigle
"Il n'existe aucune homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent"
Messages : 72
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Salle Commune de Serpentard

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d
Allégeance: Neutre, pas de camp défini
avatar
Blaise Zabini
Serpentard
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Mar 11 Déc - 5:20


    Lorsque Boot se mit frénétiquement à gratter un parchemin après avoir baisser les yeux, les joues rougissantes, Blaise sut qu'il avait gagné. Il ne comprenait pas forcément ce pouvoir qu'il avait sur les gens, à les pousser à se confier ou à faire globalement ce qu'il voulait. Etait-ce de la peur ? Impressionnait-il tellement les autres qui les poussait ainsi à se livrer ? Ou plutôt une sorte de magnétisme qui naissait de sa personnalité atypique ? Il n'aurait su le dire.

    Blaise attrapa le parchemin avec un sourire éclatant de satisfaction sur ses lèvres chocolat. L'écriture fine et serrée dévoila donc le plus sombre secret de Boot. Le métis haussa d'abord un sourcil dubitatif en cherchant à croiser le regard du brun. Mais il restait indubitablement fixé sur son devoir, apparemment honteux. S'en fut trop pour Blaise qui éclata d'un rire tonitruant qui lui valut une sévère remontrance de la part de la bibliothécaire.

    Mais ça en valait largement la peine. Boot était un garçon surprenant vraiment. Ainsi donc ce dont il avait le plus honte, c'était d'avoir sécher une heure de cours. A bien y réfléchir, Blaise n'était pas seulement amusé mais également surpris. C'était donc là ce qui était le plus honteux dans sa vie ? Soit ils n'avaient pas le même sens pour ce mot, soit alors Blaise pouvait directement rentrer au panthéon des élèves les plus désobéissant.

    Finalement, il parvint à capter son regard. La malice qui glissait dans les siens était contagieuse mais pas assez pour aider le Serdaigle à se détendre. Apparemment il se sentait très gêné par cet aveu, ce qui menaça Blaise d'éclater à nouveau de rire. Décidément, il avait vraiment bien fait d'écouter Draco et de se lever pour aller à la bibliothèque. Rarement son passage dans cette pièce c'était montré aussi distrayant.

    "Non Boot t'es sérieux ? C'est ça le truc dont tu as le plus honte ? Ton plus noir secret ? Ce qui t'empêcherait de dormir à la nuit tombée ?"


    Blaise reprit son souffle car rire en silence était plus difficile qu'il n'y paraissait. Lui qui s'attendait à une révélation, il avouait qui ne s'était pas du tout attendu à cela. C'était à la fois touchant et attendrissant, et parfaitement navrant. Qui n'avait jamais sécher un cours, sérieusement ? Même à Granger, ça devait lui être arrivé !

    "Ahahahah tu me tues Boot sérieusement, tu es vraiment unique dans ton genre. Je m'attendais plus à "j'ai déjà tenté de préparer un poison pour Granger" ou bien "je me suis masturbée sur un article de l'encyclopédie de métamorphose" ! Tu es vraiment fascinant comme garçon !"


    C'était incroyable de réaliser ce qui parvenait à troubler à ce point le Serdaigle. Comment pouvait-on prendre autant au sérieux les cours à Poudlard ? Certains étaient des plaisanteries, et même si Blaise avait de sérieuses ambitions pour l'avenir, il ne s'était jamais réellement foulé au travail et ça avait toujours suffit pour décrocher ses examens.

    "Et sinon dans la vie, tu fais d'autres trucs à part, je veux dire, tu vois ?"


    Il désigna l'épais tas de livres et le long parchemin rédigé avec soin. Menaçant de rire à nouveau, il observa simplement en silence le brun qui semblait commencer à dérougir. Vautré sur sa chaise, Blaise attendait la réaction du bleu et bronze avec une impatiente non négligeable.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 45
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 21

Feuille de personnage
Statut du Sang: Né-Moldu
Baguette Magique: Bois de cerisier, crin de licorne, 29 cm.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Terry Boot
Serdaigle
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Mar 25 Déc - 19:20



En étant presque contraint, par le métis au corps imposant, de confier l'un de ses plus profonds secrets, Terry ne s'était pas attendu à susciter, chez le Serpentard, autant de sentiments. D'autant plus qu'il avait espéré une compassion partagée, ou, au pire, une indifférence. Seulement, Blaise ne put s'empêcher de lâcher, en une cascades infernale de rires caverneux et rauques. Oh non, il était bien loin d'avoir imaginer une telle réaction, après un aveu de ce poids ...

