AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 


 

Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Auteur
Message
Messages : 85
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22
Localisation : Salle commune de Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Née Moldue.
Baguette Magique: 27 Cm, Bois de Vigne et Ventricule de Coeur de Dragon.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Hermione J. Granger
Gryffondor
MessageSujet: Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor   Ven 28 Sep - 23:17

Hermione Granger





Votre Personnage

Nom : Granger
Prénoms : Hermione Jean.
Âge : 15 ans.
Date de naissance : 19 septembre 1979.
Nationalité : British.
Lieu de Naissance : Londres.
Statut du Sang : Née Moldue.
Identité du Sorcier

Baguette magique: 27 Cm, Bois de Vigne et Ventricule de Coeur de Dragon
Particularité: C'est une bosseuse sans relâche.
Maison fréquentée à Poudlard: Gryffondor
Année d'Etude : 4ème Année
Notes aux BUSEs

(à remplir uniquement pour les élèves ayant passé la cinquième année)
Métamorphose :
Potions :
Défenses Contre les Forces du Mal :
Sortilèges :
Astronomie :
Botanique :
Histoire de la Magie :
Matière Optionnelle 1 :
Matière Optionnelle 2 :
Notes aux ASPICs

(Précisez l’intitulé des matières uniquement pour les 6ème et 7ème années)
Matière 1 :
Matière 2 :
Matière 3 :
Matière 4 :
Matière 5 :
Etc… :
Physique

Hermione est loin d'être une fille qui se ferait remarquer par son physique. En général, les garçons ne lui tournent pas autour et si on peut l'apprécier ou lui trouver un charme, ce serait plutôt pour sa maturité que pour sa construction physique. Elle est objectivement banale sans rien de bien spécial qui puisse la démarquer des autres filles. Il est vrai qu'au fil des années, elle apparaît de plus en plus jolie par son visage qui s'affine et par le développement de ses formes féminines mais sinon, elle ne serait pas le genre de jeune fille qui pourrait jouer dans le rôle d'une croqueuse d'hommes. Ses épais cheveux ondulés se peignent assez difficilement et se retrouvent facilement dans tous les sens. De couleur châtain clairs, ils s'accordent en une parfaite harmonie avec ses yeux noisettes dans lequel on ne lit pas aisément ce qu'elle pense ou ressent. Elle évite de paraître comme un livre ouvert et utilise son propre corps comme un camouflage face à ses émotions et/ou sentiments. Après, quand il s'agit de lui faire une petite réflexion ou bien de la contredire sur un sujet, on peut percevoir son agacement par le froncement de ses sourcils. De même, quand elle est sceptique, elle plisse légèrement les yeux, fronce du nez ou bien se pince une lèvre comme pour améliorer ses capacités d'analyse et de réflexion. Dans l'ensemble, sa morphologie n'a rien de bien spécial, elle est de taille moyenne et d'un poids tout à fait convenable qui lui procure un bel indice de masse corporelle. Toutefois, il est certain qu'elle n'a pas le corps d'une athlète féminine et qu'aucun muscle ne ressort de ses bras fins. Elle est plutôt du type intellectuel que sportif. Pourtant, elle ne répond pas à cent pour cent à la description typique de « l'intello », à savoir celle du binoclard au visage marqué de boutons. Non, on peut dire qu'elle a été épargnée de ce genre de choses et c'est ce qui sauve un peu ce qu'elle est et qui l'empêche d'être encore plus critiquable.
Le teint de sa peau, quant à lui, est plutôt clair et cela est peut-être dû à ses nombreuses journées passées en s'enfermant dans son dortoir ou bien à la bibliothèque, là où le soleil ne peut la bronzer. Pendant longtemps, elle a été sujet de moqueries à cause de sa touffe de cheveux épaisse ou bien ses dents qui sont légèrement plus grandes que la moyenne. Même Drago Malefoy s'était amusé à les lui ragrandir à l'aide d'un sort et jamais il ne manque une occasion de lui lancer des piques. Pourtant très attentive à ce qu'on pourrait penser d'elle, Hermione ne prend pas trop le temps de prendre soin d'elle donc jamais on ne la verra s'encombrer de maquillage ou de bijoux puisqu'elle se contenterait du minimum à savoir, se laver, se vêtir et se peigner. Le seul instant où elle pourrait se montrer vraiment à son avantage, ce serait lors de soirées où elle désire enfiler un autre rôle que celui qu'elle joue au quotidien. Dans ces moments-là, oui, elle fera son possible pour être très jolie.
Question vestimentaire, la jeune fille ne suit pas spécialement les courants de mode et s'habille comme bon lui semble mais en temps normal, on la trouvera dans une robe de sorcière ornée du blason de la maison de Gryffondor qu'elle arbore toujours avec fierté. Pareillement, l'hiver la pousse à sortir ses gants, son écharpe et son bonnet rouge et jaune qui offrent plus de couleurs à sa personne. Dans sa démarche, elle est plutôt droite sans être désagréable pour autant même si parfois, il lui arrive de prendre des petits airs prétentieux tout en portant une tonne de livres dans ses bras.
Caractère

Hermione a toujours privilégié la lecture profonde de tous les bouquins qui ont pu passer entre ses mains aux autres activités habituellement pratiquées par les autres élèves de sa tranche d'âge. Elle ressent toujours le besoin d'alimenter son savoir et de l'enrichir le plus possible. Elle le fait autant par soif de connaissances que pour combler son sentiment d'insécurité. Elle ressent le besoin de connaître bien les choses, les évènements, les personnes, de les comprendre et de les anticiper au quotidien. Ignorer certaines notions de l'histoire du monde et de ce qui l'entoure peut l'a frustrer. C'était comme si l'ignorance elle-même constituait un danger pour elle. D'ailleurs, même si elle était déjà cultivée avant de savoir qu'elle était une sorcière, son entrée à Poudlard (dans un monde qui lui était nouveau) n'a pu qu'accentuer son sentiment d'insécurité qui a mené à une envie de se démarquer des autres par son intelligence. Elle est consciente de ses talents de mémorisation, de logique et de réflexion et elle n'hésite jamais à s'en servir, que ce soit en cours ou en dehors. Rares sont les élèves de sa promo pouvant rivaliser avec son niveau élevé et elle le sait ! N'ayant besoin que d'une fraction de seconde pour lever la main et apporter sa contribution aux cours, Hermione n'a pas besoin qu'on lui dise qu'elle est brillante pour le savoir. Ce genre de compliments l'a fait bien évidemment sourire timidement ou bien rougir puisque cela stimule sa sensibilité mais bien au fond de son esprit, ces fameux compliments ne lui apportent pas vraiment de révélations sur elle-même. En revanche, quand il s'agit de réflexions, la jeune fille ne se comporte pas du tout de la même façon et ressort la susceptibilité de sa cachette. Elle n'hésiterait pas à prendre la mouche en répondant au tac au tac ou bien elle s'en irait en ne cachant pas son agacement.

