AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 


 

"... Alors la Haine cessera avec l'Amour"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Auteur
Message
Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   Jeu 7 Fév - 12:34

"... Alors la Haine cessera avec l'Amour"
Jeudi 6 Octobre 1994


Convenant avec Draco que le prochain et dernier indice se trouvait bel et bien dans les serres de botanique, ils s'étaient rendu dans le parc. Sortir de la Salle d'Etude des Moldus avait été plus compliqué que prévu. L'heure du déjeuner avec depuis longtemps sautée et il était à présent l'intercours de l'après-midi où tous les élèves qui n'étaient pas en double cours de quatre heures, changeaient de salle.

Et il se trouvait que Harry comme Draco n'avaient absolument aucune envie de croiser quiconque dans les couloirs. Par chance -ou non s'était juste Dumbledore qui préparait bien ses coups- le jeudi était le seul jour où il n'y avait aucun cours d'Etude des Moldus. La salle était donc un lieu sur pour les deux garçons le temps que chaque classe retrouve sa nouvelle salle, et ce sans prendre le risque de se faire repérer !

Seulement, rester dans cette salle, assis sur une table en se regardant avec l'avidité et le désir contenus dans une sorte de gène partagée qui les laissaient cois n'était pas si aisé, surtout en sachant ce qu'il s'était produit un peu plus tôt dans un coin de la pièce ... Pour Harry, ça tenait presque de l'insoutenable. Alors, bien conscient que de ne rien dire ne faisait qu'aggraver cette impression de distance déroutante bien que nécessaire, le brun se lança et entrouvrit les lèvres.

"Dis, ce que tu m'as dis tout à l'heure, à propos de ton père ... Est ce que c'est vrai ? Je veux dire, il est réellement un Mangemort ?"


La question pouvait sembler déplacée mais pour Harry, elle n'avait pas la signification qu'on aurait pu croire de prime abord. Il s'était toujours demandé ce qui pouvait pousser un homme à rejoindre le chemin des ténèbres, quelles motivations le poussaient à l'arpenter durement et à y consacrer sa vie. Après tout ce n'était pas très différent de l'allégeance qu'il voulait lui même à Dumbledore ... Même si ce n'était pas l'homme qu'il suivait mais plutôt l'espoir qu'il symbolisait.

Mais cette guerre, bien qu'il y fut impliquée sans n'en avoir jamais rien su avant de rentrer à Poudlard, il ne la comprenait pas entièrement et ce n'était pas avec le vieux fou qui parlait par énigme qu'il serait renseigner rapidement. Pourquoi une telle opposition entre des sorciers qui partageaient la même communauté, les mêmes dons, le même univers ? Tout cela l'intriguait beaucoup.

"Pourquoi il a choisi de suivre Voldemort ? Je veux dire, qu'est ce qu'il y avait d'attirant dans ce côté-ci ? Pourquoi choisir de se mettre en danger, soi et sa propre famille pour prêter serment à un .... à un sorcier comme lui ?"


Au bout de quelques longues minutes, le bruit dans les couloirs prit fin et Harry fit signe à Draco qu'ils pouvaient sans trop de risque se rendre dans les serres. Ils parcoururent le château sans un bruit, en marchant dans l'ombre des tapisseries pour ne pas risque de se faire surprendre par quiconque. Ce qui s'était produit entre eux, ils devaient craindre que ça se lise sur leurs visages et ils se comportaient à présent comme des fugitifs.

Au rez de chaussée, le hall était encore plein de monde. Les élèves qui n'avaient plus cours, ceux qui rejoignaient la Grande Salle ou leur Salle Commune, ça grouillait de monde. Harry attira Draco sous une tenture pendant derrière une armure. Ce petit jeu avait un gout d'interdit qui rendait le tout très excitant. Et se retrouver dans un si petit espace, si près de Draco était un stimulant rêvé !

Alors qu'il se penchait pour observer le hall à travers la raie de lumière qui passait derrière le tissu, Harry laissa sa paume rejoindre presque intuitivement celle du blond pour la serrer furtivement, enlaçant ses doigts aux siens.

Puis la voie fut libre. Par pour longtemps, c'était certain, mais c'était une occasion à saisir. Leurs doigts se dénouèrent et ils se précipitèrent à la porte quand soudain, des rires précédèrent une bande d'élèves de Serpentard dans lequel on pouvait reconnaître aisément Pansy Parkinson, Blaise Zabini ainsi que Crabbe et Goyle. Ce fut Draco qui fut plus prompt à l'entraîner à l'écart d'une niche. Le souffle court, il sentit une paume se poser sur sa bouche pour l'empêcher de faire du bruit.

Le contact de la chair pâle avec ses lèvres lui donna envie de baiser la peau douce et velouté de Draco, mais ça n'aurait pas été le bon moment pour ça. Derrière lui, il sentait le corps du blond, presque blotti, plaqué contre lui pour se faire le plus discret possible. Harry en profita pour s'appuyer pleinement contre lui, peu importe le risque de gémir qu'il prenait en se retrouvant ainsi lové entre ses bras.

Puis à nouveau le danger passa et la main de Draco quitta sa bouche aussi vite qu'une distance glaciale se réinstaura entre eux. Mais c'était sans compter l'idée d'Harry qui permettrait à la fois de traverser sans crainte le parc jusqu'aux serres, mais aussi de prolonger le contact avec le blond.

