AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 


 

« Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Auteur
Message
Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 0:05

« Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. »
Jeudi 6 Octobre 1994


Cette journée déjà étrange prenait de plus en plus une tournure trop… imprévue à son goût. Il se doutait que se retrouver seul avec le brun lui serait particulièrement difficile, mais à ce point… C’était tellement bizarre. Après l’avoir fuit comme il l’avait fait quelques jours plus tôt et après avoir dépensé toute son énergie pour tenter d’oublier en vain ce qu’il s’était passé entre eux, Draco avait osé espérer que tout cela lui aurait permis de prendre de la distance vis-à-vis de ce qu’il pouvait ressentir pour son « ennemi ». Pourtant lorsque celui-ci s’était retourné en lui faisant un sourire aussi craquant, et lorsqu’il avait osé lui effleurer sa main pâle… Non, jamais il ne pourrait se débarrasser de ce qu’il ressentait pour lui, il en prenait de plus en plus conscience de même que Potter semblait également avoir du mal à continuer de se mentir à lui-même. Encore que sur ce point, Draco était certainement le seul à tenter désespérément d’y parvenir. Le Gryffondor devait subir ses choix, en revanche.

Mais quand Potter l’avait appelé par son prénom, le blond n’avait pas pu s’empêcher de ressentir cette sorte d’attraction paradoxalement repoussante qui le poussait à vouloir l’entendre une nouvelle fois prononcer son nom avec ce ton-là, aussi doux que réjouit. C’était comme si tout à coup ils étaient devenus plus proches, avant que leur mental ne les rattrape. Mais ils ne le pouvaient pas, l’un comme l’autre le savait parfaitement. Ou du moins espérait-il que Potter en ait tout autant conscience que lui-même…

S’éloignant vers la fenêtre, Drac tenta tant bien que mal de reprendre ses esprits pour réfléchir à cette foutue nouvelle énigme qui se présentait à eux. Mais il avait beau réfléchir, rien ne lui paraissait plausible. C’était quoi cette histoire de loup et de forêt ? A moins qu’ils n’enfreignent le règlement et aillent dans la Forêt Interdite, il ne voyait pas du tout ce dont il pouvait s’agir. Mais jamais Dumbledore ne mettrait ses élèves en danger pour un jeu, quand bien même celui-ci était-il déjà plus que dangereux pour sa réputation.

A court d’idées, le blond prit une légère inspiration et se tourna vers Potter, évitant soigneusement le piège séducteur de son regard d’émeraude pour lui demander ce qu’il en pensait. Autant lui faire confiance, il n’avait pas le choix, et au fond le Gryffondor était loin d’être un imbécile malgré ce que sa jalousie et ses ressentiments envers lui le faisaient dire. Et comme l’ajouta si bien Draco, l’intuition que possédait le jeune homme se devait d’être reconnue. Relevant le regard vers lui, le Serpentard croisa à nouveau malgré lui cette étincelle qui lui nouait l’estomac d’un désir cruellement douloureux. Si seulement il savait combien il avait envie de l’embrasser là, immédiatement et sans plus attendre… Mais il ne le pouvait pas, non. Il ne le pouvait pas…

Déployant tous ses efforts pour tenter de demeurer naturel malgré tout, sa respiration s’accéléra toutefois lorsqu’il le vit s’approcher peu à peu de lui, avec une lenteur électrisante. Heureusement, la voix victorieuse et pourtant encore si peu assurée du Survivant l’extirpa de ses pensées, alors qu’il lui révéla ce qu’il pensait être la clé de l’énigme. Une comptine Moldue ? En effet, il aurait pu y penser des jours et même des mois entiers à réfléchir à la question, jamais cette solution n’aurait pu lui traverser l’esprit… Mais cette idée était loin d’être stupide. Après tout le vieux avait une fâcheuse tendance à vouloir apprécier les gens de cette espèce… Et en tant que Sang-Mêlé et ayant grandi parmi eux, il était évident que Potter trouverait.

Mais pourtant, il ne put réfléchir plus longtemps, ni faire un pas pour se diriger dores et déjà dans le nouveau recoin du château qui les attendait. Potter venait de faire un nouveau pas vers lui, son être mystérieusement ensorcelant figeant à nouveau le blond qui ne pouvait plus détacher son regard du sien, son cœur battant toujours plus rapidement et douloureusement dans sa poitrine.

Tentant de demeurer le plus impassible possible alors qu’il sentait son corps être parcouru d’un feu intérieur de désir qui grandissait toujours plus en lui, il ne put tout d’abord pas répondre à la proposition que le jeune homme face à lui venait de lui faire. L’appeler Harry… Etait-ce une bonne idée ? Accepter cela ne reviendrait-il pas à autoriser qu’ils ne se rapprochent encore davantage ? Il n’en savait rien… La seule chose dont il était certain, c’était qu’il était une nouvelle fois entièrement perdu.

Prenant une légère inspiration, Draco contourna l’adolescent sans un mot, puis se dirigea vers la porte de la salle pour s’apprêter à sortir. Posant sa main fine sur la poignée de la porte, il s’arrêta un bref instant, le regard fixé sur la poignée avant de le tourner vers le Gryffondor.

« Bien. On va en salle d’Etude des Moldus… Harry ? » Lui demanda-t-il.

Un possible rapprochement, ou s’en éloigner. Dans tous les cas les deux possibilités lui feraient le plus grand mal. Mais il avait envie de lui, d’une manière ou d’une autre. Alors il avait prononcé son prénom, pour la première fois. Prénom qui fut pourtant incroyablement simple à dire entre ses lèvres, comme si tout cela n’était que purement naturel.

Un léger sourire en coin se dessina sur les lèvres, et il détourna son regard du sien avant de quitter la salle pour se rendre au premier étage. Traversant les couloirs, les deux adolescents pénétrèrent enfin dans la fameuse salle où Draco n’aurait jamais eu le malheur de penser pouvoir mettre les pieds un jour. S’avançant en silence dans la pièce, son regard d’acier se posa tour à tour sur d’étranges objets qu’il n’avait encore jamais vus. Un livre était posé sur l’une des tables, qu’il feuilleta brièvement avant de tomber sur des photos… totalement inanimées, comme si aucun personnage n’était vivant.

Refermant l’ouvrage dans une légère grimace, un léger soupir s’échappa de ses lèvres. Bien… que leur fallait-il faire à présent ?


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 0:41


Harry suivit Draco -Merlin qu'il était bon rien que de penser ce prénom- à travers le dédale de couloirs et d'escaliers jusqu'à la salle d'étude des moldues. Apparemment, son idée lui avait plu car il avait conclu que c'était la bonne ! Et surtout, surtout, il lui avait répondu en l'appelant "Harry". Un bon million de frissons électrisèrent tout son corps, glissant le long de sa colonne pour déferler dans chaque nerf et chaque veine comme une vague de lave en fusion.

Rien ne semblait à cet instant, plus plaisant à ses yeux que la voix cristalline qui l'appelait ainsi. Comme si l'essence même de leur relation changeait, se muait en une toute autre forme d'échange lorsqu'ils laissaient tomber certaines barrières. Pas toutes néanmoins, car si la menace de la citrouille ne planait pas au dessus de sa tête, Harry aurait surement parcourut la distance qui les séparaient pour se coller tout contre son torse chaud et palpitant avant de ravir ses lèvres, affamé.

C'était affreux d'être si près de lui, une torture de tous les instants. Il ne pouvait s'empêcher de s'imaginer les lèvres finement ourlées s'entrouvrir pour souffler son prénom dans un murmure, un gémissement erratique alors qu'il offrirait un plaisir infini dans une étreinte suave. Mais il s'égarait dès lors bien plus loin qu'il ne s'était jamais aventuré.

Jusqu'alors, Harry rêvait de baisers, de tendres caresses, de rapprochement incongrus qui mèneraient à une étreinte éphémère. Aujourd'hui, il pensait à d'intimes corps à corps, à la pression de deux corps nus et alanguis, la moiteur de leurs peaux et leurs souffles courts. Il voyait presque en fermant les yeux le temps de battre des paupières, la posture cambrée du corps diaphane et pâle, entre ses bras, entre ses cuisses.

Merlin tout puissant il fallait qu'Harry se secoue. Son trouble fantasmagorique poussait à présent dans ses entrailles et une courbe conséquente marquait son entre-jambe là où devrait normalement dormir un organe inactif. Mais son anatomie ne voyait pas cela de cette oreille. Quand Draco pénétra dans la salle, Harry attendit un instant à l'intérieur, essayant de caser l'élastique de son boxer sur l'évènement proéminent et pour le moins gênant qu'il devait à tout prix dissimuler.

Puis le Gryffondor s'engouffra à son tour dans la salle de cours. Pareille à la première, identique en tout point, cette fois le tableau ne dissimulerait aucun indice car sa surface d'ardoise était absolument vierge. En revanche, il traînait sur les tables plusieurs livres moldus. Harry eut encore une idée -à croire que les envies qui l'envahissaient en le poussant à déshabiller le blond et à lui faire l'amour sauvagement à même le sol étaient productives pour son intellect.

"Draco ! Et si l'indice était en rapport avec les bouquins qui traînent partout ? La dernière fois, l'indice se cachait dans un truc pas normal, qui n'aurait pas du être, pourquoi pas ici aussi ? D'ordinaire, les livres devraient se trouver dans l'armoire et pas éparpillés sur les tables ... Peut être un truc en rapport avec la comptine, je sais pas, cherche, y a moyen qu'on en finisse rapidement avec celui là !"


Qu'il ne se méprenne pas, si Harry désirait en finir rapidement c'est qu'il voulait impérativement prendre l'air. L'odeur de Draco dans la même pièce que lui et la proximité d'un corps beaucoup trop habillé le poussait dans ses retranchements et il ne se connaissait pas la force nécessaire à repousser les assauts de ses pulsions éternellement. Il fallait faire vite où Harry commettrait l'irréparable. Encore et encore jusqu'à ce qu'il l'entende gémir son prénom avec la même fougue avide de désir que dans ses rêves les plus fous !

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 1:19


Merlin ce que le trajet d’un étage à l’autre pouvait sembler long lorsqu’une telle menace plane au-dessus de notre tête, en même temps que plus les secondes passent et plus on se sent sur le point de défaillir face à la personne devant laquelle il ne le faudrait certainement pas… C’était ainsi que, concentré plus que jamais sur la tâche qu’ils devaient accomplir Draco tentait d’oublier ne serait-ce que pour quelques instant la présence de celui qui le suivait. Harry. C’était tellement étrange de l’appeler ainsi, et ne serait-ce même que de penser à lui sans le qualifier directement par son nom. Il lui avait presque semblait qu’une étape venait d’être franchie, mais une étape vers quoi au juste ? Il ne préférait pas se poser la question. Là n’était d’ailleurs pas le moment, même si le jeune homme à côté de lui l’obsédait totalement. Plus ils avançaient, et plus le blond avait soudainement envie de se retourner vers lui, de le saisir par le col de sa chemise et de le plaquer férocement contre un mur avant de l’embrasser à pleine bouche. Mais comment pouvait-il penser ceci, alors qu’il y a quelques jours encore il ne rêvait que de pouvoir l’assassiner dans d’atroces souffrances ? Peut-être parce qu’il réalisait plus que jamais que d’une manière ou d’une autre il avait toujours eu besoin de lui, qu’il avait toujours voulu ressentir leur corps à corps dont nul ne semblait pouvoir se passer. En réalité peut-être n’était-ce pas un instinct de rivalité qui avait toujours reposé entre eux, mais un furieux désir qu’ils n’avaient jamais compris auparavant et qui semblait soudainement aussi clair qu’inévitable.

Levant un instant les yeux au ciel en refreinant un soupir, l’héritier tenta d’oublier pour un temps ces éternelles questions qui ne trouveraient sans doute jamais la moindre réponse pour le moment du moins. De toute manière ils venaient tout juste d’arriver devant la fameuse salle. Pénétrant à l’intérieur en silence tandis que Pott… Harry faisait il-ne-savait-quoi dehors, le blond arpenta les passages entre les tables sur lesquelles reposaient quelques ouvrages d’origine Moldue. En ouvrant un au hasard, les prunelles d’un gris d’acier du jeune homme parcouraient les pages qu’il feuilletait par curiosité, avant de s’arrêter sur quelques photographies de soi-disant célébrités de ce monde. Surpris par leur état totalement inanimé, il ne put s’empêcher de lâcher un léger soupir écœuré. Non, décidément il détestait leur monde, il n’y avait pas à dire. Quel intérêt pouvait-on sincèrement leur trouver ? Tout ce qu’il voyait autour de lui semblait fade et ennuyeux… Il comprenait plus que jamais pourquoi les Sang-de-Bourbes étaient attirés par l’univers des sorciers, mais rien de ce qu’il voyait autour de lui allait l’aider à changer d’opinion à leur sujet. Son père avait raison à leur sujet depuis le début, comme toujours.