Car pourtant, Terry avait l'impression de confier l'un de ses plus terribles actes, qu'il figurait, dans son esprit, comme punissable et méprisé. Jamais il n'avait tenu à sécher une heure de cours, jamais. Pas même contre de l'argent.

Il sentit ses joues s'empourprer davantage, alors qu'il regardait toujours les yeux flamboyants du métis, mi-clos sous l'influence de la conjugaison des plusieurs muscles de son visage, étirés de telle sorte que ses dents blanches contrastaient, d'une manière flagrante et éclatante, avec sa peau mate. Terry se redressa nerveusement, raide et crispé sur sa chaise. Ses mains, dans leur tic habituel, s'attardaient sur la paume supérieure de leur concubine, s'affairant à démanger les énormes plaques d'eczéma qui apparaissaient, annexant les avant-bras du Serdaigle.

Puis, comme si Blaise voulait apporter un coup supplémentaire au Serdaigle complètement ahuri, le Serpentard ajouta :

"Non Boot t'es sérieux ? C'est ça le truc dont tu as le plus honte ? Ton plus noir secret ? Ce qui t'empêcherait de dormir à la nuit tombée ?"

Navré, Terry laissa ses yeux s'attarder sur son devoir, comme impuissant face à la réalité. C'était pourtant bel et bien son plus sombre secret : que Blaise soit ainsi surpris était un fait, certes, mais il ne permettait pas à Terry d'inventer une autre révélation honteuse, un mensonge.

Il releva seulement son regard, lorsque Blaise reprit la parole, se doutant toujours pas dans quelle situation il traînait son interlocuteur, piteusement abaissé :

"Ahahahah tu me tues Boot sérieusement, tu es vraiment unique dans ton genre. Je m'attendais plus à "j'ai déjà tenté de préparer un poison pour Granger" ou bien "je me suis masturbée sur un article de l'encyclopédie de métamorphose" ! Tu es vraiment fascinant comme garçon !"

Terry eut avant tout l'envie de sourire, naïvement. Seulement, il se rendit rapidement compte qu'il ne s'agissait pas réellement d'un compliment. Non, c'était même l'effet inverse qu'avait dégagé Blaise : le Serdaigle agissait tel un cas désespéré. C'était l'unique signification, assurément.

En son for intérieur, Terry se sentait blessé, meurtri. Personnellement, il comprenait qu'il était différent, se démarquant, par son attachement presque obsessionnel pour les cours. Seulement, il était ainsi, et ne changerait pas de si tôt. Sans paraître outrecuidant, son rythme de vie, bien qu'âpre et difficile, intense et exténuant, lui procurait avant tout le goût de vivre, de se lever chaque jour. Aussi, il lui permettait d'appatenir à l'élite des élèves de Poudlard, connus pour leurs résultats exceptionnels. Cependant, Terry prenait cette petite moquerie, presque amicale, comme un sonnette d'alarme : il n'était plus normal.

Sans réellement comprendre pour quelles raisons ni par quels moyens, il sentit des larmes monter, embrouillant sa vision. Ce fut seulement lorsque l'ébauche chimérique et sombre lui posa une dernière question que Terry se leva, la gorge nouée, feignant, d'un geste vague, qu'il avait à se rendre dans les étagères voisines.

Il quitta sa chaise en un raclement sonore, ce qui attira les nouvelles foudres chuchotées de la bibliothécaire. Il s'engouffra dans les allées poussiéreuses puis, ne soutenant plus l'étreinte serrée qu'il maintenait sur son coeur. Il accéléra le pas, frappant d'un rythme plus rapide le parquet verni de la Bibliothèque. Arrivant finalement près d'une fenêtre, il observa l'étendue spatiale que ses pupilles embuées pouvaient lui offrir, jusqu'au moment où il éclata littéralement, laissant libre court aux perles salées qui tombaient déjà sur ses joues ardentes et désertiques.