"Ce sera impossible d'aller jusqu'aux serres sans se faire repérer ! On peut pas être à couvert tout le temps c'est juste pas réalisable ... Je vais te montrer quelque chose, mais il faudra me promettre de ne jamais rien en dire à personne, personne jamais ne doit savoir, tu comprends ?"


Puis d'une voix sibylline, Harry prononça la formule qui attira à lui sa cape d'invisibilité. Dès lors qu'il perçut le tissu arrivé dans le recoin qu'il partageait avec Draco, il se sentit comme apaisé. Enfin ils pourraient se rendre sans encombre jusqu'aux serres ! Surtout qu'à cette heure-ci, il y avait un double cours de botanique avec sa classe de Gryffondor et celle des quatrième années de Poufsouffle. Il fallait être très prudent.

"Viens là dessous et ne discute pas, je t'expliquerais plus tard ! Reste près de moi surtout, il ne faut pas que l'on nous voit !"


Il rabattit la cape sur lui et Draco, et sortit de la niche en s'assurant que le tissu les recouvre entièrement. Baissées tout près du sol, presque accroupis, ils progressaient lentement mais surement. Sans un bruit ils se faufilèrent dehors, en direction des serres.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   Jeu 7 Fév - 23:10


Rester assis à se regarder dans le blanc des yeux était pour le moins… complexe. Une certaine tension régnait entre les deux jeunes hommes, mais pas celle qui avait pu exister autrefois, faite de haine et d’une violence sans merci à leur égard. Non, cette fois quelque chose de plus fort et de radicalement différent teintait l’atmosphère. Croisant de temps à autre son regard dans lequel il n’osait s’éterniser pour ne pas se sentir encore plus confus qu’il ne l’était déjà, et surtout bien plus attiré par lui encore, Draco se contentait d’attendre patiemment dans le silence que les couloirs ne se vident pour qu’ils puissent enfin sortir de cette foutue salle de classe. Evitant soigneusement de laisser ses prunelles glisser dans le coin de la salle où ils étaient allés un peu trop loin sans, cette fois, le moindre regret pourtant, le blond restait ainsi, les lèvres liées en attendant que le temps passe et que les bruits alentours se soient définitivement arrêtés.

Cependant tout à coup la voix d’Harry s’éleva doucement dans la pièce, lorsqu’il lui posa cette question qui touchait bien plus le Serpentard qu’il ne pouvait l’admettre. Parler ainsi de son père lui donnait la sensation véritable de l’avoir profondément trahi… Cependant le mal avait été fait, et il y avait quelque chose dans son ton qui lui laissait pressentir que ça n’était pas pour le dénoncer ou le mettre en danger qu’il lui demandait une chose pareille. Mais pour autant… que devait-il vraiment faire, sincèrement ? Se mordillant la lèvre inférieure avec hésitation, le regard perdu au sol devant lui tandis qu’il demeurait assis sur cette table de classe, Draco lâcha un léger soupir à peine audible, avant d’acquiescer d’un simple hochement de la tête. Oui, son père était bel et bien un Mangemort, mais d’après ce qu’il lui avait dit, c’était là la pire chose qu’il ait pu commettre dans sa vie…

Fixant d’un air ailleurs et égaré la pointe de ses chaussures en cuir, le blond resta profondément silencieux, mal-à-l’aise, avant qu’à nouveau Harry ne lui pose cette autre question. Relevant lentement son regard vers le sien, Draco resta quelques instants silencieux. Il ne devait rien lui dire, il était la dernière personne dans ce monde à devoir connaître cette réalité-là, cependant… pour autant il y avait une telle sincérité qui émanait du brun que le Serpentard se sentait étrangement en confiance. Avait-il tort ? Peut-être bien. Pourtant au plus profond de lui-même, une voix intérieure lui murmurait qu’Harry ne le trahirait pas. Chose qui aurait pu être curieuse tant ils étaient les pires ennemis connus et reconnus à travers ce château… mais une toute autre chose naissait entre eux ces derniers temps. Sans parler à proprement dit de « relation », il savait toutefois que les choses ne seraient plus jamais comme avant.

Réalisant qu’il ne l’avait pas le moindre instant quitté des yeux durant ces secondes de réflexion, Draco lui répondit alors d’une voix qui se voulait calme, mais qui laissait transparaître certainement l’angoisse qu’il éprouvait pour son paternel.

« A vrai dire, on n’en a jamais parlé auparavant. Du moins pas avant la rentrée. Mon Père n’a jamais été quelqu’un de vraiment… ouvert, et encore moins envers moi. Il ne m’a jamais témoigné autre chose que son besoin de me voir être constamment à la hauteur de ses attentes. Cependant… » Commença-t-il avant de s’interrompre un bref instant, se demandant s’il était sage de continuer.

Mais au vu du regard que le brun lui adressait, il ressentit une réelle confiance qui le poussa à franchir ce pas :

« Père a rejoint Ses rangs pour défendre nos valeurs. Celle des Sang-Purs. Tu-Sais-Qui semblait leur offrir tout ce que des hommes comme lui pouvait rêver : un avenir meilleur pour nous, alors que nous sommes de plus en plus montrés du doigt et bien moins nombreux au fil du temps dans le monde des sorciers. C’est vécu comme une immense injustice. Mais il y a une chose que tu dois savoir, Harry. Père m’a fait cette confidence la veille de la rentrée : il… Il me dit qu’il a amèrement regretté d’être devenu un Partisan. Selon lui c’est la plus grande erreur qu’il ait pu commettre, et il a réalisé en voyant quel danger nous courons tous les trois que le Lord Noir n’était pas celui qu’il croyait. Harry, mon père est bien loin d’être comme tu peux le penser. Je peux te l’assurer. Pour être honnête, même moi je ne l’imaginais pas réellement comme ça… Je pensais qu’il voulait que je suive ses traces, que je devienne à mon tour un Mangemort lorsque l’occasion se présentera à moi. Mais j’ai eu tort… » Lui avoua-t-il avant d’abaisser le regard.