Entrant à son tour dans la salle quelques instants plus tard, Harry se dirigea vers les ouvrages qui reposaient sur quelques tables tandis que Draco s’intéressait (était-ce un bien grand mot) à une sorte de gros objet étrange et carré qui reposait sur un meuble, orné d’une sorte de grand écran au milieu et de quelques touches devant. Dessus était posé un petit boîtier qui semblait aller de paire avec, composé de plein de petites touches toutes associées à un numéro. Qu’est-ce que c’était que ça, encore ? Mais la voix d’Harry derrière lui le sortit de ses interrogations. Se tournant vers lui en l’entendant prononcer son prénom qui lui faisait toujours un effet aussi étrange qu’intérieurement électrisant, il l’écouta attentivement proposer de regarder parmi les livres. Pourquoi pas, en effet.

Acquiesçant d’un simple hochement de la tête, lui qui détestait pourtant qu’on lui donne le moindre ordre, Draco se dirigea vers l’une des tables les plus éloignées d’Harry pour ne pas ressentir une nouvelle fois ces troubles l’envahir avec tant d’intensité, et commença à feuilleter des livres. Mais rien pour le moment… Tournant la tête vers Harry qui continuait de chercher activement, le Serpentard dû se résoudre à le rejoindre pour rechercher dans le monticule de livres dans lequel pourrait receler la réponse.

Inclinant légèrement la tête sur le côté pour lire la tranche des livres qui étaient empilés les uns sur les autres, son regard dévia une nouvelle fois sur Harry qui était à nouveau si près de lui. Nom d’une chouette, pourquoi était-ce si difficile de résister à l’assaut de ces pulsions pourtant farouchement interdites ? Se mordant durement la lèvre pour s’efforcer de se concentrer à nouveau tandis qu’il avait l’impression d’avoir de plus en plus chaud, son regard s’arrêta soudainement sur l’intitulé d’un livre. Dégageant ceux qui étaient posés au-dessus avec précipitation, il se dirigea aussitôt vers Harry et se mit à côté de lui pour le lui montrer :

« Pierre et le Loup, revisité par Maurice Dubois. Qu’en penses-tu ? » Lui demanda-t-il, un sourire fier sur les lèvres, avant que celui-ci ne se fige soudain lorsque ses yeux eurent le malheur de se poser sur les lèvres du brun.

Non, il ne le fallait pas. Tout sauf ça. Ouvrant immédiatement le livre, il commença à feuilleter les pages avec sans doute un peu trop d’empressement. Il devait à tout pris se ressaisir…


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 3:14


Harry aurait très bien résister à la tentation si le blond si proche de lui ne soumettait pas à sa résistance une farouche sensualité proche de l'érotisme qui aurait bientôt raison de lui. Bien qu'il se tienne loin de lui, Draco jetait toujours quelques regards dans sa direction. S'en était trop pour Harry lorsqu'il l'aperçut se mordre la lèvre, ses prunelles d'acier pétillant d'une lueur qui appelait la luxure.

La bonne nouvelle dans tout cela, c'est qu'hormis le stade de flagellation mentale qu'Harry venait de passer pour s'empêcher de sauter de façon intempestive sur le Serpentard, il semblait que Draco eut trouvé la solution de cet indice là. Du moins c'était criant de vérité. Pierre et le Loup de Maurice Dubois, c'était exactement ça, il n'y avait aucun doute possible.

Néanmoins, malgré son euphorie de sortir bientôt de cette pièce beaucoup trop étroite pour contenir Draco, son envie monstrueusement décuplée par le temps qui passait, et lui, Harry voyait sa Némésis se rapprocher dangereusement de lui. Forcément, il voulait lui apporter le bouquin pour qu'ils puissent rechercher l'indice ... Mais ce n'était réellement pas une bonne idée.

De toute façon, au point où il en était, un million et demi de kilomètres entre lui et Draco n'aurait pas réussi à bloquer sa frénésie dévorante. Il le voulait, il le voulait, il le voulait ! Déglutissant faiblement pour tenter un énième contrôle sur lui même et ses hormones en ébullition, Harry essaya de fermer les yeux pour se calmer. Mais les images qu'il voyait défiler derrière ses paupières, tantôt des souvenirs et tantôt des fantasmes, ne l'aidèrent en rien.

Soudain, leurs regards se croisèrent. C'était sans doute ce qui n'aurait pas du se produire. Bien qu'au fond de lui, Harry soit conscient que ce n'était pas exactement la première chose qui n'aurait pas du se produire entre eux, il était tellement comblé par le trouble teinté d'excitation difficilement dissimulée dans les pupilles de Draco, que rien d'autre n'importait à cet instant.

C'était sa chance, le moment ou jamais d'agir car ce n'était pas un murmure pour l'appeler mais un hurlement que ses yeux lui envoyaient telle la vision prémonitoire pénétrant un oracle en transe. Seulement Draco se reporta bien vite sur le livre, cherchant avec frénésie où donc l'indice pouvait se cacher. Lui aussi fuyait le contact, mais à un moment, la fuite ne serait plus possible. Car il n'y avait en fait qu'un seul échappatoire, et ils le savaient fort bien tout deux.

Doucement, il se glissa derrière Draco. Il plaqua lascivement son torse contre son dos et laissa la rondeur entre ses cuisses découvrir la courbe de ses reins. Lentement, il l'entoura de ses bras puis posa les mains juste au dessus des siennes sur la couverture du livre. Harry n'osait presque plus respirer tant la tension entre eux était torride. Mais pour l'instant, il ne faisait strictement rien.

"Laisse, Draco. Révèle tous tes secrets !


Harry sortit sa baguette de sa poche et toujours blottit contre Draco, prononça la formule en prenant bien garde de ne pas laisser sa voix chevrotante trembler à son oreille. Soudain, après quelques secondes à tourner furieusement, les pages s'arrêtèrent sur un paragraphe qui commençait par une phrase en gras :

    Les idées sont des graines de lotus, elles ne dorment que pour mieux pousser.


Dans un murmure rauque, sans bouger d'un centimètre, Harry glissa dans le cou diaphane si appétissant, à porter de lèvres mais pourtant si loin de lui, éloigné par une distance muette et sourde qui s'était installée entre eux et semblait ne point vouloir se dissoudre.

"Je crois que c'est là notre indice, Draco .."


Mais dans ce souffle, ce n'était pas les mots qui avaient du sens. Tout ce que voulait dire Harry bien qu'il ne puisse l'exprimer, c'était de hurler combien il crevait d'envie de le posséder à cet instant. Pourtant, malgré ce besoin impétueux qui l'envahissait pour le submerger, il ne fit absolument rien ...

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 7:49


Pourquoi tout devenait-il si compliqué ? Pourquoi Draco ne pouvait-il pas défaire son regard d’Harry, tandis que tout son corps lui hurlait qu’il le désirait là, maintenant, tout de suite ? Pourquoi devait-il continuer d’éprouver cette torture lassante qui l’envahissait toujours plus, à tel point qu’il en oubliait presque ce pour quoi ils étaient réunis aujourd’hui ? Rien, pas même la sensation douloureuse de ses dents qui se plantaient dans sa lèvre inférieure ne parvenait à lui faire changer ses idées trop gênantes qui germaient dans sa tête. Pourtant il n’avait pas d’autre choix : s’il avait fuit Harry une fois ça n’était pas pour rien, et aussi difficile que l’avait été cette décision écœurante à ses yeux, il savait qu’au fond de lui la fuite était la seule échappatoire qu’il devait trouver à cette histoire impossible. Malgré ce que pouvait bien penser le Gryffondor, Draco avait eu la meilleure réaction qui soit, même si elle n’avait pas correspondue à ce qu’il avait attendu de lui. Mais l’appel silencieux que son âme faisait à la sienne devenait de plus en plus insupportable, il n’allait plus tenir bien longtemps à ce train-là…

Reportant son attention une nouvelle fois sur la pile de livres entassés sur l’une des tables, son regard d’acier s’arrêta brusquement sur la tranche de l’un des ouvrages Moldus. La solution à leur énigme était là, s’en était certain ! S’emparant avec empressement du bouquin, Draco contourna aussitôt la table et se dirigea vers le Survivant, lui montrant avec satisfaction sa découverte. Pierre et le Loup de Dubois, pas de doute possible. Un sourire fier dessiné sur ses fines lèvres, le blond eut toutefois le malheur de tomber une nouvelle fois dans ce piège qu’il aurait dû éviter. Ses yeux…

Non, il ne devait pas le regarder. S’empressant de feuilleter le livre pour détourner son attention, ses prunelles glissèrent pourtant malgré tout lascivement sur les lèvres légèrement entrouvertes d’Harry, sur lesquelles il rêvait de pouvoir plaquer avec appétit les siennes. Qu’est-ce qui lui prenait, il savait qu’il ne le fallait pas ! Ce type était la dernière personne sur Terre pour qui il aurait dû se laisser succomber. Néanmoins, rien ne pouvait l’empêcher de ressentir ce qu’il éprouvait à cet instant-même : un désir et une envie passionnelle innommable. Fermant un bref instant les paupières, il tentait de reprendre son souffle qui s’emballait trop rapidement à son goût. Mais ce qui se produisit à ce moment-là finit, il le craint, par le rendre intérieurement fou.

Glissant lentement derrière lui, il sentit doucement le corps d’Harry se coller contre le sien, une certaine protubérance se plaquant lascivement contre lui. Puis des mains terriblement douces se posèrent contre les siennes qui devenaient peu à peu tremblantes, tandis qu’un souffle légèrement erratique s’échappa d’entre ses lèvres. Et enfin, ce murmure prononcé d’une voix suave et sucrée qui s’échoua dans son cou… S’en était trop, il ne pourrait plus résister bien longtemps, malgré toute ma bonne volonté et l’acharnement dont il savait d’ordinaire faire preuve. L’enchantement que prononça le brun fit aussitôt s’agiter les pages du livres que Draco tenait toujours. S’efforçant d’ouvrir lentement les yeux, ils ne se posèrent toutefois pas sur les lignes qui apparaissaient soudain, mais sur les mains du jeune homme qui soutenaient les siennes. Et comme si cette vision rendait ses sensations plus réelles encore, il sentit son cœur battre plus dangereusement que jamais, alors qu’un puissant feu intérieurement ravissait au sein de ses entrailles.

Et enfin, il lut cette ligne. Dans un murmure étrange, la voix du brun retentit à nouveau, faisant naître des frissons le long de son corps qu’il ne put réprimer. Oui, il avait raison, c’était bel et bien leur indice. Mais si seulement Harry pouvait se douter de l’idée qui était en train de pousser dans son esprit, il pourrait voir que ça n’avait rien à voir avec ce pour quoi ils étaient là. Quoique si, dans un certain sens, car c’était bel et bien à cause de leur débordement qu’ils se retrouvaient dans une situation aussi délicate. Mais là, le blond rêvait de bien plus encore que ce qu’il aurait été raisonnable de penser. Et Harry ne bougeait pas.

Immobile, son corps pressé contre le sien, un silence commença à vouloir s’installer dans la salle, mais Draco ne lui en laissa pas le temps. Le bruit sourd du livre qu’il venait de poser négligemment sur la table à côté d’eux, le Serpentard se retourna soudainement et posa ses mains sur les joues de celui qui aurait éternellement dû rester son ennemi. Et dans une envie irrépressible, il captura aussitôt les lèvres d’Harry, l’embrassant aussitôt avec cette fougue passionnelle qui le rongeait depuis tant de temps à présent. Leur corps collé l’un contre l’autre, les bras du blond glissèrent autour de son cou pour se rapprocher encore plus de lui, afin de ne laisser plus le moindre centimètre les séparer. Au diable les interdits, il ne pouvait plus résister, lâchant les armes avec impuissance alors qu’il n’en avait plus rien à faire. Homme, ennemi, incarnation-même du camp adverse à ses principes ou pas, il ne pouvait plus résister à cette envie impétueuse qui le dévorait depuis tant de temps.

Le souffle saccadé, ses lèvres se détachèrent un bref instant des siennes pour laisser s’échapper une expiration délicieusement tremblante, avant qu’il ne l’embrasse à nouveau, sa langue venant cette fois s’ajouter à cette valse infernale qui semblait vouloir l’emporter hors de ce monde dévastateur. Rencontrant dans une danse terriblement excitante celle du brun, leurs lèvres mutines continuaient de se mouvoir avec fougue. Mais il devait se ressaisir enfin, même s’il était déjà trop tard pour reculer. De toute manière il ne le désirait plus. Il ne le pouvait plus. Laissant ses bras glisser le long du cou du brun, il posa ses mains sur son torse et se recula légèrement, la tête légèrement baissée alors qu’il essayait de reprendre son souffle.

« Non, je… L’indice. Il faut continuer. » Lâcha-t-il avec difficulté dans un murmure fait d’une voix si peu assurée.