De ce côté-là, on peut constater qu'elle est un poil prétentieuse et si en temps normal elle parvient à le cacher en se montrant modeste, il arrive qu'elle se trahisse. Par exemple, un professeur lui avouant qu'elle a eu les meilleures notes la ferait sourire et ce serait derrière ce sourire que seraient dissimulés toute sa fierté et un certain orgueil. Cet orgueil est néanmoins effacé au fil de sa croissance et il est surtout présent lors de sa première année à Poudlard où elle se moque de l'échec de Ronald entrain de réciter une formule sur son rat juste avant de vanter ses réussites. D'autre part, cet orgueil l'empêche d'avouer facilement ses torts tellement elle est en quête perpétuelle de raison. La raison, elle ne la trouve que dans les domaines rationnaux et qui peuvent s'expliquer nettement contrairement à la Divination qui n'est pas un milieu très clair et qui ne peut s'apprendre à l'aide de théories inscrites sur des livres. Hermione et la Divination, cela ne fait pas bon ménage.
Cependant, dans toutes les autres matières, elle s'en sort toujours très bien et elle ne s'est jamais séparée de son côté « Madame Je Sais Tout » qui énerve la plupart des étudiants. Bien qu'irritant, il serait absurde pour elle de le mettre en veilleuse, quoi que puissent dire les autres. Et puis, ses capacités intellectuelles lui ont permis d'échapper à bien des situations périlleuses quand elle, Harry et Ron étaient en danger. L'une des causes de ces dangers a souvent été le manquement aux règles écrites de l'école et pourtant, quand il n'est pas question de sauver le monde, la petite est du genre à cheval sur le règlement et il lui faut un long moment d'hésitation avant de céder à quelques activités peu tolérées comme concocter une potion de Polynectar bien complexe ou bien sortir de l'établissement à une heure tardive.

A part cela, s'il y avait bien une personne dans ce château capable d'appliquer le règlement quasiment en permanence, c'était bien Hermione. D'une part, elle se fie énormément aux paroles des adultes de Poudlard donc il en faudrait beaucoup pour qu'elle n'en vienne à se poser contre ce qu'ils disent. Une de ses pires craintes en dehors de trouver la mort lors d'un conflit, c'est bien de se faire renvoyer. En première année, elle considérait même que le renvoi serait un pire sort que la mort et c'est ce qui prouve à quel point cette jeune fille est si attachée au château et aux richesses apportées par celui-ci. Une autre crainte de la brune serait de rater ses examens et par extension son futur. En effet, son avenir dépend beaucoup de ce qu'elle apprend dans ses livres et dans ce qu'elle sait appliquer, selon elle. D'ailleurs, son épouvantard prend la forme du professeur McGonagall lui annonçant qu'elle a manqué toutes ses épreuves de fin d'année. Et si elle devait un jour réellement tout rater, alors n'imaginons pas dans quel état la pauvre se retrouverait. Elle accumule déjà beaucoup de stress un mois avant les tests finaux. Par conséquent, elle se sent rassurée qu'en présence de ses livres, tous renfermés dans son sac et qu'elle transporte n'importe où afin de pouvoir les consulter à tout moment si un trou de mémoire ose s'installer dans son cerveau. De toute évidence, examens ou pas, elle ne s'en sépare pas plus de quelques heures et ne passe pas une seule soirée sans avoir lu ses piles de parchemin. En plus de cela, elle ne manque pas de détermination. Réviser, apprendre, mémoriser, appliquer... ce sont quatre actions qui constituent une grande routine pour elle. On pourrait aussi aller jusqu'à dire que ces actions lui sont aussi indispensables que manger ou respirer.

En dehors du monde des cours et des connaissances, Hermione reste quand même une fille. Elle a donc hérité des traits de tempéramment de base de son sexe, comme une sensibilité prononcée qui lui vaut un grand cœur et la capacité d'être à l'écoute de ses amis et de faire son possible pour les aider. L'égoïsme ne fait pas parti d'elle, bien au contraire. Quand il s'agit d'un Ronald Weasley complètement perdu parce qu'il n'a pas encore rempli un devoir censé être rendu le lendemain, elle finit par lui céder ses propres idées pour le guider. En parlant de Ronald, c'est souvent avec lui qu'elle entretient des conflits. Et puis, il faut bien le dire ; la nature de leurs disputes prennent sources dans des histoires de gamineries telles qu'un chat qui en veut au rat de l'autre ou bien certaines fréquentations d'Hermione qui ne plaise pas au jeune homme. Néanmoins, au final leur forte amitié finit toujours par sauver leurs liens. Etant très attachée à ses amis, elle ne peut concevoir sa vie sans eux donc les perdre ne lui serait totalement impensable. Sa loyauté n'a d'égal que son courage et son intelligence. Oui, il est en effet possible de faire preuve de ces trois valeurs et c'est ce qui a fait hésité le Choixpeau Magique lors de sa répartition en tant que Première Année. A Serdaigle, elle s'y serait certainement plu mais il se trouve que chez elle, un tempéramment assez enflammé et hardi peut prendre largement le dessus sur les traits qualificatifs qui l'auraient menée dans la maison des bleus et bronze. Si les disciples de Rowena ont tendance à rester en retrait et à se préserver dans le solitarisme, la Granger n'est strictement pas de ce genre. Elle apprécie la compagnie des gens bien qu'elle ne soit pas contre un moment de solitude à la bibliothèque et ne reste pas de marbre quand une situation la tracasse ou l'intrigue. Curieuse, elle ne pourra alors pas s'empêcher de faire des recherches sur les choses qui lui échappent et quitte à s'impliquer dans des affaires qui ne la concerne pas, elle et ses deux meilleurs amis, elle est prête à tout pour trouver des réponses à toute énigme censée être inextricable. La bibliothèque est particulièrement son coin de repère favori pour ses aventures livresques.

Au niveau du social, la miss est à la base timide. Elle a certes un fort caractère au fond d'elle mais cela passe d'abord par une envie intérieure d'assurer sa propre sécurité, surtout en ce qui concerne ses relations. Ainsi, elle sera beaucoup plus prudente envers les personnes de pouvoirs ou d'autorité que les autres. Elle se sent également plus rassurée quand elle commence à cerner une personne, son mode de fonctionnement et dès qu'elle se sent capable de pouvoir anticiper leurs actes. Ceci fait d'Hermione une personne très observatrice et fine. D'ailleurs, c'est ce qui fait qu'à ses débuts, elle portait beaucoup d'attention sur le regard des autres à son égard. Si au début elle n'avait aucun ami, elle savait que c'était pour sa différence qu'elle montrait en cours et elle se méfiait, à cette époque du moins, les rencontres avec ces gens qui ne se fiaient qu'aux apparences. Avant de se mettre à l'aise avec quelqu'un, elle va donc tenter de les comprendre pour mieux s'adapter par la suite. Ce processus n'a rien de volontaire, il relève simplement de cette insécurité dont elle n'est pas sûrement pas consciente d'elle-même. Ce mécanisme psychologique est aussi lié à la confiance en elle qu'elle peut gagner ou bien perdre. Lorsque Ronald la nomme « Miss Je sais Tout », elle a tendance a prendre cela comme de la flatterie alors que de la part du professeur Rogue, l'effet n'est plus le même. Et puisqu'elle est attentive aux regards des autres, il suffit simplement qu'elle n'ait pas encore analysé et compris une personne pour se sentir en insécurité et se demander à qui elle a affaire. Dans ce cas là, sa confiance en elle s'estompe. Ce n'est qu'en présence de personnes avec qui elle est à l'aise et qu'elle est capable d'interprêter le comportement qu'elle retrouve une bouffée de confiance. En déduction, sa confiance est plus liée à l'image qu'elle renvoie plutôt qu'à ses propres aptitudes même si elle reste fière de ce qu'elle est capable de faire. Une autre chose pourrait briser sa confiance en elle ; une trahison de la part d'un ami. Si un de ses proches ne se montraient pas digne de l'aide qu'elle le lui aurait apporté, alors elle en saurait déçue et considérerait qu'elle aurait mal cerné cette personne et cet échec d'analyse n'aurait que l'effet de lui faire remettre en cause ses propres compétences de compréhension et d'anticipation.