Si Draco n’en revenait pas de ce qu’il venait de faire, étrangement il ne le regrettait pas le moindre instant. Il savait qu’Harry comprendrait, du moins il l’espérait au plus profond de lui-même…
Enfin, le silence plana à nouveau sur le château, imperturbable. Quittant leur place, les deux adolescents jetèrent un discret coup d’œil au-dehors avant de sortir de la salle de classe pour se rendre à ce qui était leur prochaine et certainement avant-dernière destination : les serres.

Rasant les murs le plus près possible en sans faire le moindre bruit, les deux garçons progressèrent lentement jusqu’à atteindre le rez-de-chaussée en passant par des recoins bien moins fréquentés afin de ne pas se faire repérer. Ils auraient l’air de quoi sinon si l’on venait à apprendre qu’ils étaient l’un des binômes qui devait à tout prix chercher à faire taire un secret inavouable ? Les questions qui en découleraient alors seraient certainement même bien pires que la réalité. Enfin, si celle-ci pouvait davantage être bouleversante…

Soudain, Draco sentit Harry l’attirer avec lui sous une tenture pendant qu’un groupe de Serdaigles passaient en riant et discutant tranquillement avant de disparaître au fond du couloir. Plaqué contre le mur, le blond se risqua un léger coup d’œil avant de sentir qu’une main venait doucement serrer la sienne, leurs doigts s’entrelaçant un bref instant en faisant légèrement augmenter son rythme cardiaque. Posant l’espace d’une seconde le regard sur leurs deux mains jointes, esquissant un léger et bref sourire avant que le brun ne lui indique que la voie était libre. Prenant une légère inspiration en fixant la porte de sortie d’un air déterminé, les deux adolescents sortirent précipitamment de leur cachette, accourant vers la porte d’entrée en bois massif avant que soudain des éclats de voix que Draco reconnu aussitôt ne se fassent entendre. Ces deux rires gras et cette voix racontant mille et unes sottises à laquelle une voix féminine se mêlait… il n’y avait pas le moindre doute. S’arrêtant brusquement, Draco jeta un coup d’œil sur le côté en découvrant une niche située juste à côté d’eux. Passant aussitôt et avec rapidité sa main sur la bouche d’Harry pour ne pas qu’il fasse de bruit sur le coup de la surprise, le blond l’attira brusquement en arrière avant de se glisser dans l’espace pour ne pas se faire voir de ses amis qui passaient malheureusement par là. Si Blaise savait pour leur baiser, Pansy, Crabbe et Goyle n’étaient pas au courant, et Draco ne tenait absolument pas à ce que les choses changent.

Le souffle court, il tendait l’oreille pour guetter le bruit de leur pas s’éloigner, avant de sentir doucement le corps d’Harry se plaquer contre le sien, lui arrachant un nouveau sourire tandis qu’il sentait légèrement ses joues prendre quelques couleurs. Par Salazar ce qu’il pouvait lui faire un drôle d’effet… S’en était vraiment perturbant. Déglutissant légèrement, Draco retira aussitôt sa main de devant ses lèvres pour ne plus avoir à ressentir ce trouble qui l’envahissait dès que les autres furent passés. Jetant à nouveau un coup d’œil au-dehors, le blond lâcha un nouveau soupir en voyant combien d’élèves y flânaient.

« Ce n’est pas possible, il n’y a personne qui travaille dans ce foutu château ou quoi ? » Râla-t-il dans un murmure, tournant la tête vers Harry qui semblait réfléchir à quelque chose.

Et effectivement, celui-ci déclara à voix basse ce que Draco pensait malheureusement : il leur serait impossible de rejoindre les serres sans se faire voir au moins une fois. Or ils ne pouvaient pas se le permettre… Cependant il semblait bien avoir une idée derrière la tête pour remédier à cela, et en échange il demandait à Draco de lui promettre de garder pour lui ce secret qu’il lui révèlerait.

Hochant la tête en croisant son regard pour lui prouver sa sincérité, Harry murmura alors une phrase qui lui permit de faire apparaître quelques instants plus tard une étrange cape qu’il prit dans ses mains. Les sourcils légèrement froncés alors que mille et unes questions lui traversaient l’esprit au sujet de cet étrange bout de tissu, Harry mit fin à ses interrogations en lui demandant de se glisser dessous avec lui sans poser la moindre question. Entrouvrant les lèvres, Draco se résigna toutefois à se taire et à lui faire confiance, avant que le brun ne les recouvre tous deux de cette cape qui les obligeait à se courber pour pouvoir rester cachés.