Se raclant légèrement la gorge pour retrouver une voix à peu près normale, il recula pour s’écarter d’Harry et passa une main dans ses cheveux blonds pour retrouver sa contenance. Reportant à nouveau son regard sur le livre qu’il avait reposé il y a quelques instants sur la table, son esprit tournait à cent à l’heure, se posant mille et unes questions auxquelles il ne possédait plus la moindre réponse…


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 10:25


Harry fut aussi fondamentalement surpris par la réaction du blond qu'il s'y attendait au plus profond de lui sans oser réellement qu'elle se produise. Lorsqu'il sentit le livre échapper ses mains pour se poser dans un bruit sourd sur la table devant eux, le coeur d'Harry s'emballa et loupa un battement. Il cognait fort dans sa poitrine et quand il perçut entre ses bras que Draco se retournait pour lui faire face sans rompre leur étreinte, s'en fut beaucoup trop pour son self-contrôle.

Si ce n'avait été Draco qui avait fondu sur ses lèvres avec désir, Harry n'aurait pu se retenir et aurait violé le velouté de sa bouche tentatrice. Mais ce fut le blond qui se rapprocha de lui, plaquant son corps brûlant au sien en enroulant ses bras autour de son cou avant de ravir ses lèvres avec fougue. Harry laissa ses envies de décupler et s'épanouir en glissant ses bras autour de sa taille pour le presser davantage contre lui alors que sa langue mutine redécouvrait sa compagne avec plaisir.

C'était tellement bon, comme si chaque fibre de son corps brûlait d'un feu sans fin que seul le contact avec Draco avait le pouvoir de raviver. Il se consumait de l'intérieur contre la peau à l'odeur fruitée et musquée. C'était insensé, irréel, illogique, mais c'était si bon qu'il vibrait à l'unisson avec le blond au creux de ses bras. Le sentir contre lui, le tenir, le serrer pour lui montrer combien il désirait qu'il lui appartienne, l'embrasser à corps perdu pour ne faire qu'un avec lui et dévorer son âme à travers sa bouche sucrée.

Harry ne réfléchissait plus et ce ne fut que lorsque Draco rompit leur étreinte en s'éloigner brusquement, tentant de reprendre contenance en glissant une paume tremblante dans ses cheveux soyeux. L'indice ... Mais pour le moment Harry se foutait de l'indice. Après tout, il était encore tôt et ils avaient toute la journée pour trouver les deux derniers lieux. Alors qu'importe la raison, il n'était plus d'humeur à résister à ses envies.

Il réduisit d'un pas l'espace que Draco avait mis entre eux et posa une paume sur sa gorge, glissant le long de son cou pour rejoindre sa nuque et se perdre dans ses cheveux, pressant la pulpe de ses doigts contre la chair diaphane et pâle. Non il ne voulait pas que ça s'arrête, pas maintenant. Il plongea son regard émeraude dans le sien, cherchant à sonder son âme.

"Non je m'en fous de l'indice. Pour l'instant, je te veux toi, Draco !"


Alors il s'accrocha vivement à sa hanche et l'attira brusquement à lui. Sa main pressa son visage à se rapprocher du sien et il ravit ses lèvres cette fois avec un appétit ravageur. La douceur avait laissée place à la passion et c'était pour le dévorer qu'il l'embrassait à présent, laissant ses dents agripper furieusement sa lèvre rosée pour la mordiller avec délice.

Puis lorsqu'il fut rassasié de sa bouche, il laissa sa langue glisser le long de sa mâchoire en une longue caresse humide jusqu'à gagner le creux de sa gorge où pulsait une carotide avec force et passion. Il attrapa la peau fine entre ses lèvres et aspira doucement, posant sa marque sur le corps tant désiré. Il le voulait et il serait sien, peut importe combien de temps ça prendrait et peut importe ce qu'il devait déployer pour y arriver.

Lentement, la main qui tenait sa taille se perdit plus en arrière, découvrant ses reins avant de se laisser aller à la courbure de ses fesses. Draco était aussi tendu contre lui qu'il l'était et Harry sut à ce moment que rien ne pourrait l'arrêter. Et pourtant, rien de ce qui était entrain de se passer n'aurait du se produire. Et pourtant, toute sa vie lui semblait face à cet instant car ce qu'il vivait avec Draco était plus fort que tout ce qu'il avait vécu auparavant. Ce mec le rendait fou ...

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 17:47


Rien n’avait pu l’arrêter. C’était comme si une force mystérieuse et pourtant bienfaisante l’avait poussée à dépasser ses craintes pour faire ce geste dont il rêvait nuit et jour mais qui l’avait tant torturé. Pourtant sentir son corps collé contre le sien, ses lèvres et sa langue qui dansaient au rythme de leur passion et ses bras qui s’enroulaient autour de sa fine taille ne lui montraient qu’une chose : que si la crainte avait été immense, ce qu’il ressentait réellement pour lui la dépassait largement. Et pourtant Merlin sait s’il en connaissait les conséquences. Mais d’une étrange manière, tout cela semblait avoir immédiatement perdu toute son importance à présent qu’Harry répondait avec fougue à ce baiser qu’il lui offrait et qu’il souhaitait ne plus jamais voir prendre fin.

Plus ce baiser se prolongeait, plus il avait l’impression que son cœur devenu hors de contrôle n’allait plus tarder à lâcher, en même temps que la fièvre le gagnait. Brûlant de l’intérieur, il sentait son ventre se tordre sous les assauts impétueux d’un désir irréfrénable qui lui donnait l’impression d’être un autre. Mais il n’avait pas peur non, au contraire tout semblait soudainement aussi clair qu’incontournable. Cependant s’il adorait cela plus qu’il n’avait jamais aimé quoi que ce soit d’autre, ça n’était pas le bon moment. Cette foutue citrouille ne devait pas révéler leur secret, et ils approchaient à présent si rapidement du but qu’il n’était pas le moment de tout faire foirer. Ce serait bien trop stupide.

Alors faisant glisser lentement ses bras du coup du Gryffondor à contrecœur, Draco lâcha un léger soupir et baissa le regard pour tenter de résister aux cris incessants de son cœur qui lui ordonnait de l’embrasser encore et encore, jusqu’à ne plus pouvoir respirer. Mais il était enfin temps d’être censé, malgré tout. Reculant d’un pas pour s’écarter de lui et de son parfum enivrant qui appelait plus que jamais à ce besoin presque vital à présent d’aller encore et toujours plus loin avec lui, le blond passa une main mal-assurée dans ses cheveux impeccablement coiffés. D’une voix si peu assurée qu’il avait l’impression d’être devenu un être si faible tout à coup, il balbutia qu’ils devaient se pencher à nouveau sur la suite de leur quête. Il n’en avait plus l’envie, mais il n’y avait aucune autre solution.

Pourtant, Harry ne semblait pas vouloir l’entendre de cette oreille, et si cette perspective l’embarrassait, il ne pouvait cependant pas s’empêcher de ressentir un immense soulagement à cette attitude réfractaire. Lui aussi n’en avait plus rien à faire, pas quand le brun le regardait de la sorte de son regard hypnotisant d’un vert si profond. Pas alors que sa main se posait sur sa gorge avant de glisser le long de sa nuque en lui provoquant un nouveau frisson pour s’enfouir dans ses cheveux aussi doux que la soie. Pas alors que ces mots affriolants lui disaient qu’il avait envie de lui…

Et tout à coup, la main du jeune attira glissa derrière ses hanches pour l’attirer brusquement contre lui, sa main exerçant une légère pression à laquelle le blond se soumit sans tenter une seule seconde de l’en empêcher pour que leurs lèvres se rencontrent en un énième baiser cette fois bien plus sauvage que les précédents. Le Serpentard ne put s’empêcher de lâcher un léger gémissement à peine audible lorsqu’il sentit les dents du brun mordiller sa lèvre dans un geste des plus excitants. Sentant son corps s’embraser plus que jamais, Draco commençait à se sentir de plus en plus à l’étroit dans son boxer alors qu’il sentait qu’Harry était dans un état tout aussi… effervescent que lui.

Puis détachant ses lèvres des siennes, Harry laissa sa langue glisser le long de sa mâchoire jusqu’à son cou dont il aspira doucement la peau, arrachant un soupir tremblant de plaisir à son partenaire qui finissait d’abandonner toutes ces armes qu’il s’était imposées pour lutter contre ce plaisir merveilleux qu’il vivait à cet instant et qu’il n’avait jamais soupçonné pouvoir vivre un jour. Glissant ses mains pâles dans les cheveux bruns du jeune homme, ses paupières se fermèrent alors qu’il savourait cet instant magique. Jamais il n’avait pu supporter le moindre contact physique, mais avec lui… il en voulait encore et toujours plus. C’était un fait, qui le perturbait certes, mais auquel il ne pensait plus, se laissant aller dans les bras de cet autre qu’il avait tant haïs à tort, se rendait-il compte.

Et avec une lenteur ensorcelante, il sentit la main d’Harry descendre de ses reins jusqu’à la courbe de ses fesses que le Quidditch avait su muscler dans la finesse harmonieuse de son corps. Alors oui, ils avaient tout le temps devant eux, et les arguments disons physiques qu’il ressentait lui donnaient tout sauf l’envie de repenser à cette citrouille de malheur, mais plutôt de s’abandonner à corps perdu contre lui.

Reculant doucement son visage de quelques millimètres du sien, Draco plongea son regard incendieur dans les émeraudes fascinantes du jeune homme face à lui. Ses mains glissant sur son pull sans manche gris de l’uniforme de Poudlard et finement bordé de rouge et d’or, il recula pour l’entraîner avec lui dans un recoin un peu plus reculé de la salle, sortant sa baguette de sa poche pour verrouiller la salle de classe dans un léger sourire mutin. Son dos rencontrant doucement le mur derrière lui, il se retourna pour plaquer Harry contre celui-ci avec tendresse mais fermeté, avant de capturer une nouvelle fois ses lèvres langoureusement. Ses doigts glissèrent le long du dessin des abdominaux fermes du brun, avant qu’il ne rompe ce baiser pour déposer ses lèvres dans le creux de son cou dans une lenteur terriblement excitante, avant de remonter jusqu’au lobe de son oreille qu’il mordillait légèrement, le message en devant on ne peut plus clair…


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 25 Déc - 21:42


Harry se laissa à nouveau entraîner dans le ballet erratique de leurs langues affamées et des mains nouvellement aventurières qui découvraient avec avidité des parcelles encore inconnues de leurs corps. C'était tellement nouveau comme sensation, cette inquisition douceâtre des courbes du blond par dessus ses vêtements qu'Harry maudissait en cet instant.

Vivifiante comme un bol d'air frais qui fouetterait son visage en pleine montagne, la présence de Draco tout contre lui, lui donnait des ailes. Il semblait à Harry que tout était possible, comme si cette étreinte leur offrait tout ce que le monde portait de plus beau. L'interdit qui tintait l'échange charnelle de baisers tortueux ne faisaient qu'en pimenter la saveur veloutée.

Harry se laissa bientôt entraîner par Draco dans un recoin de la salle. Le blond verrouilla la salle avec un sourire charmeur que le Gryffondor ne lui connaissait pas. Il se sentit doucement mais fermement plaqué contre le mur derrière le blond et à nouveau les lèvres de Draco se collèrent aux siennes pour un baiser ravageur. Ses paumes s'égaraient sous son pull, caressant délicieusement son ventre.

Harry grogna alors qu'il savourait la langue mutine qui lapait sa gorge avec délice. Rejetant la tête en arrière, un râle rauque s'échappa de ses lèvres alors que Draco parcourait son cou avant de remonter lentement vers son oreille dont il mordilla tendrement le lobe.

C'était grisant, aussi bien les sensations qui grandissaient dans ses entrailles que la satisfaction de se dire que l'initiative venait de Draco. Savoir son envie largement partagée lui procurait une émotion diffuse d'apaisement et de bonheur. Comme une épaisse couche de sucre glace qui recouvrirait un beignet appétissant, fourré au chocolat.

Puis, Harry sentit le besoin de reprendre le contrôle. Il échangea à nouveau leurs places et plaqua délicatement Draco contre le mur. Alors qu'il ravissait ses lèvres en savourant leur arôme suave, il laissa sa paume glisser sous la chemise du blond, la sortant à tâtons de son pantalon en tirant vivement sur le tissu.

Le contact enfin entre sa peau en feu et la chair diaphane du blond l'électrisa. Harry sentit une déferlante envahir ses veines tant le fait de se savoir contre sa peau nue le rendait fou. Il était dingue de ce type, et les caresses appuyées sur son ventre blanc lui laissait un arrière gout de lait crémeux.

Frénétiquement, Harry déboutonna le pantalon du blond qui portait encore sa chemise pourtant débraillée qui lui donnait un air faussement farouche absolument torride. Draco dégageait une sensualité folle avec les pans de tissus pendant sur un pantalon ouvert, la cravate froissée et les cheveux ébouriffés, les lèvres meurtries par tant de baisers et les joues rouges.