Sensible à tout ce qui l'entoure, elle tente quand même de cacher ses émotions, que l'instant soit dur ou pas. Pleurer n'est pas bien rare chez elle mais même si certains signes ne trompent pas, il est peu facile de lire dans ses yeux ce qu'elle ressent. Cela contribue aussi à son mécanisme psychologique pour se protéger. Elle ne l'avouera jamais mais quand un garçon lui plait, elle essaie de faire en sorte que nul ne le perçoive. Après tout, si elle est capable d'analyser le comportement des gens, elle se dit qu'il vaut mieux ne pas leur offrir l'opportunité de les laisser deviner les maux qu'elle peut ressentir. Ces maux sont des petites faiblesses qu'elle refuse de montrer pour sa sécurité et par peur des réactions des autres. Cela la rend d'ailleurs plus focalisée sur le comportement des autres plutôt que sur le sien. Toutefois, en amour, il arrive un moment où tout se dévoile et il lui arrivera même de se dévoiler d'elle-même, comme en dessinant des petits cœurs en pensant à Gilderoy Lockart. Hermione n'est pas qu'une intellectuelle, mais aussi une petite fleur bleue qui rêve de romantisme et de bonheur mais qui fait preuve de grande méfiance dans ses relations. Pareillement, sa sensibilité ressort quand, par exemple, il est question d'exécuter un Hypogriffe ou de faire du mal à ses amis, elle réagit rapidement à tout cela et ne se vêtit jamais de la moindre indifférence. C'est une personne impartial qui sait agir lorsqu'il est question d'injustice et elle le montrera en fondant la Société d'Aide à la Libération des Elfes de Maison, association censée mobiliser l'attention des sorciers quant au traitement des elfes. Elle ne souhaite que leur libération et leur bien être et même si Harry et Ron peuvent trouver cet investissement assez exagéré, elle ne compte pas lâcher cette cause pour autant. Si on tente de briser ses ambitions, oui, elle serait prête à franchir les interdits pour les rétablir. On voit par là qu'elle est du genre à défendre les plus faibles et à refuser que les plus forts ne veulent se rassurer en s'en prenant aux plus faibles. C'est aussi une des raisons pour laquelle elle évite les personnes de pouvoir et d'autorité.

Pour mieux marquer cette idée d'impartialité qu'elle fait preuve, il faut savoir que la jeune fille est aussi en quête d'une paix entre la communauté magique et non magique. Etant née de parents moldus, elle est alors très bien placée pour dire qu'il est tout à fait absurde de placer les Moldus à un rang inférieur à celui des Sorciers. Entendre ses ennemis, Drago Malefoy et le reste de sa bande, débiter des sottises à propos de ses origines ne fait que renforcer ses ambitions de vouloir changer les idées mal forgées de ces vieilles mentalités renfermées sur l'entre-soi de l'artistocratie magique. Face à ces propos racistes, elle tente de rester de marbre mais souvent, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et c'est là que les couleurs chaudes de sa maison sont honorées par ce fort caractère qu'elle possède.

Une autre particularité fait d'Hermione un personnage du doute qui peut remettre en cause ses propres choix dans une longue réflexion avant de prendre une décision. Elle est toujours sceptique à tout propos peu concret, et ne se laisse alors pas facilement convaincre par les autres. Ce doute peut marquer un certain manque de confiance en elle par rapport à son besoin de peser profondément le pour et le contre afin d'éviter les erreurs et de chasser l'idée d'avoir tort. Les effets sont bien souvent positifs car cela lui permet de ne pas s'engager trop rapidement mais parfois, ses hésitations restent pourtant inutiles quand le scepticissme n'a pas lieu d'être. La confiance chez Hermione n'est d'ailleurs pas forcément qu'intérieur mais aussi extérieur. Sa condition d'élève modèle et calme suscite chez les autres un sentiment de confiance et peu de personnes, si ce n'est ses ennemis, ne se méfierait d'elle. Elle le montre largement quand elle obtient l'autorisation de Lockhart pour se rendre à la réserve de la bibliothèque ou en prenant possession d'un Retourneur de Temps donné par McGonagall. En conclusion, c'est une fille qui ne donne pas facilement sa confiance mais qui l'obtient facilement des autres.

Histoire

Voir Post suivant
Test RP

Durant une belle nuit d'été et sous la présence abondante des étoiles qui marquaient le ciel, une tante était installée et sous la clarté de la lune, on distinguait trois silhouettes couchées les unes à proximité des autres. L'une d'elle gigotait et se tournait puis se retournait tout en laissant échapper quelques ronflements. Une autre ne bougeait pas mais était pourtant éveillée, avec les deux mains sous la tête pour se réchauffer. Hermione Granger ne cessait depuis plus d'une heure de se plonger dans ses propres réflexions. Elle se demandait comment sa vie aurait tourné si elle n'avait pas été une sorcière. Elle se revoyait toute petite, isolée par rapport aux autres élèves et lisant un livre pour s'amuser et passer le temps tandis que les enfants « normaux » se détendaient en sautant au-dessus d'un tracé de marelle ou bien en échangeant des billes. Quand elle y repensait, il était vrai que sa vie avait été si monotone durant son enfance même si ses parents avaient toujours été là pour la rendre heureuse et lui sécher ses larmes. Oui, dans l'ensemble, elle avait vécu une très belle enfance et puis, il ne lui arrivait pas de pleurer tous les jours non plus. Seulement, son quotidien avait pris un drôle de tournant plus palpiant depuis qu'elle avait appris qu'elle était inscrite dans cette fameuse école de Poudlard. Tout remontait à des années auparavant. Le monde magique lui était quasiment inconnu et même aujourd'hui, il préservait énormément de secrets encore indéchiffrables. Mais se rendre au Chemin de Traverse pour la première fois de sa vie ou même exécuter un sortilège tout simple s'étaient avérés être une des choses les plus fantastiques pour elle, alors âgée de onze ans. C'était cela le véritable changement de sa vie jusque là si banale et jamais elle n'aurait crut pouvoir être une fille spéciale par rapport aux autres. Et puis, le monde magique lui avait apporté ce qu'elle avait toujours recherché ; de véritables amis. Pas de simples amis qui sont là pour vous seulement quand ils en ont envie mais de vrais amis, à l'écoute et toujours volontaires pour aider même si cela signifiait franchir leurs limites.

Hermione quitta doucement son sac de couchage et veilla à se déplacer dans la tante dans le silence total. Elle n'avait aucune envie de réveiller les autres qui profitaient si agréablement des bras de Morphée. Finissant par sortir de ce lieu de sommeil, elle affronta un froid plus intense par un vent glacial et un sol humide. Elle mit ses chaussures et se vêtit d'un manteau épais avant de se diriger vers la douce chaleur d'un feu dont les flammes continuaient toujours de danser. Le bois n'avait pas encore été consumé et cette lumière parmi l'obscurité totale lui procurait un certain sentiment de sécurité. La jeune fille ne sentait pas la fatigue et comptait rester éveillée encore un peu avant de rentrer. Si elle n'était pas un peu méfiante à l'égard des forêts danses, elle aurait certainement entamé une promenade nocturne mais elle savait que ce n'était pas le moment et que cela était trop risqué. Saisissant une petite branche de bois, elle l'approcha du feu avant de la relâcher aux côtés des autres bouts de bois qui brûlaient depuis toute à l'heure.