Avançant à travers le hall encore bondé à cette heure, Draco ne put s’empêcher de laisser ses lèvres s’étirer dans un sourire autant amusé qu’impressionné, avant qu’ils ne rejoignent enfin le parc, ni vus ni connus, serrés l’un contre l’autre pour ne pas se faire remarquer. Beaucoup trop serrés à son goût d’ailleurs pour qu’il se sente pleinement à l’aise sans avoir à ressentir les cognements anarchiques de son cœur et d’avoir à gérer le flot incessant de ces pensées indésirables qui lui traversaient l’esprit.
Longeant l’une des serres dans lequel se tenait un cours du Professeur Chourave, les deux adolescents arrivèrent enfin dans une serre déserte et quittèrent la cape qui les recouvrait.

« Une cape d’invisibilité. Je dois dire que je suis vraiment admiratif pour le coup. » Lâcha Draco dans un sourire aussi impressionné que sincère.

Se redressant à son plus grand soulagement, il regarda attentivement autour de lui avant d’effleurer sans s’en rendre réellement compte la main d’Harry pour attirer son attention.

« Là. » Lui dit-il, se dirigeant vers un immense bac empli d’eau dans lequel flottaient… des lotus géants.

« Oh non, pas ça… » Lâcha-t-il en lançant un regard qu’Harry ne saisit visiblement pas.

« Ne me dis pas que tu n’as jamais entendu parler de ces machins-là. » Lui dit-il sans l’ombre d’un sarcasme dans la voix, bien plus agacé par l’épreuve qui les attendait.

« Bon, recule-toi et tu vas voir. » Lui dit-il avant de se retourner pour se diriger vers une cloche en verre dans laquelle volaient des insectes.

Une mine de dégoût à cette vision se dessinant sur son visage, Draco sortit sa baguette pour stupéfixer ces bestioles étonnamment grosses et répugnantes. Puis, d’un sortilège de lévitation, il en en sortit une de la cloche qui reposait ensuite sur les autres et la fit se poser sur l’une des fleurs. Aussitôt, ses pétales se fermèrent brusquement tandis que les racines de la plante battaient l’eau avec violence.
Posant ses mains sur ses hanches, Draco se tourna alors vers Harry et lui dit :

« Bon. On tire au sort pour savoir qui y plonge la main, ou on trouve une solution pour se débarrasser de ces horreurs ? » Lui demanda-t-il, bien qu’une idée germait déjà dans son esprit.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   Ven 8 Fév - 20:17


Lorsqu'ils furent enfin devant la dernière des quatre serres, la plus dangereuse et celle qui se révélait inoccupée à cet instant, Harry retira la cape qui les recouvraient tout deux. Durant le chemin à travers la pelouse du parc, le brun n'avait cessé de réfléchir à propos des paroles de Draco sur son père.

Il lui avait répondu avec une franchise touchante et surprenante. Et qu'il lui révèle avoir été ignorant au sujet de son père et de sa condition de Mangemort jusqu'à la rentrée dernière, autant que Lucius Malfoy paraissait peu satisfait de ce rôle, le bouleversait un peu trop. La confiance dont il avait fait preuve à son égard lui avait enjoint à lui révéler l'existence de la cape et il ne pensait pas s'être trompé.

"Elle n'est pas à moi. C'était à mon père, c'est lui qui l'a trouvé. Je n'ai fais qu'en hériter, y a pas vraiment de quoi se venter. Mais j 'avoue que c'est pratique."


Il ne se sentait pas vraiment à l'aise de parler de son père avec Draco, mais il pensait qu'il lui devait bien cela. Alors que le blond commençait à arpenter la serre à la recherche de l'indice, Harry se lança dans son récit, même si il ne lui avait finalement rien demandé.

"Lorsqu'il était à Poudlard, il avait un groupe d'amis, Remus Lupin -notre professeur de Défense de l'an dernier que tu dénigrais tant-, Sirius Black -une sorte d'oncle ou de cousin pour toi si je ne me trompe pas- et Peter Pettigrew, un traître qui était au service de Voldemort. Ils ont fait les quatre cents coups et pour soutenir Lupin qui était comme tu dois le savoir à présent, lycanthrope, ils ont travaillés toutes leurs scolarités pour devenir des Animagi. Mon père était un cerf. Et c'était pour aller s'entraîner qu'ils utilisaient la cape, entre autre chose ..."


Il n'était pas prêt pour parler de la carte des Maraudeurs, pas encore. Seulement Draco l'interpella bien vite pour lui montrer une sorte de bac rempli d'eau dans lequel flottait de magnifiques lotus. Face à son expression d'incompréhension, le blond attrapa une cloche de verre sous laquelle voletaient des insectes énormes à la carapaces visqueuses. Il en stupéfia quelques uns et les lança sur les lotus qui les attrapèrent avec une férocité peu commune.

"Je vois ... Non je n'avais pas le plaisir de connaître cette ... espèce fascinante ! Je t'avouerais que ça ne me dit rien d'y plonger le bras, alors j'opte pour la seconde solution."


Restant coi, il observa un long moment tour à tour les lotus et Draco avant de soupirer. Pour le coup, aucune idée de génie ne lui venait. Il ne connaissait aucun sortilège qui pourrait neutraliser les fleurs sans les détruire et quelque chose lui disait que c'était là le noeud du problème.

"J'imagine qu'il faut qu'elles soient intactes et que balancer un Incendio là au milieu serait pas forcément le plus intelligent ! Alors je ne vois qu'une seule solution."


Pour une fois qu'il faisait preuve de logique ... Mais peu satisfait de ce manque d'idées, il remonta brusquement sa manche et s'approcha du bac. En croisant les doigts pour que les lotus ne consomment que des insectes, il ferma les yeux et introduisit son avant-bras dans l'eau.