Harry se laissa un instant s'évader dans les prunelles aciers qui perdaient de leur tranchant en offrant deux lacs de mercure en fusion à ses émeraudes avides d'intensité. Il s'y perdit avec délice, envoûté par l'éclat qu'il y faisait naître. Le brun glissa ensuite une main tremblante dans le boxer de Draco alors que ses lèvres rejoignaient les siennes avec envie.

Il parcourut le membre tendu du blond sous ses doigts, découvrant chaque parcelle de son être de la pulpe de son pouce, arrachant parfois un gémissement à Draco. Puis, enhardis par les réactions positives de sa Némésis, Harry commença à enrouler sa main autour de sa queue, glissant en rythme avec les légères ondulations du bassin qu'il exécutait pour se coller davantage à lui.

Sa bouche ne quittait pas la sienne et à mesure que ses mouvements s'accéléraient pour apporter au blond le plaisir qu'il atteindrait par ses doigts agiles, Harry se sentait en fusion totale avec Draco. Il respirait difficilement, haletant, le souffle erratique. Tout devenait plus anarchique et au plus profond de ses entrailles, Harry sentait le plaisir venir avec celui du blond.

Sa paume libre s'égara encore sous sa chemise, cueillant la cambrure de ses reins pour l'accentuer en l'attirant encore à lui. Il le tenait compulsivement contre lui, serrant davantage sa poigne pour ne faire qu'un avec lui. Rien n'avait plus d'importance que ce qui se produisait à cet instant entre eux.

A bout de souffle, il rompit leur baiser et au moment où il sentit le blond se tendre sous ses doigts, Harry plongea à corps perdu dans les orbes envoûtantes de Draco, s'abandonnant à la lueur sulfureuse du plaisir qui l'envahissait, ivre des caresses qu'il lui procurait. Enfin, un liquide brûlant se déversa dans sa paume et le corps chaud de sa Némésis s'oublia entre ses bras, des étoiles dans les yeux.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Lun 7 Jan - 15:28


Le monde semblait s’être arrêté de tourner à cet instant-même où la porte de la salle de classe s’était refermée derrière eux, laissant derrière elle peurs et craintes étouffantes qui disparurent aussitôt qu’une bulle d’intimité nouvelle les englobait tous deux. Ses iris perdus dans le vert électrisant des siens, Draco reculait lentement pour l’amener avec lui dans un recoin de la pièce sombre, éclairée par les maigres rayons du soleil qui pointaient difficilement derrière les nuages noirâtres. Le souffle saccadé, il avait conscience qu’à chacun des pas qu’il faisait pour attirer Harry avec lui deviendrait un pas de plus vers un moment aussi important que dangereux, et sans aucun doute regrettable. Mais pas pour l’instant. Non, là tout ce qui comptait à ses yeux c’était cette tension qui envahissait la pièce, dénuée pourtant de toute violence et de toute colère. Les deux ennemis de toujours semblaient avoir disparus pour laisser place à deux êtres aussi semblables qu’opposés, dont pourtant rien de cette haine qui les avait animée autrefois l’un contre l’autre ne revenait pour prendre le contrôle de leur corps.

Sentant son dos buter doucement contre le mur de pierres grises derrière lui, le blond se retourna pour plaquer le Gryffondor contre celui-ci, leurs lèvres s’unissant une nouvelle fois avec un appétit féroce. Lentement ses longs doigts fins vinrent glisser sous le pull sans manche gris du jeune homme, découvrant de la pulpe de ses doigts le dessin léger et ferme des muscles de son ventre. Ne pensant plus à rien pour la première fois depuis fort longtemps, Draco se laissa simplement aller à ses pulsions, à ce que son cœur lui dicter sans qu’il ne puisse plus s’y soustraire. Le mental déconnecté de son être, il laissait pour la première fois ses émotions enfouies au plus profond de lui-même le dominer entièrement pour lui laisser enfin l’opportunité de s’offrir ce qu’il n’avait jamais eu auparavant : la liberté de pouvoir enfin faire ce qu’il désirait. Qu’importe les conséquences, pour le moment l’interdit n’existait plus. Et s’il le regrettait plus tard alors soit, au moins il aurait vécu pendant quelques instants un moment de pur bonheur dans les bras d’un autre pour lequel il éprouvait en réalité des émotions bien contraires à ce qu’il avait connu autrefois.

Laissant ses lèvres se perdre sur la peau douce du cou du brun, il en embrassait chaque parcelle dans une lenteur électrisante. Puis ses dents virent doucement mordiller le lobe de son oreille, faisant émerger de la gorge de l’adolescent un grognement rauque vibrant d’un plaisir amplement partagé. Là, il sentit alors des mains se poser doucement sur ses épaules pour les faire tous deux échanger de place. Se retrouvant à son tour contre le mur, tous deux continuaient de s’embrasser avec fougue jusqu’à ce qu’il sente le tissu de sa chemise impeccablement coincée dans son pantalon glisser contre sa peau alors que le brun la sortait à tâtons et avec une légère précipitation. A cette sensation, les battements de son cœur redoublèrent d’intensité alors qu’une légère angoisse l’envahissait. Angoisse qui, pourtant, le rendait délicieusement perturbé, craignant ce qui allait se produire en même temps qu’il ne voulait certainement pas l’en empêcher.

La main du brun glissant dans des caresses sur son ventre aux muscles contractés par la tension, il sentit soudain les doigts d’Harry défaire la braguette de son pantalon. Leurs lèvres se détachant pour laisser à leurs regards le plaisir de se contempler avec cette étincelle d’un désir follement vibrant, leurs lèvres s’épousèrent une nouvelle fois avant qu’il ne lâche un soupir lorsqu’il sentit la main du Gryffondor se faufiler derrière le tissu de son boxer noir. Ses muscles tendus à cette sensation, il enroula pourtant ses bras autour de son cou pour le plaquer un peu plus contre lui, avant qu’un léger gémissement ne s’échappe de ses lèvres quand il sentit les doigts habiles de celui qui était son ennemi se mettre à glisser sur son membre.

Sentant le bassin du brun se mouvoir contre lui pour se coller toujours plus contre son corps, des frissons le parcouraient de part en part. Les mains du Serpentard remontèrent doucement sur sa nuque avant de se perdre dans ses cheveux sombres qu’il parcourait de ses doigts devenus tremblants de plaisir. Son corps se tendant par moments alors qu’il se sentait de plus en plus partir, son souffle se saccadait de plus en plus. Ce qu’il se passait entre eux était purement et simplement aussi bon qu’incroyable, à tel point que l’adolescent se demandait presque si ce qu’il vivait n’était pas que le fruit de son imagination, les visions d’un rêve radieux qu’il n’avait jamais osé faire. Mais les sensations qu’il éprouvait étaient pourtant bien trop forte pour lui montrait que cela ne pouvait pas relever que d’une simple illusion.

Les paupières closes, Draco sentit enfin le moment fatidique arriver. Détachant ses lèvres des siennes tant il était à bout de souffle, un nouveau gémissement s’échappa à nouveau de ses lèvres alors que son dos se cambra, se plaquant plus que jamais contre celui du brun tandis que les ongles de ses doigts qui avaient glissés sous sa chemise débraillée et quelque peu déboutonnée s’enfoncèrent doucement dans sa peau.

Ouvrant alors les yeux tandis qu’il se sentait vidé dans tous les sens du terme, il lâcha un soupir tremblant en croisant le regard d’Harry, illuminé par une étincelle qui le rendait terriblement séduisant. S’abandonnant dans ses bras, il tentait de reprendre son souffle devenu totalement erratique, tout comme son cœur qui ne répondait visiblement plus de rien. Puis s’adossant de nouveau contre le mur auquel il était toujours collé, le blond rencontra une nouvelle fois le regard d’émeraude d’Harry et, dans un sourire malicieux, se laissa lentement glisser contre le mur en l’entraînant avec lui. Le poussant alors avec douceur et fermeté contre le sol, il passa ses jambes de chaque côté de son corps, ses mains sur son torse, et approcha ses lèvres des siennes, les effleurant avec provocation avant de l’embrasser à nouveau avec autant de fureur que de tendresse.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire






Dernière édition par Draco Malfoy le Mar 8 Jan - 18:39, édité 1 fois
Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Lun 7 Jan - 23:06


Harry sut qu'il venait de se condamner à une lente et douloureuse agonie lorsqu'il échangea avec Draco un regard amouraché quand le blond jouit entre ses doigts. Il sut au fond de lui avec une certitude tenace que ce qu'il voyait briller dans ce regard d'une intensité renversante causerait sa perte. Comment pouvait-il l'assurer ainsi ? Il n'aurait pu le dire mais il en avait l'intuition au plus profond de lui.

Et cette assurance, cette certitude farouche n'avait d'égale que ce sulfureux besoin de l'enlacer furieusement pour à nouveau coller ses lèvres aux siennes et dévorer sa bouche de mille baisers. Pourtant quelque chose dans l'éclat pénétrant de son regard gris le glaçait d'un effroi peu commun. Il n'osait plus bouger comme pétrifier par son acte, comprenant à cet instant la réalité de ce qu'ils avaient fait.

Harry voulut retirer sa main de la chaleur moite qui pulsait encore entre ses doigts et essuyer la semence tiède qui souillait sa paume avant de s'en fuir en courant pour ne plus jamais se trouver à proximité de ce blondinet tentateur, mais il restait absolument immobile. Rien n'aurait pu le faire bouger alors que c'était à la fois la seule chose qu'il redoutait autant qu'il la désirait. Non, à vrai dire ce n'était point la seule.

Car une envie plus impétueuse encore naissait dans son ventre et ses cuisses se contractèrent autour du bassin de Draco qu'il acculait encore avec fermeté. Ni se mordre la lèvre fortement, ni geindre de la gorge ne l'aida à s'extraire de l'emprise du blond et il se perdit à nouveau dans ce regard d'acier qui le faisait fondre comme une goutte d'acide. Il avait d'ailleurs l'impression que de la soude coulait dans ses veines, brûlant chaque parcelle de son coeur d'un brasier qui se consumait longuement sans lui offrir le moindre répit.

Ce fut pourtant Draco qui mit fin à cette distance atroce entre eux et qui joignit encore sa bouche à la sienne en gémissant. Ses mains dans ses cheveux, il l'entraîna avec lui, glissant lentement le long du mur rugueux. Harry se laissa aller, ne résistant pas à la tentation, se contentant faiblement d'y céder avec la force qui lui restait. Il sentit ses genoux frôler le sol, presque surréaliste, alors que le blond grimpait sur lui.

Il sentait la pression de son bassin entre ses cuisses et de ses muscles autour de sa taille. Draco le maintenait à la fois si fort et à la fois si tendrement qu'Harry ne pouvait que fondre comme un chocolat laissé au soleil. Il enroula ses bras à sa taille et accompagna les légers déhanchements de celui qui ne serait jamais plus sa Némésis. Ses larges paumes s'égaraient sur la courbe généreuse de ses fesses alors qu'il cherchait avidement le contact de ses lèvres.

La chemise entrouverte, la braguette pendant lâchement dévoilant un boxer auréolé de blanc, les cheveux ébouriffés en arrière et les joues rougies, Draco était aussi beau et désirable qu'il était possible de l'imaginer. Harry était stupéfait par l'effet qu'il avait sur lui, comme un Adonis asservissant Apollon lui même. Dans un souffle, alors qu'il resserrait sa prise autour de ses hanches comme pour que jamais il ne s'en aille, Harry sentit le blond se tendre.

"Draco ... Tu es magnifique ..."


A la seconde où il prononça sa phrase, il sut qu'il avait tout gâché, et pourtant, ses mots lui avaient brûlés la langue si bien qu'il aurait été trop dur pour lui de ne pas les articuler. Le regard qu'ils échangèrent à cet instant aurait pu le briser comme une statut de glace et c'est ainsi qu'il pensa que son coeur était devenu quelques secondes après ... Aussi froid et dur, aussi glacé et tranchant qu'une îlot de glace, gelé par l'angoisse dans son regard.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 8 Jan - 18:40


Hors du monde, hors du temps, rien ne semblait plus être réel. Et pourtant tout l’était, ce que nul n’aurait pu prédire. Au-dessus d’Harry, le blond laissait ses lèvres se mouvoir avec fièvre sur les siennes. Peu à peu, il sentit des bras s’enrouler autour de sa taille alors que son corps s’embrasait une nouvelle fois. Tel un drogué, rien ne pouvait le détourner de lui en même temps qu’il avait l’impression d’être déconnecté d’un univers qui l’avait tant de fois fait souffrir, mais qui aujourd’hui lui offrait enfin son salut. Mais pour combien de temps ?

Quittant les contours de sa fine taille, ces mêmes mains qui lui donnaient l’impression que sa peau brûlait à leur contact cruellement délicieux glissèrent lentement sur le bas de son dos puis sur ses fesses sans qu’ils ne cessent de s’embrasser. Car il avait beau être à bout de souffle, rien ne pouvait plus le détourner de ce besoin tentateur. Cette étreinte se resserrant un peu plus de lui avec une pression devenue soudainement anxieuse comme s’il avait peur qu’il ne se détache de lui, Harry lui dit alors ces mots qui ramenèrent brutalement le blond à la réalité. Des mots qui étaient loin d’être mauvais ou sournois, bien au contraire, mais ils vibraient d’un ton et d’une émotion qui lui firent brutalement se rendre compte de ce qu’il se produisait… et qui s’était produit.