Il resta là cinq longues minutes, à lutter contre sa respiration saccadée par les hoquets intempestifs, cherchant vainement à reprendre son calme, la totale maîtrise de ses sentiments. Se doutant ensuite que Blaise se demandait sûrement ce qu'il pouvait bien faire, depuis cinq minutes, dans les étagères chargées de gros volumes. Aussi, il fit volte face, attrapa le premier livre qui lui tomba sous la main -il s'agissait ici d'un ouvrage consacré aux sortilèges de récurage et de tâches domestiques-, et revint à la table, encore occupée par le métis.

Ignorant, dans un premier temps, le regard interrogatif qu'il réserva au Né-Moldu, Terry s'assit, frottant encore ses yeux rougis et humides. Il laissa le livre tomber sur la table en hêtre en un fracas lourd, l'ouvrit d'un geste sec, et entama sa lecture.

Puis, la voix entravée par le filtre émotionnel dont il n'avait pas pu se débarrasser, Terry répondit, comme si rien ne s'était passé :

"Non, je ne fais rien d'autre."

Il mordit finalement sa lèvre inférieure, luttant une nouvelle fois contre l'émulsion intérieure de ses sentiments.

Il devait paraître fort, immuable.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Terry Boot
Quatrième Année
Serdaigle
"Il n'existe aucune homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent"
Messages : 72
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Salle Commune de Serpentard

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Bois de Palmier Phoenix, Plume d
Allégeance: Neutre, pas de camp défini
avatar
Blaise Zabini
Serpentard
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Dim 24 Fév - 13:57


Lorsque Boot se leva d'un bond comme un diable sorti de sa boite pour se réfugier, les mains tremblantes et les bras couverts de plaques rouges dans les rayonnages, Blaise sut qu'il était surement aller trop loin. Barf qu'importe après tout ? Son plus noir secret était autrement plus émouvant que celui du polard qui semblait en plus de souffrir d'un trouble compulsif du comportement, une instabilité émotionnelle prononcée.

Il était tombé sur un boulet. Mais par chance, il était attiré par les boulets, sans dire pourquoi ni comment, il fallait toujours qu'il donne envie par un principe inconnu, à tous les névrosés du coin de le rejoindre. Exemple type ? Draco Malfoy, surement le type le plus névrosé de cette école après Potter.

Blaise soupira un moment et s'empressa de jouer avec sa baguette en dessinant des formes dans les airs pour les envoyer ensuite à travers les rayons de la bibliothèque pour troubler les étudiantes. Les ombres obscènes qu'il distribuait partout eurent bientôt l'effet escompter et Blaise s'attira une fois encore les foudres suspicieuses de la bibliothécaire bien qu'elle ne puisse prouver sa culpabilité.

Bien décidé à attendre le retour de Boot, le métis prit son mal en patience et c'est ainsi que cinq minutes plus tard, il le vit revenir les yeux rougis, le visage humide et les paupières boursouflées. Il tenait dans ses mains un livre couvert d'une poussière qui jurait un peu avec le sujet qu'il traitait mais Blaise ne s'en formalisa pas. Non il préféra répondre d'une voix grasse :

"Si tu continue à chialer comme une fiotte, tu trouveras jamais de fille mon petit Boot, crois moi, j'utilise cette technique pour éloigner les femelles depuis environ deux ans, c'est très efficace. Mais je pense que tu as pas besoin de ça, tu as déjà d'autres techniques apparemment. C'est plutôt parce que ce sont les mecs qui te branchent ou simplement que tu es asexué, hun ?"


Le Serdaigle posa violemment son volume sur la table et le nuage de poussière qui s'en échappa vola dans la pièce autour d'eux. Blaise essaya d'arrêter de respirer, mais son réflexe était venu trop tard, et il avait déjà aspirer une bonne bouffée d'acariens et de poussières. Déjà, il sentait son coeur s'emballer et sa respiration devenir haletante.

Posant une main sur son coeur, Blaise ferma les yeux et se concentra sur son souffre. Il entendait presque résonner en son oreille la voix de sa grand-mère qui l'enjoignait à se calmer et à inspirer et expirer tranquillement. Sauf qu'il était surement trop tard pour se calmer. Le métis avait horreur de cette sensation.

Il fourragea dans son sac pour chercher son inhalateur mais évidemment il avait du le laisser dans sa table de nuit avec le ramassis d'autres choses dont il ne voulait pas s'encombrer au quotidien bien qu'il en ait eu besoin. A présent il était comme un con : rendu aphone par son souffle erratique qu'il ne maîtrisait plus du tout à présent, il ne demander à Boot d'invoquer son inhalateur avec un simple sort d'attraction.