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   Dim 10 Fév - 18:40


A vrai dire, Draco ne s’était pas attendu que le brun lui parle de son propre père. Certes il l’avait fait avant lui et peut-être qu’à travers cette confidence difficile et inattendue, Harry avait voulu lui montrer sa reconnaissance et faire un pas à son tour. C’était du donnant/donnant comme on dit… mais pour autant cela restait surprenant.
Silencieux, le Serpentard écoutait attentivement son récit au sujet de cette cape qu’il possédait et qui était un objet pour le moins extrêmement rare. Même son père n’en possédait pas une… Cela dit, ça expliquait beaucoup de mystères qui tournaient autour d’Harry : ses disparitions soudaines pour affronter le Seigneur des Ténèbres, et bien d’autres situations encore. Alors il aurait pu se montrer cruellement envieux de ne pas détenir à son tour un objet aussi rare et estimable, mais pour autant ça n’était pas le cas. Car qu’est-ce que le brun possédait-il d’autre de sa famille, de toute manière ? Et puis même, pour être honnête il n’était pas jaloux de lui. Plus à présent qu’il comprenait de plus en plus qui était le Gryffondor, et qu’un lien nouveau commençait à se tisser entre eux pour les unir de manière tout à fait inattendue.

Sentant qu’Harry n’était pourtant pas réellement à l’aise dans ses confidences, Draco lui effleura brièvement la main, un sourire en coin pour lui montrer qu’il n’avait pas à se forcer s’il ne désirait pas lui parler. Après tout, il était loin de pouvoir lui en vouloir pour cela, bien au contraire. Après tout, jusqu’à il y a quelques heures encore ils n’étaient rien d’autre que des ennemis.
Commençant à arpenter la serre à la recherche du nouvel indice, il parcourait les lieux aussi vastes que chargés de milliers d’espèces magiques, avançant tranquillement jusqu’à ce que la voix d’Harry lui parvienne à nouveau, ce dernier lui racontant quelque peu la jeunesse de son père et les fréquentations qu’il avait pu avoir. Sincèrement touché par cette démonstration de confiance, Draco ne disait pas un mot, se contentant seulement d’hocher brièvement les sourcils lorsqu’il apprit que son cousin qu’il n’avait jamais connu, Sirius Black, était un proche ami de cet homme. S’arrêtant de marcher pour l’écouter terminer son récit, il acquiesça simplement d’un hochement de tête pour le remercier de ses paroles, et lui dit :

« J’ignorais tout cela. Enfin, je suppose à vrai dire que peu de personnes doivent être au courant alors… merci. Je ne dirai rien de tout ce que tu m’as dit, tu peux me faire confiance. Même si ça paraît difficile et impensable, tu peux vraiment me faire confiance. »

Reprenant sa marche, ses doigts longs et fins effleurant légèrement d’un air pensif une table sur laquelle reposaient des espèces de plantes au feuillage incroyablement large et orné de nervures dorées, sa voix claire retentit à nouveau dans la pièce.

« Je n’ai jamais connu Sirius Black pour ma part. Il a beau être effectivement mon cousin, il était loin d’avoir les honneurs et la reconnaissance dans ma famille. Inutile de te dire que nous le considérons bien plus comme un traître qu’autre chose. Enfin… après je n’ai jamais vraiment entendu parler de lui. Tout ce que je sais, c’est que ma tante Bellatrix le hait au plus haut point. A part ça, les choses ne vont pas plus loin. » Lui dit-il en haussant simplement les épaules.

Relevant lentement son regard hématite, le blond se figea soudain lorsqu’il aperçut enfin ce qu’il recherchait tant : les lotus. Seulement la tâche paraissait tout à coup bien plus complexe à présent qu’il réalisait que ces espèces étaient loin d’être particulièrement inoffensives. Après tout, on ne surnomme pas des plantes les Diables des Marais par pur hasard… Mais au vu du regard qu’Harry leur portait, il était loin d’avoir conscience de ce que ces horreurs-là représentaient. Après tout, ce dernier n’avait pas grandi dans l’univers de la magie… Mais pourtant ils en avaient déjà abordé le sujet avec Chourave. Enfin, Harry restait Harry !

Se tournant vers les insectes qu’il stupéfixa pour lui faire la démonstration de la « tendresse particulière » de ces lotus, il jeta un sort de lévitation sur l’un d’eux pour le diriger vers l’une des plantes qui le dévora aussitôt d’un appétit féroce et particulièrement effroyable. Ses racines battant l’eau avec force qui se déposa au sol à quelques centimètres seulement de leurs pieds, il se tourna vers le brun lorsque celui-ci constata effectivement que la tâche serait loin d’être simple. Restant tous deux silencieux le temps de réfléchir à la manière dont ils pourraient s’y prendre, un soupir s’échappa de la bouche du Survivant quelques secondes plus tard. Non, en effet les détruire serait loin d’être l’idée la plus judicieuse qu’il serait à adopter. Cependant, la seconde partie de sa phrase l’intrigua tout à coup.

« Quoi, comment ça ? Qu’est-ce que tu veux faire ? » Lui demanda-t-il.

Sa question resta toutefois sans réponse. Les sourcils froncés, il observa Harry qui se dirigeait lentement près du large bac, avant de se stopper pour relever sa manche.