Se figeant peu à peu, Draco croisa son regard en se reculant avec lenteur. Se mordillant légèrement la lèvre inférieure, il sentait une sorte de courant d’eau glacer lui parcourir les veines. Pourtant il ne regrettait pas ce qu’il s’était passé mais… comment avaient-ils pu faire cela ? Comment avaient-ils pu se laisser aller de la sorte ? Et surtout dans un moment pareil ? Et pouvait-il dire qu’il était réellement fier de ce qui avait été une sorte d’ébat ? Non, ça n’était pas le cas. Il ne savait absolument plus comment il devait considérer les choses à présent, mais une chose était sûre : il fallait que cela s’arrête.

Toussotant légèrement pour retrouver une contenance, le Serpentard se dégagea de lui et se redressa. Lui tournant le dos rapidement, il remit avec rapidité la braguette de son pantalon et tira sur sa chemise, passant sa main dessus pour la lisser avant de la glisser dans ses cheveux blonds désordonnés.

« Excuse, je… il faut qu’on aille. » Lui dit-il avec hésitation.

Mais pourquoi s’excusait-il au juste ? Cela ne lui ressemblait pas. Absolument pas, même. Mais tout ce qui s’était produit aujourd’hui ne lui ressemblait de toute manière. Et encore moins le fait qu’il ait plus qu’adorait cela avec son ancien ennemi. Ancien ? A présent oui, il semblait bien.

S’éloignant quelques peu dans la pièce, Draco prit une inspiration pour tenter de retrouver un fil de pensées normal. Mais aussi profondément troublé qu’il l’était, il aurait bien du mal. Fermant les paupières pour se ressaisir tant bien que mal, il se retourna lentement vers le brun et lui dit d’une voix calme qu’il espérait être la plus neutre possible bien que sa douceur laissait amplement supposer son trouble.

« On doit se recentrer sur la quête, Harry. » Déclara-t-il.

Oui, mais la tâche serait plus que complexe… Passant une nouvelle fois sa main dans ses cheveux pour glisser ses mèches trop rebelles derrière son oreille, il reprit leur livre abandonné plusieurs instants plus tôt sur la table, évitant surtout de poser une nouvelle fois encore son regard sur Harry pour ne plus laisser ce trouble cuisant l’envahir. Feuilletant rapidement l’ouvrage, il relut plusieurs fois la fameuse phrase qui constituait leur nouvel indice, se creusant la tête pour trouver une idée. Mais pour le moment, il ne parvenait pas à prononcer le traître mot…


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mer 9 Jan - 22:45


Dire qu'il avait merdé serait à peu près aussi réaliste que de constater à quel point il se sentait abruti et crétin à ce moment précis. Comment était-il possible qu'il parvienne toujours à gâcher ce qui était si bien parti ... Tuer Voldemort dans la chambre de la Pierre Philosophale, détruire Lucius Malfoy parce qu'il avait donné à Ginny le carnet de Tom Riddle et surtout, perdre Sirius alors qu'il aurait pu vivre à ses côtés. Il était un as en ce qui concernait le sabotage, à ne pas en douter.

Aucun mot n'avait été échangé de leur ébat et ça conservait une sorte d'illusion, de bulle de douceur irréelle qui les séparaient du monde, les laissaient dans le leur. Mais évidemment, il avait fallu qu'il ouvre son fichu clapet et brise l'enchantement qui les animaient et leur offraient le goût sucré et amer à la fois d'une étreinte unique et délicieuse.

Mais à présent, tout était terminé. Draco avait bondit au dessus de lui et la pesanteur douceâtre de ses cuisses autour de ses reins cessa, remplacée par l'immensité glaciale du vide. En quelques secondes, le blond fit disparaître tout signe de ce qui avait été eux deux, se rhabillant promptement avant de glisser ses paumes humides dans ses cheveux étrangement en bataille.

Ses paupières battaient vivement pour dissimuler le trouble de ces prunelles d'acier qui durcissait à mesure qu'il s'éloignait de lui. Bientôt, Harry perdit aussi le contact visuel. A cet instant, il sut qu'il l'avait perdu sans rien pouvoir faire pour réparer ses conneries. Car à la distance physique était revenue celle plus cruelle du coeur et de l'esprit.

Stupéfait, bouillonnant encore d'une excitation qui avait frôlée la satisfaction suprême, Harry dut se résoudre à rejoindre Draco, la queue entre les jambes, au sens propre comme au figuré. Des douleurs lancinantes grimpaient dans son dos lorsqu'il se remit debout, vestiges de côtes cassées quelques semaines auparavant par le même blondinet tentateur. Comme quoi son corps lui rappelait les autres sensations provoquées par Draco, très éloignées de celles qui venaient de se produire.

Il n'était pas temps pour lui de se lamenter, car peu à peu, à mesure que l'excitation cousant son ventre se muait en frustration rageante, Harry se sentait sortir de ses gonds. Pire que Draco qui s'éloigne, pire que Draco qui se rhabille et se recoiffe, pire que Draco qui attrape le grimmoire ... C'était la voix, le ton cassant de ses paroles après tout ce qu'il s'était produit entre eux.

A nouveau, comme après la retenue, Malfoy -oui car c'est son patronyme qui s'imposa à son esprit de colère- avait fuit alors qu'il était parfaitement consentant, ça Harry en avait la preuve au creux de sa paume. Un simple test ADN suffira à le prouver ... Mais il devait être honnête, Harry était fou de rage. La seule chose qu'il avait à présent en tête, c'était s'éloigner, prendre du large, se débarrasser de cette odeur suave qui collait à sa peau.

Il se redressa bien vite, Draco occupé à l'ignorer de l'autre côté de la pièce. Il se rhabilla autant qu'il le pouvait dans son état et se rendit sans un bruit du côté de la fenêtre. D'un petit coup d'oeil vers le ciel, puis en tapotant à sa poche, Harry sut ce qui le libérerait à cet instant. Peu importe la quête, peu importe ce foutu Draco Malfoy ...

Harry ouvrit la fenêtre, laissant s'engouffrer dans ses cheveux en bataille, l'air frais d'Octobre. Il était plutôt haut dans le château et à cette altitude, le vent battait ses cheveux en de massifs et puissants tourbillons. Harry jeta un dernier regard en arrière, en directement du petit coin qui avait été leur pendant un instant.

Puis brutalement, il grimpa sur la fenêtre, sorti de sa poche ce qui se révélait être un balais rétréci et le lança dans le vide. A mesure que le balais tombait, il reprenait sa taille normale et dès lors, Harry sut qu'il était prêt ! Il sauta par la fenêtre, disparaissant aux yeux du monde pendant qu'il s'accordait la vie quelques instants de bonheur impérissable qui ne l'abandonnerait jamais.

Harry volait. Les bras grands ouverts à l'horizon, le manche de son balais fermement coincé entre ses cuisses, ses cheveux dans les embruns du lac dont il frôlait la surface. Il se sentait bien, libre, vivant, même s'il restait une légère intuition au fond de son coeur qu'il lui manquait quelque chose. Quelque chose qui lui manquerait toujours !

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Dim 3 Fév - 13:26


Quel bel abruti… Il n’y avait pas le moindre doute là-dessus. Il pouvait chercher à prouver à tous et à lui-même qu’il était bien plus glorieux qu’il ne le paraissait, en ce moment-même il se sentait surtout immensément stupide, alors qu’il s’éloignait de plus en plus du brun. Pourtant il savait malgré tout qu’il avait fait le bon choix, et si Harry refusait de s’en rendre compte aujourd’hui, alors le temps passerait et il réaliserait à son tour qu’ils avaient bien fait de ne pas poursuivre, bien qu’ils étaient déjà allés beaucoup trop loin. Jamais il n’aurait dû accepter de se laisser succomber à la tentation, jamais il n’aurait dû s’accorder le moindre baiser, jamais même il n’aurait dû l’appeler par son prénom voire même se lancer dans cette quête. Dumbledore n’était qu’un pauvre fou sénile, il n’avait pas le droit d’infliger une pareille torture à ses élèves, en leur faisant croire qu’il ne s’agissait que d’un vulgaire « jeu ». Mais quel jeu ! Contraint et forcé sous la menace de voir leur secret dévoilé aux yeux de tous, Draco savait pertinemment au fond qu’il n’aurait jamais pu faire marche arrière. Oh bien sûr il aurait pu contacter son père et lui demander de régler cette affaire, et d’ailleurs y avait-il songé, mais comment justifier cette volonté auprès de lui ? Son père se poserait nécessairement des questions, à savoir quelle vérité pouvait à ce point effrayer son fils, mais jamais il ne devrait le savoir. Non, jamais personne ne devrait apprendre qu’il a embrassé Harry Potter…

Les yeux rivés sur le livre, il se répétait inlassablement cette foutue phrase qui composait leur nouvelle énigme, tentant tant bien que mal de concentrer toute son attention sur autre chose que sur l’adolescent qui se tenait derrière lui, et dont il sentait la colère et la déception se dégager de son corps. Corps qu’il désirait encore tant… Mais il n’était pas homo ou quoi que ce soit, non ! Alors qu’est-ce qu’il se passait, nom d’un gryffon tétraplégique ?! La rage et la haine qu’il possédait envers lui le rendaient-il fou à ce point ? Mais qu’importe ses interrogations, Draco n’était pas stupide. Une haine extrême ne pouvait pas se transformer en désir. Elle ne pouvait que l’engendrer… Et c’était ce qu’il se passait, aussi horrible et terrifiante que pouvait l’être cette vérité. Il avait eu envie de lui, et il le voulait encore. Il voulait à nouveau se lover contre lui, sentir son emprise autour de son corps qui vibrait à l’unisson du sien. Mais pourquoi, bon sang ? Pourquoi ?! Il ne l’aimait pas, bien entendu. C’était impossible… Enfin… Non, stop, il fallait qu’il arrête à ce point de se ronger l’esprit comme un hippogriffe affamé. Il devait se recentrer sur la quête, que cela leur plaise à tous les deux ou non. Nul ne devait savoir qu’il avait pu y avoir ne serait-ce qu’une poignée de mains entre eux.

Pourtant le brun derrière lui ne semblait pas décidé à se remettre à leur tâche. Non, il restait pétrifié derrière lui, vibrant d’une rage que Draco ressentait sans avoir besoin de se retourner pour la constater de ses yeux aussi durs que désolés. Car oui, il l’était. Lui tout autant que Harry, enfin… Potter. Oui, lui tout autant que Potter regrettait que rien ne soit plus simple. Il regrettait de s’être éloigné de lui, mais il savait pourtant qu’il ne devait pas écouter ce que lui dictait son cœur. Ce que lui ordonnait ce foutu organe était stupide, il le savait, quand bien même il ne pouvait pourtant pas s’empêcher de le ressentir battre violemment contre sa poitrine, lui faisant endurer cette souffrance qui ne lui montrait qu’une chose : il brûlait de retourner auprès du Gryffondor. Mais il ne le pouvait pas. Il ne le devait pas…

Fermant un bref instant les yeux, Draco prit une légère inspiration avant de se figer lorsqu’il entendit le brun se mettre à bouger derrière lui. Mais il ne disait pas le moindre mot, et pire encore : il ne venait pas dans sa direction. Mais qu’est-ce qu’il fichait ? N’osant pas se retourner de peur de croiser son regard brûlant de colère, il restait les yeux rivés sur son livre auquel il ne prêtait toutefois pas la moindre attention, focalisé sur les pas du brun qui se dirigeait vers sa gauche. Près de la fenêtre…
Là, un vent glacé s’engouffra dans la pièce après qu’il l’eut ouvert. Risquant un regard discret dans sa direction, ses yeux gris se posèrent sur la silhouette du jeune homme qui lui tournait le dos. Ses cheveux bruns continuellement en bataille en lui donnant un air aussi sauvage qu’attrayant bougeaient sous le souffle du courant d’air, tandis que Draco l’observait sans dire le moindre mot. Silencieux, il ne pouvait pas s’empêcher de le regarder de la sorte, les sourcils légèrement froncés alors qu’il se demandait ce qu’il était en train de faire. Surtout à présent qu’il montait sur le rebord…

« Qu’est-ce que tu fiches ?! » Lui demanda-t-il sur un ton sec pour dissimuler l’inquiétude qui l’envahissait.

Pour toute réponse, le brun mis sa main dans sa poche et sembla jeter quelque chose au-dehors que Draco ne put apercevoir… Avant qu’il saute. Ne pouvant pas retenir une injure qui s’échappa de ses lèvres sous le coup de la surprise, il se précipita aussitôt vers la fenêtre avant de voir que le brun disparaissait en direction du lac sur son foutu balai.