Sentant sa trachée se collaber alors qu'il aspirait désespérément un peu d'air en tentant d'aller à l'encontre de ses muqueuses inflammées Blaise agrippa avec compulsion le parchemin où s'étendait le devoir proprement écrit de Boot et en parvenant à coincer une plume entre ses doigts, le métis écrivit ceci :

"Boot, je suis asthmatique, ton putain de livre est entrain de me tuer ! J'ai besoin de mon inhalateur qui est dans ma chambre. Avec un Accio ça devrait suffire. Vite putain de merde j'étouffe !"

Il espérait que l'indication était claire et surtout que le Serdaigle s'exécuterait, car il commençait réellement à ne plus pouvoir respirer. S'il ne faisait pas régresser l'oedème dans sa gorge, il allait bientôt finir par manquer d'air. Et avec une émotion partagée, Blaise se dit que c'était surement l'une des plus pathétiques façons de mourir ...

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 45
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 21

Feuille de personnage
Statut du Sang: Né-Moldu
Baguette Magique: Bois de cerisier, crin de licorne, 29 cm.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Terry Boot
Serdaigle
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   Ven 22 Mar - 21:45



La résolution passée du Serdaigle ne tint pas trois secondes, que déjà Terry sentait son regard s'embuer malgré tous les efforts du monde pour conserver les perles salées dissoutes autour de sa pupille. Seulement, c'était comme lutter contre n'importe quelle force impérieuse ; vainement, Terry savait que ses efforts étaient inutiles, et que, tôt ou tard, il ne parviendrait plus à se contrôler. Aussi ascète soit-il.

Seulement, il ne pouvait supporter que les pupilles marrons du métis se posent sur lui, alors qu'il tentait de reboucher toutes les plaies que son interlocuteur avait ravivées, sans même s'en rendre compte. Il n'aurait pu accepter qu'un quasi inconnu puisse le voir dans un tel état. C'était sans doute de l'outrecuidance, mais Terru savait pertinemment qu'à certains moments, ils pourraient en faire preuve. C'était, après tout, l'une des réactions des plus naturelles de l'Homme, et c'était pour lui l'un des plus importants, aussi. Ni bon, ni mauvais, mais simplement essentiel.

Ne pouvant plus souffrir la présence presque indécente de Blaise, Terry quitta sa chaise, sa table, ses affaires et son devoir, pour s'infiltrer dans la pénombre poussiéreuse des hauts rayons surchargés. Le Serdaigle sentait son corps bouillir, ne contenant ni sa colère, ni même son malaise. Il titubait, avançant maladroitement et timidement, avant de s'arrêter, n'en pouvant plus. Il contracta sa main contre ses lèvres, retenant le fond de ses entrailles. Il en avait la nausée, presque. Se crispant, adoptant l'une des postures les plus désagréables qui soit, il resta ainsi trois bonnes minutes. Il laissait ses larmes tracer leur sillon sur ses joues cuisantes, furieux contre lui-même, ses goûts, ses aptitudes qu'ils avaient pu développer. Il s'en voulait, mais après tout, il s'appréciait ainsi. Paradoxalement.

Terry pensa enfin à trouver un livre, le premier sur lequel il pourrait poser sa main ténue, pour trouver le prétexte de sa fuite subite. Bien qu'il sût que Blaise n'était pas dupe, le Serdaigle attrapa l'épaisse cote d'un ouvrage poussiéreux, dont le titre même était camouflé par la couche grise et opaque.

Il épousseta ses avant-bras, d'une main presque fastueuse, puis revint à sa place, droit et rigoureux. Ses yeux bouffis brûlaient encore du venin salé qui s'était écoulé, corrosif et aride. Il les frotta compulsivement, tout en écoutant Blaise :

"Si tu continue à chialer comme une fiotte, tu trouveras jamais de fille mon petit Boot, crois moi, j'utilise cette technique pour éloigner les femelles depuis environ deux ans, c'est très efficace. Mais je pense que tu as pas besoin de ça, tu as déjà d'autres techniques apparemment. C'est plutôt parce que ce sont les mecs qui te branchent ou simplement que tu es asexué, hun ?"