« Attends, tu te fous de moi, là… » Lâcha Draco dans un souffle, se demandant si le brun était réellement aussi masochiste et suicidaire que cela.

Et en effet, il le semblait… Plongeant son bras tout à coup dans l’eau, les plantes se mirent à s’agiter violemment autour de lui. Accourant aussitôt vers lui, le cœur battant la chamade par la peur, Draco l’entoura brusquement de ses bras pour l’attirer en arrière, le corps d’Harry échappant de peu à ces monstres. Tombant à même le sol, le blond se mit au-dessus du Gryffondor et extirpa aussitôt sa baguette de sa poche, pointant l’une des qui s’apprêtait à les saisir avec rage.

« Expelliarmus ! » S’écria-t-il, celle-ci se retrouvant alors aussitôt projetée en arrière en lâchant un cri horriblement strident.

Lâchant un soupir de soulagement, il tourna alors la tête vers Harry qui lui adressa un grand sourire, un morceau de papier en main. L’indice…

« T’es totalement idiot et masochiste, je te l’ai déjà dit, ça ? » Lâcha Draco dans un léger sourire, lui donnant une légère tape sur son torse en même temps que son cœur avait évité de peu l’attaque cardiaque.

Dire qu’il s’était inquiété pour lui… Les choses devenaient de plus en plus étranges, incontestablement. Enfin, au moins ils l’avaient, ce foutu indice !


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   Dim 10 Fév - 22:08


Harry ressentit à l'instant même où il plongea la main dans le bassin, une douleur incommensurable qui monta dans ses doigts avant de se répandre le long de son avant-bras jusqu'à son épaule. Il aurait volontiers hurler à s'en déchirer les cordes vocales s'il n'avait pas eu la fierté de se montrer courageux et fort devant Draco qui accourait d'ailleurs à sa hauteur avec une mine horrifiée.

Mais Harry n'en démordrait pas, il lui fallait cet indice peut importe combien un lotus démoniaque lui déchirerait le bras de ses crocs acérés. Il sentit les racines aqueuses s'enrouler autour de son bras et lui bloquer le coude. Il eut la tentation un instant d'y plonger son autre bras pour se défendre mais l'idée de ressentir à nouveau une telle douleur était rédibitoire.

Le brun fouilla activement le fond du bassin et alors qu'il sentait grouiller dans ses veines le poison des lotus et les racines s'insérer sous sa chair, il se mordit furieusement la bouche pour s'empêcher de crier tant la souffrance devenait insoutenable. Soudain, il perçut sous ses doigts ce qui semblait être un morceau de parchemin ! Victorieux, il le captura au creux de sa paume et se sentit au même instant percuté de plein fouet.

C'était Draco qui avait fondu sur lui et lui encerclant la taille, le tirait en arrière de toutes ses forces pour essayer de le dégager du bassin aux lotus. Harry ne tenta pas de résister car il tenait fermement le papier et se laissa tomber en arrière sous le corps fin du blond qui l'avait limite plaqué comme un rugbyman enragé.

En quelques secondes, les racines avaient jailli hors de sa peau et même s'il gardait le bras percé de trous sanguinolent, Harry était entier. Mais comme si l'un des lotus particulièrement énervé cherchait à en découdre, il s'extirpa vaillamment du bac rempli d'eau pour se glisser jusqu'au Gryffondor.

Hary n'eut que le réflexe de reculer sur ses avant-bras en se dégageant de Draco, mais lui fut plus incisif dans sa réaction et balança un Expelliarmus droit sur la fleur aux dents pointues. Soupira de soulageant, Harry entendit hurler d'une voix stridente le lotus qui retourna tranquillement dans son bac.

Alors, le blond se tourna vers lui et quand il se redressa fébrilement, tapota son torse amicalement. Ce fut à ce moment qu'Harry dévoila l'indice dans un sourire en agitant le papier devant Draco. Celui-ci lui lança une remarque qui aurait pu se vouloir acerbe mais qui était en réalité pleine de douceur, révélant surtout combien il avait eu peur !

"Oh ne t'inquiète pas ! J'ai déjà survécu trois fois à Voldemort, c'est pas un minable origami qui va m'avoir ! Tada !"


Sauf qu'en exhibant l'indice sur le parchemin, Harry dévoila son bras mutilé d'incisions quasi chirurgical qui saignaient encore et secrétaient un liquide jaunâtre semblable à du pus. Le brun grimaça et tenta de dissimuler sa peau derrière son dos. Mais en captant le regard de Draco, il sut qu'il avait vu.

Comme si de rien n'était, il fit quelques pas dans la serre pour s'éloigner du blond et déplia l'indice pour le lire à haute voix. Avec un peu de chance, Draco ne s'approchait pas de lui et il pourrait mettre un peu du baume que Madame Pomfesh lui avait confié depuis qu'il était devenu un habitué de l'infirmerie.

"This is the end
Hold your breath and count to ten
Feel the earth move and then
Hear my heart burst again
"


Il récita cela d'une voix théâtrale qui ne suffirait sans doute pas à faire oublier au Serpentard l'état de son bras, mais Harry voulait tout de même l'espérer ...

"C'est une chanson moldue ! Je la connais bien, mon cousin passe son temps à la chanter sous la douche en hurlant comme un goret qu'on égorge. C'est d'Adèle, et la chanson s'appelle Skyfall ! Le tombé de ciel ..."


Cela ne parlerait peut être pas à Draco, mais pour Harry le message était clair ... La Tour d'Astronomie ! Là où le ciel tombait ...