« Non mais quel abruti ce type ! » Lâcha-t-il dans un murmure, ses muscles crispés sous le coup d’une peur sincère qui lui avait glacé le sang lorsque cet imbécile avait sauté par la fenêtre.

Lâchant un soupir profondément agacé, il plongea sa main fine à la peau porcelaine dans la poche de sa cape pour en ressortir sa baguette qu’il pointa devant lui. Et dans un mouvement souple du poigné, il prononça distinctement :

« Accio Eclair de Feu. »

Quelques instants après, le balai vola dans sa direction, apparaissant devant la fenêtre où il se tenait toujours. Le saisissant précipitamment, il cala ses pieds contre les étriers posés à l’arrière et se pencha en avant pour s’élancer vers le brun qui avait disparu au loin. Le cherchant avidement du regard, ignorant les battements anarchiques de son cœur, il se mordillait la lèvre inférieure avec appréhension avant de le voir au loin devant lui, planant toujours au-dessus de l’immense lac tandis qu’il frôlait l’eau scintillante sous l’effet des quelques rayons de soleil qui pointaient.
Se dirigeant vers lui, Draco ralentit l’allure lorsqu’il arriva à sa hauteur. Et d’une voix devenue aussi calme que douce, il prononça alors ce prénom malgré lui :

« Harry… »

Un léger soupir s’échappa à nouveau de ses lèvres tandis qu’il baissait un bref instant le regard, avant de le relever à nouveau vers lui.

« Reviens. J’ai besoin de ton aide, tu sais qu’il faut que l’on termine cela. Je sais que… Je sais que ma réaction n’est pas celle que tu aurais sans doute désiré, mais s’il faut être honnête alors sache que moi non plus je ne l’ai pas voulu. Mais on n’a pas le choix ! Il faut que nous terminions tout ça, et si tu ne le fais pas pour toi ni pour moi, franchement fais-le pour tout ce que cela implique. Tu sais aussi bien que moi, malgré ta colère, que nul ne doit savoir. Alors reviens. Je t’en pris. » Lui demanda-t-il, la gorge nouée par l’angoisse.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Dernière édition par Draco Malfoy le Lun 4 Fév - 15:37, édité 1 fois
Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Dim 3 Fév - 14:34


Après quelques longues minutes de vol au dessus du lac qui se montrait aussi plat et limpide qu'une large tache d'huile. Harry se laissa glisser de son balais pour se pencher, sa main caressant sa surface opaline. Ses doigts effleuraient l'eau à peine troublée et il retrouva dans ce contact le velouté de la peau de Draco.

Bien qu'il cherchait intensément et de toutes ses forces à oublier le visage du blond qui hantait ses pensées, le moindre souvenir qui lui rappelait ce qui s'était passé quelques minutes seulement avant qu'il ne se jette dans le vide, était un poison pour ses sens et son esprit.

Jamais il n'aurait du succomber à son désir, jamais il aurait du enrouler ses bras autour de ses hanches fines et serrer pour le presser contre son torse. Jamais il n'aurait du s'enivrer de son odeur suave ni de son haleine douce. Jamais il n'aurait du laisser ses mains glisser en dessous de ses vêtements au contact de sa chair. Jamais il n'aurait du poser ses lèvres sur les siennes et laper sa langue avec délice.

Et pourtant il n'arrivait pas à regretter un seul des instants qu'ils avaient partagés ensemble. Non rien de ce qu'ils avaient vécu n'avait le goût du remord et de la rédemption. Il avait adoré chacune des secondes collé à son corps tentateur à se repaître de sa bouche et de ses mains contre lui. Et se dire qu'à présent jamais il n'aurait le bonheur de le ressentir à nouveau, s'était trop cruel.

Seulement alors que son coeur gorgé d'amertume se gonflait à nouveau de la colère, il entendit un bruissement dans son dos. Et assez vite pour qu'il n'ait pas le temps de réaliser, Draco était là, sur son propre balai. Harry aurait voulu grogner de rage et de hargne mais l'envie de sourire face à la figure angoissée du blond était bien trop forte.

Il se retourna juste assez pour lui permettre de jauger Draco du regard. Il avait l'air réellement inquiet qu'Harry ne put s'empêcher d'en être touché. Raah maudit blondinet ! Il fit demi tour sur son balai pour lui faire face complètement. Les mots qui résonnèrent à cet instant, provenant du coeur de Draco furent bien plus bouleversant que le reste.

Comme ça, il avait besoin de lui ... Mais bien vite la couleur de Harry reprit le dessus. Il n'y avait que cette foutue quête qui comptait aux yeux de Malfoy. Rien d'autre que son image et ce qu'il pourrait paraître aux yeux de tous, c'était là tout ce qui importait. Le brun voleta de rage plus loin, suivit néanmoins par Draco qui semblait ne pas vouloir lâcher prise.

"Mais tu m'emmerde avec ta putain de quête. Si tu savais comme j'en ai rien à foutre que tout le monde sache ! D'ailleurs ce serait pas plus mal, ça te décoincerait peut être un peu que tout le monde te voit tel que tu es au lieu de te planquer derrière ton putain de masque. Moi j'en ai marre t'entends ! J'en ai plus rien à foutre, tu fais comme tu veux, mais moi c'est fini, j'ai assez donné ! Tu dis que tu as besoin de moi mais en fait c'est pas vrai, tu es bien assez futé pour te débrouiller tout seul ! Tu m'auras pas, Malfoy, tu te serviras pas de moi comme d'un jouet ! T'entends ça !"


Harry s'était approché de Draco pour le menacer d'un index inquisiteur, mais vers la fin de son discours, il l'avait attraper à la gorge, serrant sa chemise en grinçant des dents. Comme à chaque fois qu'il se retrouvait près du blond ses derniers temps, il était au bord de la crise de nerf, et il avait autant envie de lui briser le nez que de ravir à nouveau ses lèvres comme un dément affamé !

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Dim 3 Fév - 17:32




Le vent soufflait doucement au-dehors, dessinant quelques remous sur le lac autour duquel des montagnes boisées s’étendaient à perte de vue. Draco l’aperçu enfin à son plus grand soulagement, l’angoisse de ne pas le retrouver à tant alors que le brun s’était éloigné de Poudlard le quittant peu à peu. Cependant son apaisement ne fut que de courte durée, alors que déjà l’inquiétude de savoir que leur échange risquait d’être plus que tendu lui faisait appréhender la chose. Il devait revenir avec lui, coûte que coûte. Ils devaient clore cette foutue quête avant que minuit ne sonne, et bien qu’il n’était que la fin de la journée, les derniers évènements risquaient bien de jouer en leur défaveur. Surtout si Harry se décidait à jouer le type buté et vexé dans son égo. Mais comment pourrait-il réagir autrement, franchement ? Même lui, Draco, ne pouvait que le comprendre. Comment se serait-il senti si à sa place c’était le Gryffondor qui l’avait quitté aussi sèchement que lui venait de le faire ? Mal. Sans le moindre doute. Mais Harry devait le comprendre, car quoi qu’il en soit le Serpentard n’avait pas fait cela de gaieté de cœur. Qu’est-ce qu’il croyait après tout ? Qu’il était si simple pour lui de lui résister ? De s’être détaché de lui malgré que leur histoire l’effrayait au plus haut point ? Car il pouvait bien penser ce qu’il voulait, la vérité c’était que ça n’était pas le manque de désir qui l’avait éloigné de lui, mais ce besoin de les mettre en sécurité avant toute chose et de comprendre ce qu’il se passait. Rien n’était simple, et encore moins ce qui était leur « relation ». Alors oui, c’est vrai qu’il avait peur, mais des deux il semblait être le plus réfléchi car lui seul semblait mesurer l’impact réel de ce que l’annonce de leur baiser saurait causer.

A l’annonce de son prénom, Harry tourna la tête vers lui, son regard criblé de colère semblant s’atténuer lorsqu’il croisa le sien rongé par l’angoisse que Draco ne tentait pas de lui dissimuler. A quoi bon, de toute manière ? De toute manière plus il essayait de lui mentir en lui cachant ses émotions, et plus il s’offusquait. Or en ce moment-même, le blond avait besoin de mettre toutes ses chances de son côté pour pouvoir le convaincre de retourner au château pour poursuivre ce qu’ils avaient interrompu, quand bien même tous les deux auraient préféré terminer une autre chose qui dévorait leurs entrailles seconde après seconde. Mais enfin le brun se retourna pour lui faire face. Baissant un bref instant le regard sur la surface de l’eau qui lui renvoyait leur reflet immobile, Draco pris une légère inspiration pour tenter de le convaincre. Cependant plus il parlait, et plus ses espoirs s’évanouissaient. Que se passait-il bon sang, ne réalisait-il pas à quel point ils seraient fichu si l’école venait à apprendre ce qu’ils avaient fait ?!

La colère reprenant toute sa place dans ses yeux d’émeraude vacillante, le Survivant se détourna sèchement de lui avant de s’envoler au loin pour mettre le plus de distance possible entre eux. Comme s’ils avaient le temps de jouer à ça !

« Hé ! Harry attends, arrête ! » L’interpella-t-il avant de se pencher sur son balai pour le rattraper aussitôt.

Le saisissant par le bras pour le stopper dans sa course, le brun s’arrêta et retira sèchement son bras de son emprise avant de s’adresser à lui avec une agressivité qui était plus redoutable encore que ce qu’il avait déjà pu entendre. Plus il débitait ses mots, et plus le visage aux traits fins du blond se crispaient de rage et de dégoût. Pourtant il ne broncha pas un seul instant, ni même lorsque celui qui pour qui il était visiblement redevenu rien de plus qu’un Malfoy le saisit violemment par le col de sa chemise, enserrant sa gorge de ses doigts.

Le repoussant brusquement en arrière, Draco planta ses iris d’un gris acéré dans les siens, une moue de dégoût sur le visage.

« Comment peux-tu être aussi stupide ? Je savais que tu n’étais visiblement pas un cérébral, mais de là à ne pas te poser la moindre question ne serait-ce qu’une seule seconde ça bat tous les records ! Tu crois quoi ? Que ça m’amuse ? Que je m’éclate à me torturer le cerveau pour essayer de comprendre ce qu’il se passe parce que je suis simplement le plus grand masochiste de la Terre ? Mais merde Potter, j’en ai ma claque ! Réfléchis ne serait-ce qu’un seul instant, je te jure que ça ne te tuera pas ! Est-ce que tu penses aux conséquences que ça va avoir si on sait qu’on a pu s’embrasser ? Tu crois qu’il n’y a que mon honneur qui m’intéresse ? Tu penses franchement que je ne vis que pour ça ? Et bien désolé de te décevoir, mais j’ai peut-être d’autres choses à penser dans ma vie ! »

Reprenant un bref instant son souffle alors que la rage coulait dans ses veines au point que ses mains tremblaient d’une colère noire, le blond reprit, les lèvres pincées avec mépris :

« Tu sais quoi, tu peux me frapper à tort et à travers si ça te chante quand tu entendras ça, mais toi tu n’as personne envers qui justifier tes actes ! Personne qui ne jugera ta vie et aucune famille qui se détournera de toi si elle apprenait ce que tu as pu faire ! Je sais, c’est dégueulasse à entendre mais tu sais que j’ai raison ! Et plus encore : est-ce que tu as pensé deux secondes à ce qu’il pourrait se passer si Tu-Sais-Qui apprenait ça ? Mais merde, tu crois que j’ai envie de voir mon père mourir, tout ça à cause d’un putain de baiser ?! » Cria-t-il avant de se figer soudain.

Comment, sous le coup de la colère, avait-il pu lui dire cela ? Comment avait-il pu révéler à celui qui était l’incarnation-même du camp opposé à ses croyances que son père risquait à présent sa vie par sa faute ? Comment avait-il pu lui laisser comprendre enfin que Lucius était bel et bien un Mangemort ? Ebranlé par sa faute et l’épuisement qui le possédait à présent, il reprit alors d’une voix qui semblait s’être éteinte alors que sa gorge se nouait à nouveau avec violence :

« Tu sais quoi ? Continue à faire ton gamin moyen et va où ça te chante, moi je retourne au château. Mais plus jamais tu ne me parleras ou ne m’approcheras ne serait-ce même qu’à dix kilomètres à la ronde. Je vais me charger de ta foutue citrouille, mais dégage de ma vue, et plus jamais ne recroise ma route. Oublie-moi, et fais-toi oublier. Définitivement. » Lui lâcha-t-il avec acidité d’une voix qui fut pourtant à peine audible, avant de s’éloigner vers Poudlard.

La citrouille l’attendait…



Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Dim 3 Fév - 18:55


Harry serra les dents lorsque Draco le repoussa vivement. Sa tirade aurait été extrêmement douloureuse s'il n'avait été aussi en colère d'être si loin de lui à nouveau. Qu'il le rejette alors qu'il s'apprêtait peu être à lui faire du mal était aussi vexant et blessant que lorsqu'il voulait uniquement lui faire du bien. Il avait un besoin viscéral irrépressible de contact. Si ce n'était de caresses et de baisers, alors de coups de pied et de poing lui allait tout aussi bien.