Terry comprimait ses yeux, crispant ses paupières autant qu'il le pouvait. Les paroles qui se déversaient des lèvres pulpeuses et mates de Blaise le blessaient continuellement, incessamment, comme s'il eût s'agit d'un jeu, simplement, d'une moquerie raillante et futile. Il essayait tant bien que mal à mobiliser toute la continence dont il pouvait faire preuve, crispant ses mains maigres, tenant ses poings fermés.

Ses mains purent enfin s'aventurer sur la première de couverture granuleuse. Il maltraitait littéralement le livre : il l'ouvrit avec une furie visible, un état d'esprit peu accommodé à des études longues et sérieuses. Il retourna le livre, dont émanait un nuage de fine poussière.

Lorsque Terry vit son interlocuteur bouger plus que d'habitude, il ferma les yeux, instinctivement. Il supportait mal ses quolibets, ses remarques toutes aussi déplacés que vulgaires. Il tenait à rester fort, droit, et montrer à un Serpentard qu'il pouvait tenir bon, et du mieux qu'il pouvait. Il devait savoir qu'il pouvait se dresser, se redresser devant l'affliction qu'il lui imposait, lui faisait subir.

Et puis un râle attira tout de même l'attention du Serdaigle. Il vit la silhouette pliée du métis, soulevé par un râle des plus rauques et obstrués. Un petit mot gisait sur le bois de la table, relatant la nécessité éminente d'un inhalateur.

Terry eut vite fait d'attirer l'objet curatif tant convoité. Il s'était attardé à la fenêtre, pour éviter que quelqu'un ne le prenne pour s'en amuser avec. Et puis, il était plus pratique de le faire passer par l'extérieur plutôt que par les couloirs, véritable labyrinthe de Poudlard. Seulement, une idée particulière germa dans l'esprit du Serdaigle.

Et si la ventoline n'était pas dans sa main, qu'adviendrait-il de Blaise ? Connaîtrait-il aussi les railleries stupides, déplacées et grossières ? Subirait-il une semblable matinée ?

Terry restait figé, devant l'ébauche d'un Blaise, plongé dans les états les plus préoccupants. Le Serdaigle serrait, dans sa paume, le plastique, et la bombe rattachée au pulvérisateur. Il pouvait se casser tellement rapidement, ce mince objet ... Il était fragile après tout.

Terry sentait ses tempes frappaient les dernières secondes de l'ultimatum. Ses joues ardentes cuisaient sa peau, ses mains tremblaient sans qu'il ne puisse contrôler. Une toux déchirante, douloureuse rien qu'à l'oreille, secouait le Serpentard, presque figé.

Des gouttes de sueur coulaient sur le front du Serdaigle. Il ferma les yeux ...

Il prit furtivement la main droite du métis, et y plaça le ventilateur. Puis, il referma les doigts sombres sur le corps en plastique. Il frappa deux, trois fois sur la main du métis, avant que celui-ci ne porte son poing à sa bouche, pressé d'être soulagé de sa pression obstruante.

Terry voyait à nouveau flou. Mais cette fois-ci, il n'était pas prêt de cacher ses larmes. Il avait honte, et terriblement, étant donné qu'il avait hésité. Et ce n'était pas simplement un QCM, devant lequel il avait attendu, décontenancé. C'était devant une question de vie et de mort.

Une fois encore, la nausée regagnait le Serdaigle qui, d'une voix étouffée, ne put que murmurer :

"Je ... Partir."

Il traversait déjà la pièce calfeutrée, tamisée, à grands pas de course, croisant une Madame Pince furibonde et remontée, laissant derrière lui toutes ses affaires, sans exception.

Une journée comme celle-là, il en voulait plus jamais.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Terry Boot
Quatrième Année
Serdaigle
"Il n'existe aucune homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent"
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]   



 

C'est qu'il y a du passage, dans la Bibliothèque ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1




 Sujets similaires

-
» Une petite retenue ? Ou un passage à la bibliothèque ?
» Après un rapide passage dans le hall
» Fifty shades of Grey
» Passage dans la forêt de Jade.
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Match the Power :: Poudlard :: Quatrième Etage :: Bibliothèque-




Ihatsuimg src="http://i10.servimg.com/u/f10/17/97/51/36/210.jpg">