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   Lun 11 Fév - 15:56


Le cri que lâcha la plante sembla vouloir leur faire exploser les tympans lorsque le sortilège la percuta de plein fouet. Lâchant un léger soupir de soulagement, Draco tourna alors la tête vers Harry et lui assainit une tape, bien que loin d’être forte, sur le torse tandis que son cœur commençait à peine à se calmer de sa frayeur qu’il avait eu. Et dire qu’il venait de s’inquiéter pour lui… il n’y avait pas à dire, quelque chose ne tournait décidément pas rond dans sa tête ! Mais il n’y avait pas à dire, ce type était totalement barge et suicidaire. Oser mettre sa main dans un bac immense rempli de monstres pareils… Quelle horreur. Mais il fallait bien reconnaître là la folie et le courage qui le caractérisait tant, même si elle frôlait bien trop souvent l’inconscience.

Dévoilant ses dents dans un sourire hautement satisfait, le brun répliqua, en exhibant le morceau de parchemin protégé par un sort de l’humidité de l’eau dans laquelle il avait baigné en les attendant, qu’il ne risquait pas grand-chose face à de pauvres plantes alors qu’il avait su plus de trois fois échappé au Seigneur des Ténèbres lui-même. Bon, pour le coup il n’avait pas tort, mais de là à manquer d’y laisser sa peau sous ce prétexte… Enfin bref. Au moins ils l’avaient, ce foutu indice. Mais à quel prix ? Car aussitôt que ses yeux d’un gris si clair tantôt bleutés se posèrent sur son bras dégoulinant d’eau, Draco se crispa aussitôt à cette vision que le brun tenta aussitôt de lui cacher. En vain.

De profondes entailles avaient déchirées sa chair à de nombreux endroits, laissant s’écouler de leurs plaies une quantité de sang réellement inquiétante. Et quant à cette espèce de liquide jaunâtre…

« Harry… » Commença-t-il, celui-ci se redressant toutefois en ignorant ce qu’il voulait lui dire, préférant lui cacher son bras meurtris.

Mais que pensait-il ? Que le Serpentard était suffisamment stupide et désintéressé pour ne pas vouloir y prendre garde outre mesure ? Etrangement, si ça aurait très bien pu et même dû être le cas vis-à-vis de son à présent pseudo ennemi, c’était loin d’être le cas. Non, Draco ne voulait pas faire fi de ses blessures, préférant s’efforcer à faire taire son esprit qui ne cessait de lui demander pourquoi il réagissait ainsi. Mais si seulement il le savait…

Prononçant alors à voix haute et sur un ton théâtralement exagéré les paroles qui figuraient sur leur indice, Draco ne l’écouta qu’à moitié, levant les yeux au ciel tout en lâchant un soupir tandis qu’il se redressait. Il savait que ce type était borné, mais à ce point…

Se retournant, une immense satisfaction dessinée sur le visage, Harry s’exclama aussitôt qu’il venait de comprendre quelle était leur ultime destination. Et en effet, au vu des paroles qui étaient inscrites, cela ne faisait pas le moindre doute.
Acquiesçant dans un simple hochement de la tête, Draco lui dit alors en croisant les bras avec une certaine sévérité dans la voix :

« Oui, oui. La tour d’astronomie, ça ne fait aucun doute, c’est bien. Mais là je m’en fous, personnellement. Parce qu’à moins que tu ne veuilles mourir sur les marches qui y mènent en te vidant de tout ton sang ou en laissant leur poison te ronger le corps, tu vas t’arrêter deux secondes et m’écouter, Potter. » Lui dit-il sur un ton autoritaire.

« Assis-toi. » Lui dit-il en se dirigeant vers lui, répondant d’un regard appuyé au sien pour ne laisser aucune place à la moindre discussion, en voyant qu’Harry s’apprêtait à protester.

« Donne-moi ton bras. » Lui ordonna-t-il en saisissant alors son poignet avec autant de douceur que de fermeté.

« Laisse-moi t’expliquer une chose avant de protester. Les Diables des Marais sont des sortes de sangsues qui pompent tout ton sang et secrètent dans tes veines un poison qui va lentement tétaniser tous tes membres. Petit à petit tu vas te mettre à suffoquer et… bon sang, regarde ton livre de botanique si tu veux savoir, mais arrête de me faire passer pour Granger ! Je te soigne, tu te tais, et tu te laisses faire. » Lui dit-il avant de saisir sa baguette.

« Ça ne va pas être agréable, mais ce sera toujours mieux que ce que leur venin te réserve. » Lui dit-il sur un ton qui se fit alors plus doux, avant de lâcher dans un murmure une formule.

De la pointe de sa baguette s’échappa alors un éclair bleuté, tandis qu’une sorte de glace se formait autour du bras d’Harry.

« Ca va arrêter le venin quelques instants. Maintenant, ne bouge pas, je reviens. » Lui dit-il en se redressant.

S’éloignant de lui, Draco arpenta la serre avant de voir quelques feuilles d’une plante grasse communément surnommée la Belle Meurtrière. Se dirigeant alors à nouveau vers Harry en saisissant un couteau au passage, Draco s’accroupit face à lui et reprit son bras qu’il posa sur son genou.