Il ne desserra pas les dents de tout son monologue, se focalisant quasiment entièrement sur son visage déformé par l'angoisse et la rage à la fois. Ce qu'il pouvait être beau. Il aurait donné sa vie pour glisser son pouce sur ses lèvres ... Quelques mots le pénétraient mais la plupart de ce qu'il disait, il ne l'entendait même pas, focaliser qu'il était sur son besoin de le toucher. S'en était tellement malsain qu'il le percevait, mais rien de ce que pouvait dire sa raison ne semblait avoir un quelconque impact sur ses actions.

Et puis Draco lui dit qu'il pouvait tout aussi bien le frapper pour ce qu'il allait dire ... Depuis quand se souciait-il de ce qu'il pouvait dire et si ça pouvait se révéler blessant ? Harry haussa un sourcil. Ses insultes sur le fait qu'il n'était qu'un crétin, un idiot incapable de résonné passait encore mais ce qu'il lui avoua avec une douceur étonnante, comme s'il voulait lui faire passer le message et non simplement le heurter, c'était tout à fait différent. Oui il n'avait personne pour le juger, personne pour condamner ses actions, mais il n'avait également personne pour prendre soin de lui, le rassurer et l'accompagner dans la vie.

Son visage se mua en une grimace pour sauver les apparences. Au fond il était blessé. Non parce que lui avait dit Draco mais parce qu'il ne connaissait absolument pas sa situation ni qui il était et ce qu'il aurait donné pour avoir une famille. Non ça il n'en avait pas la moindre idée. Il n'avait même pas envie de rétorquer avec méchanceté. Il ne bougea pas, c'était là toute sa réaction.

Et puis Draco finit par lui avouer qu'il ne voulait prendre aucun risque pour sa famille, pour son père qui pourrait bien être tuer si un jour Voldemort apprenait cela. Pour Harry s'était illusoire, le Lord n'était qu'une ombre, un spectre malfaisant, et même s'il désirait revenir à la vie, il avait bien d'autres problèmes que la vie sexuelle de Harry Potter et Draco Malfoy.

A son sens, ce n'était que de la parano, Draco était tellement incapable d'assumer ce qu'il avait fait, ce qu'ils avaient partagés, qu'il préférait se convaincre que c'était en tout point condamnable et par tout le monde ! Harry secoua la tête. Il venait juste de comprendre que Draco lui avait à demi mot avouer les liens de son père avec Voldemort ... Comment une information aussi importante avait pu lui échapper ?

Harry déglutit et regarda le blond sans réagir. Dans quel état de détresse devait-il être pour proférer ce genre de choses ? C'était impossible, depuis des années qu'ils se connaissaient et se cherchaient de la pire des façons, depuis qu'Harry faisait tout pour lui faire avouer que son père n'était qu'un Mangemort, c'était à ce moment, après l'étreinte qu'ils avaient finalement partagée, qu'il lui lâchait l'information ... Le brun ne savait que penser.

Mais avant même qu'il ne puisse réagir, Draco s'éloignait déjà sur son balai, lui hurlant de l'oublier et de ne plus jamais lui adresser la parole, se rendant à ses dires, à la recherche de la citrouille. Le sang d'Harry ne fit qu'un tour et s'il n'avait pas été vif auparavant vu ce qu'il avait du encaisser, c'était fois, sans était trop, réellement trop. Il poussa son balai à pleine vitesse et se lança à la poursuite du blond.

Dès lors qu'il l'eut rattrapé, Harry saisit brusquement son bras après lui avoir barré la route en dérapant dans les airs. Il se mettait en travers de son chemin, l'empêchant ainsi d'avancer. Le vent ébouriffait ses cheveux toujours en bataille de leurs ébats et il eut envie de sourire. Mais il conserva la mine grave et les dents serrées. Comment pouvait-il être à la fois aussi énervé et aussi séduit ? Ce blond lui faisait perdre la tête !

"Maintenant tu arrête et tu m'écoute ! Je suis peut être pas un cérébral comme toi Draco, mais moi au moins j'écoute mon coeur. J'ai jamais eu de famille, personne pour observer le moindre de mes mouvements, me juger, me condamner pour ce que je faisais, mais j'ai jamais eu aucun soutien, aucune aide, pas d'amour inconditionnel, pas de tendresse, personne pour m'accompagner dans la vie. J'ai toujours été seul, t'entend ça ? Tout seul ! Tu sais pas ce que c'est la solitude toi qui est toujours entouré de ta clique ! Bah je peux te dire que c'est la pire chose qui soit ! Personne sur qui compter, personne pour te rassurer quand tu as peur, personne pour te soutenir quand tu as mal, personne pour partager tes joies et tes peines ! Tu crois que je préférerais pas avoir un putain de père ? Même le pire des Mangemorts, j'en ai rien à foutre ! Toi au moins tu as quelqu'un qui t'aime ! Moi j'ai personne ! T'entends ça ! Personne !"


Il reprit sa respiration en haletant. Il avait du mal à inspirer, les larmes de rage et de colère lui montaient aux yeux. Il avait mal au ventre et les muscles de ses cuisses le heurtaient. Il déglutit faiblement, la tête baissée, toute sa poigne serrée autour du bras de Draco.

"Alors j't'interdis, t'entends, je t'interdis de me laisser. Si tu te barres maintenant, je te jure que je te retrouve et je te tue. On se débarrassera de moi, on m'enverra à Azkaban, j'en ai rien à foutre, si tu me laisses, tout ça n'aura plus aucune importance. C'est pas seulement histoire de cette putain de citrouille, c'est ce qui nous arrive qui est important ! Tu crois que Dumbledore a fait ça au hasard, tu crois qu'il est pas déjà au courant de tout et que ce qu'il nous offre, c'est pas une chance ? Tu crois que ce n'est qu'un vieux con qui veut juste te pourrir la vie ? Et bah tu te trompes, tu te trompes, t'entends !"


Harry s'approcha encore de Draco et croisa leurs balais pour se retrouver à quelques centimètres de son visage. Ses orbes amaranthes plantées dans celles obsidiennes du blond, il ne le quitterait pas des yeux. Ces dernières paroles, il les lui chuchota, n'articulant presque pas, une paume posée doucement sur sa joue.

"Alors me laisse pas, Draco, s'il te plait, me laisse pas !"


A cet instant il franchit l'espace qui les séparait encore et posa doucement, délicatement, ses lèvres sur les siennes. Pourvu qu'il ne le laisse pas ... Il ne saurait le supporter !

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Dim 3 Fév - 21:42




Harry l’avait observé tout le long de ses discours secoué par la colère et la peur qui l’animaient avec hargne, ne perdant pas une goutte de ce qu’il disait. Du moins était-ce ce qui avait semblait à Draco, tandis que le brun l’avait regardé fixement d’un œil qui lui aurait fait perdre tous ses moyens si sa rage à son égard n’était pas aussi puissante. Mais bientôt, elle fut retournée contre lui-même lorsqu’il se rendit compte de la monstrueuse gaffe qu’il venait de commettre. Non, il n’avait pas pu faire ça… Il n’avait pas pu avouer que son père était un Mangemort, pas à lui… Et pourtant, c’était bel et bien le cas. A quel point Potter le perturbait-il pour qu’il ait pu à ce point manquer de retenue ? A quel point le rendait-il dingue pour qu’il aille jusqu’à révéler qui était en réalité son propre père, lui faisant encourir de la sorte un réel danger ?

Par Merlin ce que Draco s’en voulait. S’il avait pu remonter le temps il l’aurait fait… mais il en était incapable. C’était hors de sa portée : le mal était bel et bien fait. Alors il voulait s’enfuir le plus loin possible de ce type qui le rendait malade, qui lui faisait perdre tout son sang-froid et qui savait, d’un simple regard, faire de lui un homme qu’il n’était pas. Ou au contraire lui faire plutôt réaliser qui il était en réalité. Mais la vérité était effrayante, et en cela il préférait amplement la fuir. Oui, c’était lâche, mais et alors ? Il était ainsi, il avait ses défauts et celui-ci en faisait partie. Il voulait partir, ne pouvant plus supporter ce malaise qui régnait entre eux, ni ce besoin dévastateur qu’il avait à vouloir le désirer tant et plus. Car rien, et pas même cette rage qu’il n’avait su contenir était pourtant suffisamment forte pour qu’il parvienne à se détourner de ces sentiments qui l’animaient de plus en plus à son égard. Mais quels étaient-ils réellement ? Il n’en savait rien. Ou plutôt non, il avait terriblement peur de le savoir.

Alors il devait le fuir, autant parce qu’il ne supportait plus les actes du brun que parce qu’il n’arrivait plus à se dominer en sa présence. Par Merlin si seulement Harry pouvait comprendre combien il avait envie de lui… S’il pouvait ne serait-ce qu’avoir le moindre soupçon sur ce que le blond désirait réellement et qui n’était autre que lui ? Car c’était la vérité absolue, et plus Harry le regardait de la sorte, plus il se sentait au bord de ce qu’il avait toujours nommé « l’irréparable ». Il fallait qu’il parte, il n’avait pas d’autre solution. Il n’en connaissait aucune autre.

Faisant demi-tour sur son balai, il commença à s’éloigner, son cœur tambourinant comme un fou contre la paroi de sa poitrine en lui provoquant une douleur innommable. Il ne voulait pas s’éloigner de lui, mais il ne pouvait également plus le supporter. Tout autant de sentiments et de sensations contradictoires qui le perdaient totalement dans son esprit, dans lequel il ne trouvait plus la moindre issue ni la moindre solution à ses problèmes. Mais peut-être que terminer cette quête seul ne serait pas un mal, en fin de compte. Au moins nul ne connaîtrait leur secret, et il serait à jamais séparé de… Potter. Bon sang ce que dire son nom lui était devenu difficile alors qu’il le faisait autrefois avec tant de simplicité que de naturel. Et qui sait, peut-être qu’alors il pourrait enfin se détourner et oublier ce qu’il ressentait pour le brun. Pour cet homme…

Survolant le lac, Draco se mordit la lèvre avec dureté, tentant désespérément d’ignorer les à-coups ravageurs et douloureux de son cœur qui semblait vouloir se battre contre son esprit par la violence pour lui montrer qu’il ne voulait pas s’éloigner de lui. Mais qu’il le veuille ou non il n’avait pas d’autre choix, et il le savait ! Alors pourquoi malgré tout souffrait-il à ce point ? Tant pis, il avait fait son choix de toute manière, et il ne pouvait pas revenir en arrière, qu’importe ce que ses désirs lui dictaient.

Mais relevant brusquement la tête, Draco arrêta de justesse son balai alors que Potter lui barra soudainement la route en le saisissant par le bras pour le retenir. Le fixant avec incompréhension et méfiance, le blond ne chercha cependant pas une seule seconde à se dégager de son emprise, alors qu’il savait pertinemment au fond que ce que venais de faire le brun était en secret ce qu’il avait à peine osé rêver… Oui, il l’avait rattrapé pour le retenir.

Se faisant à présent face à nouveau, Draco releva lentement le regard vers lui, sentant sa respiration se saccader légèrement lorsque ses yeux se posèrent sur le visage d’un brun, dont les cheveux virevoltés au vent, encore totalement en bataille après ce qu’il s’était passé entre eux. Alors l’image de sa main qui glissait dans ses cheveux foncés et soyeux lui revint en mémoire… Fermant brusquement et brièvement les paupières pour la chasser de son esprit, il osa à peine croiser à nouveau son regard lorsque la voix grave et ferme d’Harry retentit à nouveau dans les airs.