Oui, Harry et Ron étaient ses deux seuls meilleurs amis et cela lui convenait très bien ainsi. Elle les aimait de tout son cœur et elle semblait certaine que cette amitié restera une grande amitié et que rien ne pourrait les séparer. Bien sur, si on ne compte pas les petites disputes éphémères. A cette pensée, elle sourit légèrement en pensant à Ron avec qui elle passait son temps à se chamailler pour des choses futiles. Pourtant, au fond d'elle, elle l'adorait mais ils avaient souvent des idées contraires ce qui creusaient un peu les tensions. Toutefois, la situation s'améliorait plus vite qu'ils ne pouvaient le penser et au final, leur affection mutuelle était bien forgée. La première fois qu'elle l'avait rencontré, elle l'avait trouvé particulièrement grossier et assez idiot. Elle se souvenait particulièrement des immitations stupides qu'il faisait d'elle en première année, pour montrer au reste de la classe à quel point son côté « Miss Je Sais Tout » était insupportable. Au début, elle ne pouvait vraiment pas le blairer et pourtant, tout avait changé. De même, elle avait fait une autre formidable rencontre, celle de Harry. Contrairement à certains, elle n'était pas proche de lui parce qu'il était célèbre mais parce qu'elle s'entendait bien avec lui et qu'elle l'aimait réellement pour ce qu'il était au fond et non pour ce qu'il était aux yeux des médias. Harry était l'élément du trio qui parvenait à se situer au milieu entre une Hermione et un Ron en conflit. Il était souvent celui qui essayait de les réconcilier même si ce n'était pas tout le temps facile. Tous les trois avaient leur personnalité propre et ils se complétaient parfaitement, l'une par sa réflexion, l'autre par son goût du risque et le troisième pour son recul. Notre héroïne ne cessait de se rappeler que c'était grâce à eux qu'elle était sortie un tout petit peu de la bibliothèque, qu'elle avait pu apprécier une autre forme de joie et s'ouvrir plus.

Un bruit se fit entendre. Un craquement de branche suivi de ce qui ressemblait à un bruissement de buisson. Inquiète, Hermione écarquilla les yeux et observa les alentours à la recherche de la source de ce tapage. Baguette en main, elle était prête à se défendre s'il le fallait mais cela l'étonnait que des sorciers soient présents ici. Après tout, c'était une simple forêt dans un coin moldu où elle passait ses vacances avec ses deux amis pour se faire un camping. Seulement, si un moldu l'espionnait, il ne serait pas bon de faire usage de magie. D'ailleurs, elle n'en avait même pas le droit tout court puisqu'elle allait encore à l'école. Alors qu'elle allait se rasseoir sur sa bûche, le même bruit se fit entendre plus à proximité. Cette fois-ci, aucun doute ; il y avait bien quelque chose. Restant calme, la Granger se redressa et s'avança prudemment vers l'endroit où il lui parut que le tapage provenait. Les buissons venaient de bouger légèrement, comme si quelqu'un venait de s'y tapir en attendant de passer à l'attaque. Le cœur battant, Hermione se demandait si elle devait réveiller ses amis ; ils dormaient plutôt bien donc elle n'avait pas envie de les réveiller mais d'un autre côté, cela serait nécessaire si danger il y avait. Au final, elle décida d'aller voir elle-même la raison de son tracas et d'alerter ses amis en hurlant si jamais quelque chose d'atroce venait à se produire. Nouveaux mouvements de buissons. Main légèrement tremblante, Hermione rebroussa d'un coup les feuillages et poussa un léger cri de stupeur en apercevant, grâce au clair de lune, une petite bestiole sortir du buisson pour aller s'enfuir au loin à toute allure. Sûrement une espèce de rongeur nyctalope.

Soupirant de soulagement, elle s'en voulut de s'être inquiéter pour si peu. Forcément, il était peu probable de trouver quelqu'un ici... et les prédateurs animaux n'étaient pas nombreux non plus. Néanmoins, elle préféra retourner se coucher et estimait avoir assez pris l'air comme cela. En plus, il devait être deux heures du matin et elle aurait des cernes si elle ne retrouvait pas son sommeil rapidement. La jeune fille rouvrit la tante et s'y installa sans bruit en regagnant son sac de couchage. Les ronflements de Ron avaient cessé mais il avait quand même lâché quelques grognements dès qu'elle était arrivée. Harry, lui, n'avait pas bougé. Ah... braves garçons. Durant une minute, Hermione contempla les ombres que leur silhouette formaient sur la paroi de la tante. Elle ne pouvait s'imaginer continuer à sourire sans eux. Ils avaient passé tant de bons moments ensemble et qui resteraient à jamais gravés dans sa mémoire.

Harry était le plus têtu des trois mais rien ne pouvait égaler son courage. Il portait en lui le malheur de la mort de ses parents ainsi qu'une certaine connexion entre lui et celui qui les avait tué. On ignorait si Lord Voldemort demeurait toujours en vie mais s'il était revenu à la vie une fois, rien ne prouvait qu'il ne le ferait pas une seconde fois. Après tout, on parlait bien d'un mage noir capable d'atteindre les limites de la magie sans soucis. Harry aurait besoin d'elle si cette résurrection devait avoir lieu et elle prêta serment d'être toujours là pour lui. Pareillement pour Ron. Malgré leurs divergeances, il pourrait toujours compter sur elle pour quoi que ce soit et pas seulement en matière de devoirs ! Et puis, elle devait l'avouer ; d'année en année, le jeune Weasley lui paraissait devenir de plus en plus charmant. Ce fait l'a fit légèrement rougir et elle se jura de n'en toucher un mot à personne d'autre qu'à elle-même.

Harry et Ron étaient un peu comme les deux hommes de sa vie. Refermant les yeux lentement, la vue des flammes dansantes du feu s'estompèrent de la vue d'Hermione et elle retrouva le voile ténébreux de l'obscurité.
Hors RP

Prénom : Christelle. Anti-Plagiat : by Moon__Light@ live.fr
Pseudo : Lilany. Anti-Plagiat : by Moon__Light@ live.fr
Âge : 17 ans 1/2 Anti-Plagiat : by Moon__Light@ live.fr
Expérience de RP : 5 Ans de Rpg.
Célébrité de l'Avatar: Emma Watson

Comment avez-vous connus le forum : Par Blaise.
Que pensez-vous du forum : J'adore le codage !
Le code du règlement : Validé par Severus.
Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire







« J'espère que vous êtes contents de vous. On aurait pu se faire tuer, ou pire, être renvoyés. »


Dernière édition par Hermione J. Granger le Dim 14 Oct - 21:05, édité 29 fois
Messages : 85
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22
Localisation : Salle commune de Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Née Moldue.
Baguette Magique: 27 Cm, Bois de Vigne et Ventricule de Coeur de Dragon.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Hermione J. Granger
Gryffondor
MessageSujet: Re: Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor   Sam 6 Oct - 12:49

Histoire

Dans l'univers moldu, un couple de dentiste menait une vie plutôt paisible quoi qu'un peu trop lassante par moments, en vue d'une routine qui ne semblait jamais vouloir se défaire. Tous les jours de travail monsieur et madame Granger se rendaient à leur cabinet, lisaient en diagonal la liste des patients à traiter dans la journée puis préparaient leur salle en attendant leur arrivée.

Le soir dès qu'ils devaient quitter leur lieu de travail, leur petite Hermione qui les attendaient au coin de la rue en sortant de l'école. Leur enfant était un des trésors auxquels ils tenaient le plus avant tous les autres. Déjà calme et sage depuis toute petite, ils pensaient fortement qu'elle irait bien loin plus tard.

Etant leur enfant unique, le couple mettait tout en œuvre pour qu'Hermione se sente bien mais sans pour autant développer un peu trop le côté capricieux de leur fille. Certes, il lui arrivait de convoiter un peu trop de livres à leur goût mais elle finissait par faire un choix.

Elle optait alors pour les livres et petites revues enfantines scientifiques plutôt qu'aux romans et aux bandes dessinées. Contrairement à ses camarades de classe, elle était plutôt avancée pour son âge et elle avait du mal à partager les mêmes centres d'intérêts qu'eux. Par conséquent, elle avait trouvé une sorte de petit refuge dans l'apprentissage de tout ce qui touchait la science ou bien l'histoire du monde et d'autres choses de ce genre.

Au primaire, son cercle d'amis était restreint ; elle se contentait de deux amis avec qui elle pouvait se détendre et ne pas trop se fier à ce qu'ils pouvaient penser d'elle. Bien sur, ils ne partageaient pas le même centre d'intérêts, l'un préférait les billes, l'autre la marelle et elle... Lire des livres dans la cour de récréation.