« La Belle Meurtrière va dissoudre le poison. Elle a beau avoir ce nom, la robe ne fait pas le sorcier. Bon, ne bouge pas. » Lui dit-il, découpant alors la plante qui laissa alors s’échapper un liquide épais et verdâtre que Draco récolta au creux de ses mains, avant de lui masser l’avant-bras avec douceur et concentration, dans des mouvements circulaires, tandis que lentement le sort qui immobilisait sa chair dans la glace disparaissait.

Le massant ainsi à l’aide de l’onguent pendant quelques minutes durant lesquelles planait un profond silence, Draco laissa son regard se perdre autour de lui pour rechercher un bandage qui suffirait à bien maintenir le tout. Mais en vain. Il n’y avait rien ici. Lâchant un profond soupir alors qu’il ne voyait qu’une seule possibilité pour y remédier, il souleva son pull gris sans manches d’uniforme et arracha brusquement le bas de sa chemise avant de lui passer autour de son avant bras.

« C’est bien parce que ce n’est pas toi… » Lui dit-il dans un humour pince sans rire, en relevant lentement son regard pour croiser l’émeraude du sien.

Au moins il ne serait pas totalement débraillé avec son pull par-dessus, mais arracher sa chemise… Enfin, il fallait bien ce qu’il fallait, non ?


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   Mar 12 Fév - 12:50


Harry eut la surprise de ressentir encore une douleur fulgurante même lorsque son bras fut hors du bassin. C'était même pire car à mesure que le temps passait, il sentait dans ses veines glisser la souffrance et grignoter peu à peu son membre pour rejoindre son épaule et son thorax. Il se maîtrisait de justesse de ne pas se gratter jusqu'au sang et surtout d'échapper au regard de Draco.

Pourquoi se cachait-il de la sorte ? Il n'aurait su le dire. Il avait une sorte de pudeur dans sa souffrance, ce besoin de dissimuler sa douleur à ceux qui tenaient à lui -comme il était étrange de classer le blond dans ce groupe de personnes- comme s'il devait absolument afficher devant eux un indéfectible masque de fierté et de courage.

Hors il n'en était pas toujours rempli et en cet instant, il aurait surtout eu besoin de s'effondrer en hurlant tant il avait mal. Mais quelque chose au fond de lui l'en empêchait et l'enfermait dans un mutisme aussi dérangeant qu'inutile. Mais tout cela c'était sans compter sur Draco.

Oui car le blond arriva vers lui et lui demanda avec fermeté de lui donner son bras. Il prit quelques secondes pour l'examiner avant de jeter un sortilège qui garda son avant-bras dans la glace pendant qu'il cherchait un remède à travers de la serre. Après quelques instants, Draco revint avec de grandes feuilles vertes et un petit sécateur.

Harry grimaça quand il le vit s'approcher de son bras avec une pâte gluante qui sortait des feuilles. Il eut un mouvement de recul quand le blond voulut lui en appliquer partout où il y avait les écorchures dues aux racines de la plante. Un peu vivement, il retira son bras.

"Oh !! Mais qu'est ce que tu fais avec cet espèce de guacamole ! Ahoh ça brûle vas y mollo !


Harry finit par laisser son bras à Draco qui tiqua pour qu'il se tienne tranquille avant de lui expliquer que l'onguent était toujours moins désagréable que ce que lui préparait le poison. Après de longues minutes à lui masser le bras, il était vrai que le brun commençait à se sentir soulager. La douleur s'échappait tranquillement de son bras et même s'il gardait le souvenir amer de la souffrance lancinante, il récupérait peu à peu.

Bientôt, le massage de Draco lui apparut comme une caresse et l'odeur épouvantable de l'onguent fut effacé par le parfum des cheveux du blond. Harry essaya de se secouer mentalement, car ce n'était absolument pas le moment de se laisser prendre à nouveau au piège par ses envies inquisitrices, mais les faits étaient là. Le désir grandissait en lui aussi vite que la plante pénétrait en lui pour neutraliser le poison.

Son autre bras bloqué sur son ventre, Harry essayait de couper dans l'oeuf cet émoi grandissant en pressant sur son entre-jambe avec toute la discrétion d'Hagrid en état d'ébriété. Draco ne manquerait pas de se rendre compte rapidement de ce qui lui arrivait -encore- et cette fois exempt de l'aura érotique qui les avait enrobés dans la Salle d'Etude des Moldus, il ne serait pas près à parier sur sa réaction.

Puis Draco se leva, souleva sa chemise -ce qui provoqua un tressautement intense dans son ventre- et en arracha un morceau pour l'enrouler autour de son bras comme un bandage. Dès qu'il eut terminé avec son bras, il se releva brusquement, bousculant un peu le blond avant de se rendre d'un air qui se voulait négliger, vers le fond de la serre tout en s'appliquant à placer l'élastique de son boxer sur son sexe en érection pour l'empêcher de continuer à durcir.

Au bout de quelques instants, n'entendant plus Draco, il se retourna et en se grattant derrière la nuque, demanda avec un détachement qui aurait pu être beaucoup plus naturel :

"Bon, on fait quoi maintenant ?"


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "... Alors la Haine cessera avec l'Amour"   



 

"... Alors la Haine cessera avec l'Amour"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1




 Sujets similaires

-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Une balade, un amour.
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» On ne sait jamais à quoi s'attendre venant de moi ☮ with Ethan
» Un monde qui n'est pas le mien



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Match the Power :: Poudlard :: Parc :: Serre n°1-




Ihatsuimg src="http://i10.servimg.com/u/f10/17/97/51/36/210.jpg">