Il n’en perdait pas le moindre mot, l’écoutant avec attention alors qu’il ne pouvait pas s’empêcher de réfléchir à tout ce qu’il lui disait. Il avait raison. Entièrement raison… Jamais Draco n’avait osé écouter son cœur, et sans doute était-ce pour cela qu’à présent que cet organe prenait le dessus sur sa raison, il se sentait littéralement pétrifié de peur. Alors oui, il pouvait également se plaindre, mais au fond et malgré tout il avait compris combien ses parents l’aimaient et étaient prêts à tout pour lui. Toutes ces attentions de sa mère qu’il trouvait alors bien trop étouffante étaient toutefois quelque chose que nombre de personnes auraient rêvées de pouvoir vivre. Et quant à la froideur de son père… il n’avait fait que lui inculquer ses règles pour faire de lui le meilleur fils qui soit, et si Draco avait véritablement eu si peur de lui pendant tout ce temps, dernièrement il avait enfin compris combien cet homme l’aimé. Mais jamais Harry n’avait connu ça, jamais. Oui, encore une fois il avait raison : jamais il n’avait été seul. Et même s’il était particulièrement entouré sans pour autant posséder de réels amis, il avait Blaise et Pansy qui lui étaient extrêmement chers. Harry, lui, n’avait que les deux autres Gryffondors, et personne d’autre…

Alors soudain Draco compris ce qu’il ressentait, pour la première fois. Jamais il ne s’était donné la peine de le faire jusqu’à présent, mais aujourd’hui il réalisait. Ce type dont il avait été si amèrement jaloux au fond… non, il n’avait rien à lui envier. Absolument rien.
Ne disant pas le moindre mot, Draco perçu ces larmes qui montaient lentement aux yeux du brun, noyant ses prunelles d’émeraudes qu’il ne pouvait soutenir plus longtemps, honteux et mal-à-l’aise. Mais les paroles les plus prenantes qu’il n’avait jamais entendu furent celles qui suivirent. Il ne voulait pas qu’il le laisse… Il ne voulait pas qu’il l’abandonne… Pour cela, il serait prêt à commettre le pire des actes, mais seulement pour lui montrer à quel point son éloignement lui serait insupportable. Ses lèvres s’entrouvrirent légèrement alors qu’à nouveau il réalisait que le parfait imbécile dans l’histoire avait sans aucun doute était personne d’autre que lui-même. Dumbledore aurait fait ça… pour eux ? Probable, oui… En tout cas ça prenait tout à coup cruellement du sens…

Et à nouveau le corps d’Harry se rapprocha du sien. Leurs balais l’un à côté de l’autre, leurs visages n’étaient tout à coup à nouveau si proches l’un de l’autre que ces sensations qui lui devenaient de plus en plus familières l’envahirent soudain. Et lorsque sa main légèrement fraîche se posa doucement sur sa joue, Draco releva lentement les yeux vers lui, croisant son regard avant que le brun ne lui murmure ces mots qu’il n’oublierait jamais. Sans pouvoir lui répondre, Draco sut toutefois qu’elle aurait été sa réponse si seulement il avait eu la gorge suffisamment dénouée pour pouvoir lui répondre. Non il ne voulait pas l’abandonner… il n’y parviendrait pas.

Et lorsque les lèvres d’Harry se posèrent sur les siennes… Cette délicatesse et cette tendresse furent telles qu’il se crut dans un rêve. Il aurait pu lutter, à nouveau, mais c’était à présent hors de question. Qu’importe sa peur et les risques, il n’en avait plus rien à faire. Passant doucement une main autour de sa taille avant de saisir doucement le tissu de sa cape noire au col rouge et or, il lui rendit son baiser avec cette douceur et cette sincérité qu’il n’avait encore jamais osé lui témoigner, et ce sentiment nouveau qui le submergeait pour la première fois sur lequel il avait peur de pouvoir mettre un mot pourtant tellement évident…


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 5 Fév - 15:56


Le baiser que lui avait offert Draco en échange de ses lèvres délicatement et chastement posées sur les siennes en disait long sur ce qu'il ressentait. Harry était ravi car pouvait savourer à nouveau la bouche suave et velouté sur le plat de sa langue et c'était tout ce qui comptait pour lui.

Peut être était-il égoïste, peut être ne pensait-il qu'à lui dans cette histoire, mais depuis qu'il pouvait goûter à ses lèvres et s'enivrer de son parfum, l'Autre et la Chose semblait se détacher de lui. Il retrouvait un équilibre, faisait moins de cauchemar la nuit ou du moins redevenait simple spectateur de ceux ci.

Hermione avait beau dire ce qu'elle voulait sur le côté malsain de ce besoin et ce pourquoi il l'assouvissait, Harry voyait seulement le bien que lui faisait Draco. Et comme le blond partageait apparemment ses avis, quel mal y avait-il à cela ?

Au fond de lui, un semblant de conscience lui disait d'une voix pointue que si Draco pensait qu'un baiser pouvait causer la perte de son père et de sa famille et que leurs échanges n'étaient source que de honte et d'orgueil bafoué, et que malgré tout il lui succombait, c'était un peu l'utiliser que de passer outre ses craintes juste pour qu'Harry soulage ses démons.

Mais il fit taire cette voix aussi vite qu'elle avait commencé à parler. Penser à Draco comme à un être doué de sentiments étaient compliqué, penser à lui même de la sorte l'était encore plus. Pour l'instant, aucun besoin de se compliquer la vie : ils avaient réciproquement envie l'un de l'autre et un jour ce désir, ce besoin se concrétiserait, c'était tout.

Mais en échangeant un regard plein d'émotions avec Draco lorsque leurs bouches se séparèrent de dépit, il sut que non, ce n'était pas tout ...

***

Harry avait attrapé Draco pour qu'il monte sur son balais, et s'accrochant à ses hanches, il l'avait emmené dans les airs, visiter les cieux et narguer les nuages en surplombant l'école où leurs camarades étudiaient toujours. Appréciant les bras du blond enroulés autour de son ventre, il avait poussé la balade jusqu'au dessus de la Forêt Interdite où ils en découvraient les sentiers complexes, sinueux et ne menant nulle part.

Après ce qui sembla à la fois une seconde et des heures, Harry reprit le chemin du château. Il poussa son balai à pleine vitesse et tapa un sprint en ligne droite jusqu'à la fenêtre d'où il avait sauté. Puis, arrivant au dessus des serres, il enjoignit à Draco de bien se tenir.

Lorsqu'il sentit sa prise autour de sa taille se raffermir, Harry prit un peu d'élan pour exécuter un looping impressionnant et une vrille effrénée en passant par la fenêtre, freinant d'un coup dans la Salle d'Etude des Moldus avant de s'emplafonner et atterrit un peu brusquement, les faisant tout deux tomber par terre l'un sur l'autre.

Harry éclata de rire avant de voler un baiser à Draco. Il perdit un instant ses prunelles dans ses orbes obsidiennes et caressa avec douceur sa joue pâle rosie par le vent, puis se releva avant de proposer sa main pour l'aider à se redresser.

"Alors, Draco, on s'y remet ?"


Appliquant lui même son conseil, Harry rattrapa la livre de Pierre et le Loup qui avait chu dans leurs ébats et indiqua la phrase scintillante à propos du lotus à son ... à son quoi au juste ? Là n'était pas la question conclut-il après quelques secondes de bug mental.

"Je pense que notre prochain et dernier indice se trouve dans les serres de botanique. Les fleurs de lotus, les graines, pousser, sérieusement je pense que ça ne peut être que là !"


Puis se rapprochant ostensiblement de Draco en déposant le livre sur la table attenante, posant ses larges paumes sur son torse à la chemise légèrement froissée, en contournant vicieusement les boutons, il s'approcha de son oreille pour y glisser d'une voix des plus sensuelle :

"Alors, qu'en dis-tu, Draco ?"


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Mar 5 Fév - 16:45




Sentir à nouveau les lèvres du brun se mouvoir avec une telle douceur contre les siennes suffisait en un instant à apaiser toutes les craintes et les peurs qui l’avaient submergé quelques instants plus tôt. S’il avait peur de ses sensations et des sentiments qu’il pouvait avoir à son égard, Draco ne pensait pourtant plus à rien en se laissant aller à ses désirs les plus profonds. Son mental torturé se taisant pour laisser à son cœur toute la place de s’exprimer pour une fois, ce ne fut que lorsque leur souffle leur manqua que les deux adolescents se séparèrent doucement, échangeant un regard qui en disait long, tandis qu’un sourire se dessinait légèrement sur les lèvres fines du blond. Jamais il ne s’était senti aussi bien que lorsqu’il éprouvait de telles choses pourtant tellement étranges. Mais ses yeux perdus dans les siens, tout cela n’avait pourtant plus la moindre importance. Oui, il se sentait bien, c’est tout. Qu’y avait-il d’autre à dire ? Rien, et il n’avait pas non plus envie de cogiter éternellement sur le sujet. Pour une fois, il voulait que son esprit le laisse en paix ne serait-ce que l’espace de quelques minutes pour le laisser profiter de toutes ces choses nouvelles qui se passaient en lui à cause de ce brun qui était la cause de tous ses maux autant que de son bien-être manifeste à présent.

Et lorsqu’Harry l’invita à monter sur son balai, un léger rire s’échappa d’entre ses lèvres. Qu’est-ce qu’il voulait faire ? L’interrogeant du regard dans un sourire, il s’exécutait pourtant, passant ses mains autour de la taille du Gryffondor afin de s’asseoir derrière lui. Sortant sa baguette de sa poche, il jeta une formule dans un murmure, pointant de l’objet son Eclair de Feu qui disparut aussitôt pour se re-matérialiser dans sa chambre, à l’endroit-même où il était rangé habituellement. Et s’agrippant doucement mais fermement au brun, légèrement plaqué contre son dos, tous deux flânèrent dans les airs, s’offrant de douces minutes pendant lesquelles ils se mirent à rêver, leur esprit vidé de tout tracas. Laissant son regard se perdre sur les environs dépeuplés, Draco laissa doucement son visage se poser contre le dos du brun, observant le décor tandis qu’il se sentait pour la première fois extrêmement bien. Plus qu’il ne l’avait jamais été, l’âme dénuée de toute colère et de toute angoisse.

Reprenant la direction du château bien malgré eux lorsqu’il fut temps d’y retourner, Harry accéléra soudainement, poussant son balai au maximum de ses capacités à leur plus grande joie mutuelle.

« Euh… Harry, c’est pas que le mur se rapproche considérablement, mais il faudrait peut-être voir à freiner pour le coup ! » Lui dit Draco, élevant légèrement la voix pour qu’il puisse l’entendre tandis que le vent soufflait avec force à leurs oreilles, ébouriffant leurs cheveux.

Cependant, ne semblant visiblement pas décidé à lui obéir, une toute autre idée en tête, le brun lui demanda pour toute réponse de s’accrocher à lui. Oh non, il n’allait pas faire ça quand même… ? Et pourtant si. Les yeux légèrement écarquillés sous l’effet de la surprise, Draco resserra sa prise autour de sa taille, se répétant mentalement que ce type était totalement barge. Pourtant et étrangement il n’avait pas peur. Il lui faisait confiance, bien que mourir écraser comme deux mouches contre un mur était loin d’être glorieux. Mais ça n’arriverait pas, il en était certain. Passant telle une flèche à travers la fenêtre qu’ils avaient laissé ouverte, ils pénétrèrent dans la pièce qu’ils avaient quittés quelques instants plus tôt, Harry ralentissant brutalement son balai à tel point que tous les deux furent projetés au sol. Le dos allongé à terre tandis que le brun était au-dessus de lui, pour la première fois en quatorze ans un rire clair et sincère émana du blond, qui tenta d’articuler entre deux fou-rires :

« T’es complètement malade, ma parole ! » Lui dit-il sans l’ombre d’un reproche, purement et simplement totalement amusé par sa folie.

Se redressant légèrement, leurs regards se croisèrent avant qu’Harry ne lui vole un baiser puis passe doucement et dans une tendre caresse sa main sur sa joue. Un doux sourire étirant ses lèvres, Draco laissa son regard se perdre dans le sien jusqu’à ce que le brun ne se redresse et lui tende la main pour l’aider à se relever en lui proposant de s’y remettre.

Saisissant sa main, le jeune homme se redressa et passa une main sur ses habits et dans ses cheveux totalement défaits pour retrouver une apparence acceptable, avant de le rejoindre. Afféré à la tâche, le Gryffondor se retourna vers lui et lui proposa de se rendre aux serres de botaniques pour le prochain indice. Puis reposant le livre sur la table sans que le blond n’ait eu le temps de répondre quoi que ce soit, il laissa ses mains se poser sur son torse avant de passer ses doigts derrière les boutons de sa chemise, arrachant un sourire amusé au Serpentard. Et se penchant à son oreille, il lui susurra d’une voix des plus délicieuses ces quelques mots. Ce qu’il en pensait ?

Dans un léger rire, Draco déposa ses lèvres brièvement dans le cou du brun avant de se retourner en s’éloignant de sa superbe pour lui répondre dans une élégance et un sourire des plus malicieux :

« J’en pense que tu devrais réfléchir plus souvent, tu vois que tu peux avoir d’excellentes idées. » Le taquina-t-il en haussant un sourcil d’un air mutin, avant de sortir de la pièce sans l’attendre dans ce qui était cette fois une plaisante provocation.



Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 36
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   Jeu 16 Mai - 13:57


"Sois mon Ennemi, au Nom de l'Amitié !"
Harry & Draco

5 Octobre 1995
Salle d'Etude des Moldus






Fiche par Yuki Shuhime, ne pas reproduire


Spoiler:
 




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]   



 

« Sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » [Harry - Draco]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1




 Sujets similaires

-
» Sois mon ennemi, au nom de l'amitié [Eris] - Terminé
» « Ton amitié m'a souvent fait souffrir ; sois mon ennemi, au nom de l'amitié. » William Blake
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» [Ennemi] Galaad
» Comment réagir face à l'ennemi [Pv Nuage de Vigne ]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Match the Power :: Poudlard :: Premier Etage :: Salle d'Etude des Moldus-




Ihatsuimg src="http://i10.servimg.com/u/f10/17/97/51/36/210.jpg">