Quelques fois, cela lui valait des moqueries de la part des autres qui s'en prenaient à son introvertisme et parfois à son physique qui n'était pas très avantageux entre ses « dents de  lapin », comme ils disaient, et ses cheveux ondulés qui s'ébouriffaient facilement surtout le matin où elle exécutait un sprint pour ne pas arriver en retard à l'école.

De là, elle développa une grande sensibilité et une attention particulière au regard des gens. Quand elle revenait en larmes chez elle à cause des autres enfants méchants avec elle, elle se regardaient dans le miroir et cherchait un moyen de changer afin d'être plus appréciée. Elle avait déjà essayé de le faire et avait commencé par demander à sa mère de lui acheter une robe.

A l'école, la majorité des filles venaient en robe alors qu'Hermione faisait partie des rares à se sentir mieux dans une salopette. Sa mère avait considéré cette demande avec beaucoup d'anxiété, se demandant ce qui était arrivé à sa fille pour qu'elle ne change radicalement ses goûts. Mais soit, elle lui avait achetée une robe et en plus de cela, des petites pinces pour la rendre plus jolie. Le lendemain, l'enfant avait tout porté et se réjouissait à l'avance de pouvoir être aimée.

Seulement, si au début les autres élèves l'avaient regardé avec surprise, ils avaient fini par trouver le détail qui n'allait pas. Pour eux, elle resterait toujours le lapin enfoncé dans ses bouquins et qui ne savaient même pas passer une journée sans lever la main et demander quelque chose au professeur à propos du sujet exposé en classe. Son envie de changer pour plaire aux autres n'avait rien changé, bien au contraire, les autres en avaient même été jusqu'à soulever sa robe pour apercevoir sa culotte et se moquer d'elle encore plus.

Et puis, elle ne pouvait pas compter sur la présence de ses deux seuls amis qui n'avaient jamais trouvé le courage de pouvoir se dresser contre les persécuteurs de la petite. Depuis, elle n'avait plus porté une seule robe et s'était fait toute discrète par peur d'empirer l'image qu'elle renvoyait. Hermione prenait désormais plus de recul et se méfiait de ses camarades en les observant un peu mieux pour les connaître sans pour autant leur adresser la parole. De cette manière, elle pouvait mieux distinguer les meilleurs du pire même si au final, les meilleurs restaient des moutons dépendant des pires.

La pauvre avait perdu confiance en elle et seul le fait de savoir qu'elle était plus intelligente que les autres pouvait l'aider à se sentir un peu mieux. Entendre les autres lire un petit texte avec des hésitations et en ne sachant pas prononcer un mot un peu plus compliqué la réconfortait un peu.

Ayant besoin de sécurité, elle essayait d'attirer l'attention de son professeur sur elle et n'attendait qu'une chose ; qu'il lui dise que son travail était très bien et qu'elle devait poursuivre sur cette voie. Cela pouvait arracher des sourires sarcastiques de la part des autres mais Hermione se concentrait sur les paroles des adultes pour ne pas être blessée. Ses parents n'avaient cessé de lui dire qu'un jour, elle ne regretterait pas ce qu'elle était et que les autres ramasseront plus tard ce qu'ils avaient semé.

Toutefois, leurs conseils n'avaient pas vraiment pu la rassurer. La mignonne chercha longuement une solution à ses problèmes et elle se rendit compte qu'il fallait qu'elle trouve une personne sur qui compter, bien plus que ses deux amis du primaire qui l'aimaient bien mais qui n'étaient pas pour autant prêts de la défendre et capables de la laisser tomber quand la situation se corsait.

Elle demanda alors à ses parents s'ils pouvaient lui donner une petite sœur ou un petit frère. Pendant longtemps, elle leur demandait la même chose mais ils avaient refusé. Ils n'avaient pas tellement envie d'avoir d'avantage de responsabilités alors que leur vie, bien que banale, était assez chargée pour eux. Si cette famille s'était toujours aimé sur tous les points, l'envie d'Hermione d'avoir un petit frère ou une petite sœur était le seul sujet capable de rendre leurs relations un peu tendues.

En général ses parents n'étaient pas du genre à l'enguirlander à tout bout de champ, bien au contraire, ils restaient calmes. Mais quand Hermione se montrait un peu trop insistante, ils devaient hausser le ton et cette marque d'autorité troublait toujours la petite qui préférait se renfermer par la suite et faire la moue.

La fillette n'aimait pas quand on montait la voix et se méfiait de ce genre de comportements dont elle avait l'impression que cela pouvait devenir incontrolâble. Pour cela, elle dut se résoudre à ne plus évoquer son désir intérieur mais cela ne l'empêchait pas d'y penser et de percevoir quelques tensions entre elle et ses parents.

Seulement, c'était durant ces moments de tensions qu'il se produisait des choses étranges chez l'enfant. En effet, parfois, les lumières s'allumaient et s'éteignaient ou bien les carreaux se fissuraient comme si quelque chose avait tapé dedans. Les parents ne surent jamais que leur fille était la source de tout cela. Ils se disaient qu'il y avait pu y avoir des cours circuit, qu'un oiseau avait foncé dans la fenêtre ou bien que le vent avait envoyé des cailloux droit dedans, etc. Toutes les excuses étaient bonnes pour trouver des raisons valables.

Quoi qu'il en soit, ces évènements inhabituels n'arrivaient pas régulièrement mais seulement durant les moments où la petite ressentait de fortes émotions. Quand elle pleurait seule dans sa chambre, la tête enfouie dans ses oreillers, sa couverture se soulevait toute seule mais elle était bien trop envahie par ses malheurs pour s'en rendre compte.

Et pour oublier sa vie difficile, elle continua de trouver un réel amusement dans la lecture plutôt qu'aux parties de cache-cache, elle développa donc ses connaissances de cette manière. De plus, elle pouvait déjà pas s'empêcher de rester en fin d'heure dans la salle de cours afin de demander au professeur ce qu'il pensait de la chaîne alimentaire et où est-ce que l'humain pouvait s'y situer vraiment.

Curieuse, elle éprouvait le besoin d'avoir des réponses à ses questions et lorsqu'elle ne comprenait pas, elle prenait un air sceptique tout en se pinçant la lèvre supérieure. Afin de combler sa soif de savoir et profiter un peu d'être en famille, les Granger saisissaient toute occasion de pouvoir partir en vacances et faire du tourisme dans des lieux de détente et culturels.

A l'âge de huit ans, Hermione avait pu en connaître beaucoup sur la culture polythéiste grecque ainsi que celle de Rome. Bloc-note sous la main et stylo à l'oreille, elle ne sortait jamais d'un patrimoine sans avoir dessiné ce qu'elle avait vu et sans avoir noté des choses utiles. Jusque là, elle n'était qu'une petite fille intelligente mais pourtant banale. Ou plutôt, sa vie était banale, oui. Bientôt, elle devrait entrer au collège et ses parents avaient déjà établi la liste des meilleurs établissements de Londres dans lequel leur fille pourrait se retrouver avec d'autres élèves tout aussi sérieux qu'elle. C'était du moins ce qu'ils espéraient.

Ils avaient déjà envoyé le dossier à une école pendant les grandes vacances qui suivirent la dernière année de primaire et la petite avait déjà pu intégrer sa nouvelle école. Rien de spécial ne s'était passé lors de la rentrée mais Hermione avait pu constater que les élèves se connaissaient déjà du primaire et qu'ils préféraient rester en groupe plutôt que d'aller la voir, elle, qui ne connaissait personne et qui avait l'air perdue.

Au fond d'elle, elle espérait que cela ne durerait pas longtemps et qu'ils finiraient par être tentés de la connaître mieux et de s'en faire une amie. En attendant, elle se fondait bien évidemment dans la bibliothèque de l'établissement et commençait déjà à emprunter des revues d'Histoire et Géographie auprès du documentaliste.

Deux semaines plus tard, lorsqu'elle fêta ses onze ans, une chouette vint glisser une lettre dans la fente de la porte. Monsieur Granger, qui buvait son café, avait pris la lettre et en apercevant que le destinataire n'était autre que sa fille, il l'avait appelée. La lettre venait d'une école de « magie » nommée Poudlard.

Durant les quelques secondes qui suivirent la lecture entière du parchemin (ce qui était assez étonnant comme matériel), la famille resta un peu sous le choc et ne savait pas s'ils devaient s'en réjouir ou en être perplexe. Hermione, elle, en était joyeuse. La lettre disait qu'elle était dorénavant inscrite dans une célèbre et prestigieuse école de magie... il était dur de le croire et pourtant elle ignorait ce qui faisait qu'au fond d'elle, elle en était très heureuse.

Ses parents finirent par la rejoindre dans son bonheur et estimèrent que ce n'était peut-être pas une plaisanterie. Après avoir fêté dans une grande joie l'anniversaire de leur fille, ils purent vérifier la véracité de la lettre en prêtant attention aux indications du parchemin de fournitures scolaires. Et quand ils se rendirent compte qu'un mur de pierre permettait l'accès à ce que les sorciers appelaient « Le Chemin de Traverse », ils en furent à la fois époustoufflé et déboussolés.

Ils se perdaient un peu dans ces dédales de rue et leurs accoûtruments moldus ne passaient pas inaperçus. Hermione avait pris tout le temps d'observer ce monde étrange qui lui était tout nouveau et sa curiosité n'en fut que plus grande. Elle se rendit compte à quel point ce monde regorgeait tant de mystères et de choses à découvrir. Certains termes comme « Nimbus 2000 » ou « RappelTout » lui paraissaient étranges mais en faisant le tour des boutiques, elle put en comprendre la signification et dévorer des yeux tous les objets magiques qui étaient exposés aux clients.

Pour les Granger, la magie leur semblait être le contre de la science et pour eux, qui travaillaient dans le domaine de la science, ils ne cessaient de se poser des questions à propos du fonctionnement de certains objets. Alors qu'ils tentaient de trouver une explication scientifique à tout cela, leur fille unique s'était rendue compte que leur monnaie ne leur permettrait pas d'acheter.

Ce fut la seule complication de leur séjour excepté celle de s'être perdus dans le Chemin de Traverse. Madame Granger avait du rassemblé son audace pour aller aborder une vieille sorcière qui vendait des oiseaux. Ce n'est qu'après avoir eu l'indication, qu'il fallait se rendre à la banque de Gringott's pour échanger de l'argent, qu'ils purent effectuer les achats des fournitures nécessaires à leur fille.

Bien qu'ils furent curieux à l'égard de ce monde magique, ils se sentaient assez exclus et n'éprouvaient pas tellement le besoin de s'imisçer un peu trop là-dedans même si la tentation était forte. Le père Granger enviait un peu sa fille de côté là car elle allait, au fil du temps, pouvoir s'adapter à cet environnement auquel elle faisait partie.

Un des meilleurs moments qu'avait passé Hermione au Chemin de Traverse fut celui où un vendeur nommé Ollivander lui fit essayer plusieurs baguettes magiques avant de trouver celle qui lui conviendrait le mieux. Quand elle était revenue chez elle, elle n'avait cessé de vouloir essayer quelques formules simples d'usage à l'aide de sa baguette en bois de Vigne et faite de Ventricule de cœur de Dragon.

Quand sa mère brisa par mégarde un des vases de la maison, elle s'entraîna à le réparer et il ne lui fallut pas bien longtemps pour le faire tant elle savait se concentrer sur la canalysation de son énergie magique. Les livres l'avaient beaucoup aidé de ce point de vue là et durant ses journées de libre elle se plongeait dans leur lecture et il était difficile d'attirer son attention sur autre chose. Ses parents pouvaient bien lui raconter quelques anecdotes à propos du voisin d'à côté mais cela ne l'intéressait plus.

La biographie des plus grands sorciers de cette planète lui paraissait plus fascinante que la routine du voisin sans importance. Hermione n'avait jamais vécu de si beaux instants. Penser à Poudlard l'a faisait rêver et elle s'imaginait déjà dans sa tenue de sorcière entrain de suivre des cours en testant toutes sortes de sortilèges et de combines utiles. Dans son livre de sortilèges et enchantements, elle avait repéré des choses très intéressantes et dont elle mourrait d'envie d'essayer au plus vite.

Elle savait que passer d'un monde trop matériel à celui de la magie provoquerait de grands changements en elle mais en vue de son passé un peu dur dans son ancienne école, elle préférait oublier les mauvais moments passés là-bas et se consacrer pleinement à sa nouvelle école. Peut-être que là-bas, elle aurait des amis... peut-être que là-bas, elle serait appréciée et non jugée sur son physique ou bien par son goût prononcé pour la connaissance.

Elle espérait que les sorciers soient un peu plus sympathiques que les gens qu'elle avait pu croisé depuis toute petite. Seulement, elle devrait attendre presque un an avant de pouvoir aller à Poudlard et cette idée ne put que tisser son impatience.

Elle avait proposé à ses parents de quitter le collège et de suivre des cours par correspondance afin d'être plus libre dans ce qu'elle organiserait mais les Granger avait refusé pour la simple raison qu'ils refusaient de la voir s'enfermer à longueur de journée dans sa chambre, coupée du monde à cause des grimoires qu'ils venaient de lui acheter. Non, ce n'était pas bon pour Hermione qui était déjà une fille autonome, certes, mais trop solitaire à leur goût.

Elle fut donc contrainte de continuer à fréquenter son collège et à rester sérieuse durant les cours mais il lui arrivait de vouloir associer ce qu'elle apprenait dans le monde moldu à ce qu'elle lisait dans ses livres de sorcellerie. Le matin, elle était attentive à ses professeurs, l'après-midi pareillement et le soir, elle travaillait encore. Sans relâche, elle désirait tout comprendre, tout retenir et le montrer surtout. La petite faisait tout cela pour elle-même, bien sur, mais elle n'était jamais contre de débiter tout ce qu'elle savait en salle de classe.

Au début, les enseignants étaient surpris de toute cette culture contenue en cette gamine mais fur et à mesure qu'elle montrait qu'elle avait réponses à tout, le corps professoral ne cessait de parler d'elle et de lui faire lire des livres qui pourraient affiner encore plus son savoir. La seule chose dont elle ne devait pas leur parler, c'était de l'existence de magie et de certains faits associés à l'histoire du monde.

Par exemple, en Histoire, il était raconté qu'au Moyen Age des chasses aux sorcières étaient lancées et que toutes avaient tuées sur le bûcher. Mais Hermione qui avait lu un grand nombre de grimoires de sorciers savait que certaines parvenaient toujours à résister au feu grâce à la magie.

L'année passée au collège ne changea pas tellement des années primaire. Bien au contraire, il semblerait que la préadolescence rendait les élèves encore plus moqueurs et stupides. Les laborieuses blagues du chewing-gum collé à la serrure de la porte n'était plus une nouveauté et il arrivait que les professeurs aient du mal à contrôler toute un classe à cause du boucan permanent.

Seule Hermione et quelques rares élèves sages se taisaient et écoutaient mais ils étaient tous criticables à cause de ce calme dont ils faisaient preuve et par leur côté « lèche botte du professeur ». Un no-mans land était présent dans chaque salle de classe. Les perturbateurs se mettaient au côté de la fenêtre et bien au fond tandis que les plus réfléchis se mettaient à l'opposé et tout devant.

Que l'enseignant veuille changer les dispositions ne changeait rien et parfois, ils agissaient mal en plaçant un perturbateur en compagnie de quelqu'un de calme car le perturbateur finissait toujours par insulter son voisin pour le destabiliser du cours. Hermione essayait toujours de résister à cela mais parfois, elle ne pouvait plus ranger ses larmes au fond d'elle. Durant le premier trimestre, ce fut un chantier total mais aux deux derniers, le corps professoral avait instauré des règles plus strictes pour parvenir à faire dominer la discipline.

Les cours devinrent progressivement moins chamboulé et les perturbateurs durent faire équipe avec les autres lors de travaux groupés. Hermione avait toujours espéré que ces méthodes puissent fonctionner et quelques semaines plus tard, lorsqu'elle avait pu leur montrer à tous l'étendu de son savoir et ainsi leur apporter de bons résultats, les élèves avaient pu commencer à voir en elle une personne plutôt aimable et qui ne cherchait pas forcément à s'attirer les faveurs des enseignants.

Bon, bien évidemment, certains restaient sur leurs positions et continuaient à lancer des répliques cinglantes mais la plupart d'entre eux s'étaient calmés et pour la première fois de sa vie, notre jeune héroïne avait pu apprécié un peu l'ambiance de sa classe. En fin d'année, tous eurent droit d'organiser un goûter en compagnie de leur professeur principal et ce fut un des merveilleux jours moldus qu'Hermione avait pu passer en compagnie des autres enfants de sa tranche d'âge. Cela lui forgea l'espoir que tout le monde n'était pas forcément noir et qu'elle n'avait pas à craindre son arrivée prochaine à Poudlard.

Pendant toutes les vacances d'été, elle n'avait cessé d'accumuler la relecture de ses livres jusqu'à apprendre un maximum de choses par cœur. Si cela pouvait en lasser plus d'un, elle au contraire trouvait cela très amusant. Elle avait dévoré l'Histoire de Poudlard avec une grande passion et ce, jusqu'à la veille du départ où elle dut faire le point sur ce qu'elle allait emmener. L'arrivée à la gare de KingCross ne se fit pas trop sans accrochages si ce n'est un trafic important qui provoquait des bouchons sur la route moldue.

Ce qui avait rendu les parents de l'enfant perplexes, c'était le fait qu'elle devait emprunter une voie inexistante ; la voie 9 ¾. Mais ce n'est qu'après avoir repéré un groupe de sorcier traversant un mur comme par magie qu'Hermione dut quitter ses parents en leur promettant de leur écrire. Au Poudlard Express, elle dut s'aventurer parmi les jeunes sorciers et sorcières en prenant le soin de bien les observer.

Elle s'était demandée combien de personnes comme elle, nés moldus, étaient inscrits dans cette école de magie. Sur le coup, elle s'était faite discrète dans un compartiment vide en espérant qu'elle finirait par faire connaissance avec ces personnes dotés de pouvoirs. Evidemment, étant de nature un peu nerveuse, la fillette avait du se détendre un peu en lisant un livre afin de ne plus penser à tout ce qui se passerait par la suite. Aurait-elle des amis ? Est-ce qu'on se moquerait d'elle ? Des questions de ce style avaient eu le don de la perturber à ce moment-là.

Durant les premières heures, elle était restée seule jusqu'à ce qu'un jeune garçon n'entre dans son compartiment pour lui demander si elle avait aperçu Trevor, son crapaud. A partir de là, elle s'était décidée à faire mieux connaissance avec ce garçon en l'aidant à retrouver son animal. Elle avait pensé que ce genre d'activités lui permettrait de pouvoir s'en faire un ami et de ne pas être seule.

Et puis, elle avait pu analyser ce dénommé Neville Londubat comme une personne simple et qui ne cherchait pas les embrouilles. Ils ne trouvèrent malheureusement pas le crapaud mais Hermione avait pu aborder toutes sortes d'élèves et pouvoir se faire un peu remarquer de cette manière.

Particulièrement, elle avait rencontré un certain Ronald Weasley mais aussi le célèbre Harry Potter, celui qui avait survécu au sort de mort lancé par Celui dont on ne doit pas prononcer le nom. Elle n'aurait jamais cru qu'il puisse étudier à Poudlard et elle avait lu toutes sortes de choses sur lui qui faisaient qu'elle le trouvait un peu spécial.

La suite de cet épisode du Poudlard Express a menée la jeune fille a se rapprocher du château en empruntant les barques comme moyen de transport. Elle avait été guidée par un homme de taille massive qui avait répondu au nom d'Hagrid. Durant ce petit trajet, elle avait pu faire connaissance avec une jeune rouquine de première année nommée Susan Bones et avec qui elle n'avait pu s'empêcher de lui parler de tout ce qu'elle savait à propos de cette école.

Susan n'avait pas eu l'air d'en être lassée et c'était ce qui avait plû chez notre héroïne, habituellement agaçante d'apparence selon les autres enfants. La conversation passa ainsi aisément de monstres du Lac Noir au ciel magique étoilé qui faisait guise de plafond dans la Grande Salle. Parvenue près d'un tabouret où était posé le Choixpeau Magique, Hermione avait dû se contrôler ardemment pour résister à sa panique, laissant d'autres élèves perplexes quant à sa santé mentale.

Lorsque le professeur McGonagall posa le Choixpeau sur sa tête, ce dernier hésita longuement entre Serdaigle et Gryffondor mais finalement, il opta pour les lions et la petite put rejoindre la table des rouges et ors. Les premiers jours ne s'étaient pas trop mal passé même si elle était restée la plupart du temps seule. Elle craignait que ses mauvais souvenirs de primaire ne fassent surface même si elle gardait espoir. Se contentant de lever la main à toutes les questions posées par les professeurs, elle pouvait être certaine d'être remarquée par le reste de sa promo... et également par les adultes qui menaient le cours.

Pourtant, même s'ils lui offraient tous des points en plus pour sa participation excellente, le professeur de Potions, Severus Rogue, ne semblait pas ébahi par ses prestations. Au contraire, il avait tendance à donner des points à la maison qu'il dirigeait, Serpentard. Cependant, cela était le cadet de ses soucis. Elle se sentait tellement seule que parfois, elle pensait à ses parents et avait envie de revenir les voir ne serait-ce que pour quelques heures.

Jamais elle n'avait été aussi loin d'eux et le fait de ne pas pouvoir tisser des amitiés l'attristait. Parfois, elle faisait le premier pas vers les élèves, parlait un peu à ce cher Neville qui était dans sa maison, mais cela n'allait pas plus loin. Hermione avait l'impression de faire trop d'efforts par rapport aux autres. Alors, elle restait seule dans son coin, concentrée dans un bouquin fraichement emprunté à la bibliothèque et exécutant les devoirs à rendre pour la semaine d'après. Elle n'avait que cela à faire de toutes manières et cela lui plaisait.

Les matières magiques de Poudlard la fascinaient encore plus car c'était très différent des sciences, des mathématiques et des cours de langue étudiés dans les établissements moldus. Ici, on se servait de la baguette magique pour faire toutes choses incroyables et impossibles pour une personne non magique. La brune se rendait souvent compte de la chance qu'elle avait de pouvoir connaître un monde aussi fantastique que celui-là et elle en parvenait à oublier sa solitude, rien qu'en pensant à toutes les merveilles qu'elle découvrait en lisant et en étudiant tous les jours à la bibliothèque.

Comme au collège, le recoin des livres était son repère et Madame Pince ne s'étonnait plus de la voir débarquer dans son lieu de travail, au fil des jours. Bien évidemment, elle raconta ses premières expériences à ses parents en leur envoyant des hiboux de l'école et ne manqua pas de vanter un peu ses premiers résultats excellents qui s'avéraient plus élevés que toute sa classe entière. Apparemment, comme au primaire et au collège, elle avait beaucoup d'avance par rapport aux autres et était plus talentueuse.

Il y avait aussi un autre point à aborder, comme le fait que le fameux Harry Potter était aussi dans sa classe et dans la même maison. Depuis la rentrée, Hermione n'avait pu lui parler que durant les heures de classe mais jamais en dehors. Collé à son ami Ronald Weasley, elle n'avait jamais pu l'approcher ne serait-ce que pour faire connaissance. La raison en était simple ; elle savait qu'elle agaçait Ronald en étant une « Mademoiselle Je Sais Tout », d'autant plus qu'elle l'avait un peu humilié lors d'un cours de sortilèges où elle lui avait expliqué que sa prononciation du Wingardium Leviosa était mauvaise.

Il avait même pris la peine de jouer des immitations grotesques d'elle-même dans son dos, ce qui avait suscité le rire des autres. A partir de cela, Hermione avait cessé de lui parler ou d'envisager de faire connaissance avec Harry. Elle avait perdu confiance en elle en pensant à tout ce qui s'était passé et elle préférait rester réservée un moment. Il fallait qu'elle prenne le temps de pouvoir comprendre le comportement des autres élèves, de savoir comment ils étaient au fond pour ainsi se mettre à l'aise en leur présence.

Sinon, elle restait assez timide et peu ouverte quand elle ne connaissait pas bien la personne. Elle essayait et essayait toujours de faire le premier pas néanmoins mais sans réel succès. Craignant sans arrêt que Poudlard ne devienne une seconde école où tout le monde se moquerait d'elle durant sept ans, la Gryffondor ne pouvait s'empêcher de pleurer dans son lit, quand les autres filles dormaient. Mais plus souvent, elle le faisait dans les toilettes quand elle entendait des médisances à son égard à la suite d'un cours où elle aurait trop participé au goût des autres.

Le soir d'Halloween, au lieu de fêter cela avec tout le monde, elle avait préféré pleurer sa solitude à nouveau dans les toilettes. Jamais elle n'avait envisagé de parler de ses malheurs à ses parents et parfois, contenir ses propres soucis finissaient par devenir lourd. La pauvre ne voulait aucunement finir sans amis et même si elle pouvait compter sur ses révisions ou ses livres pour passer le temps, elle savait que continuer ainsi durant des années ne serait pas possible.

Au bout d'un moment, elle finirait bien par craquer... et elle avait déjà craqué, deux mois après la rentrée. Ce soir d'Halloween, un événement inattendu s'était toutefois produit et jamais elle n'aurait su que le danger qu'elle allait courir allait briser sa solitude et la mener vers d'autres horizons plus palpitantes. Un Troll des Montagnes s'était introduit dans les toilettes où elle était s'enfermée et avait été prêt à la tuer.

Perdue dans sa tristesse et paniquée face à ce monstre, elle n'aurait pas survécu si Ron Weasley et Harry Potter n'avaient pas fait preuve d'un grand courage pour aller la secourir. A partir de là, elle avait pu commencer à tisser une amitié avec ces deux-là et elle les voyait plus souvent que d'habitude. Cela pouvait énervait Ron qui devait la trouver un peu trop collante mais au final, ils parvenaient à se supporter.

Pour la première fois depuis son arrivée dans le monde magique, Hermione avait pu passer une semaine sans se tracasser d'être seule et elle éprouvait toujours de la joie en rejoignant ses deux nouveaux amis au petit matin dans la Grande Salle. Il lui arrivait parfois de devoir leur expliquer un peu les cours parce qu'ils ne comprenaient pas certaines notions mais cela ne la dérangeait pas spécialement, tant qu'elle pouvait être appréciée et être un peu sortie de son univers de livres et de devoirs.

Sa « nouvelle quotidienne » ne la conduisit pas simplement à de la routine loin de là. La découverte d'un chien à trois têtes dans une des aires de l'école avait creusé leur curiosité et c'est sur cette base que le trio avait pu se rapprocher d'avantage et mener leur propre enquête sur la présence de ce gardien effrayant. Mais s'imiscer dans les affaires de ce genre signifiait enfreindre le règlement et cela, Hermione n'avait pas pu l'accepter si facilement et avait même remis en cause l'ordre de ses priorités, préférant se faire tuer plutôt qu'être renvoyée de cette école.

Ainsi, durant un temps, ils n'évoquèrent plus tellement cet incident avec la bête et se concentrèrent sur leurs études. Le premier trimestre arrivait à sa fin et Hermione éprouvait toujours un certain plaisir à revoir les excellents résultats de ses devoirs. Cela lui donnait confiance en elle.

Si les autres élèves pouvaient avoir une meilleure vie sociale, elle en revanche pouvait compter sur son cerveau qui lui prodiguait pas mal d'avantages intellectuels. Bon, elle stressait toujours avant un devoir et craignait de tout rater mais franchement, elle ne ratait jamais rien. A la limite, seul Rogue essayait de trouver des excuses pour lui reprocher quelque chose ou pour lui enlever des points.

Jusque là, elle était restée l'élève modèle qui n'irait jamais à l'encontre des valeurs et des règles de Poudlard. Pourtant, elle prouva qu'elle pouvait ne pas respecter les règles rien que parce qu'elle nourissait un sentiment affectueux pour ses amis pour qui elle était prête à faire des efforts. Cela avait commencé par un match de Quidditch qui avait mal tourné (malgré la victoire de Gryffondor) car le balai magique d'Harry avait été ensorcelé et cela s'était terminé par des questions posées à Hagrid qui les avait ensuite conduit à se renseigner sur le personnage de Nicolas Flamel.

Ils avaient mis un certain temps avant de connaître d'avantage sur ce qu'ils recherchaient et pour faire le lien entre le chien à trois tête et cet alchimiste mais ces recherches les avait de nouveau attiré vers Hagrid qui lui, avait ses propres problèmes à côté. Lui, avait échangé des informations par naïveté et avait obtenu en échange un petit dragon qu'il avait surnommé Norbert. Malheureusement, de mauvaises circonstances ont fait que le trio dut trouver un moyen pour envoyer la créature en Roumanie où elle pouvait sans doute mieux se développer sans être dissimulée.

Ces péripéties se poursuivirent jusqu'au la récupération de la pierre philosophale, convoitée par Voldemort, en passant par l'affrontement de multiples épreuves pour y parvenir. Hermione s'était avérée très utile pour leur permettre de passer les filets du diable ainsi que les potions. Le reste avait été du ressort des deux jeunes hommes qui s'étaient admirablement bien débrouillés.

Ce sont surtout durant ces instants de détresse que tous les trois purent montrer leur loyauté envers les autres et ainsi pactiser encore plus leur amitié. A la fin de cette année, Hermione n'avait rien regretté. La solitude qui l'avait suivie jusque là n'était plus présente dans son esprit même si elle faisait toujours attention aux regards que les autres lui portaient. Cela restait une chose dont elle ne parvenait pas à s'en défaire mais pour le moment, elle pouvait compter sur Harry et Ron pour ne pas trop se soucier de cela.

Durant les grandes vacances, elle fit le point sur tout l'apprentissage qu'elle avait reçue dans cette école de magie et ses parents eurent droit à de nombreuses informations à propos de l'histoire de la communauté des sorciers, d'une liste de sortilèges ainsi que leurs effets et également un extrait d'un « bestiaire » de plantes. Bien sur, une loi lui interdisait d'utiliser la magie en dehors de Poudlard mais elle pouvait s'en passer. Ayant réussi tous ses examens, elle ne doutait pas tellement de sa pratique et préférait passer plus de temps à relire ses cours pour ne rien oublier.

Rester enfermée ne lui faisait pas trop de mal mais il n'était pas faux de penser qu'elle avait si hâte de retourner sur le Chemin de Traverse pour acheter ses nouvelles fournitures. Ce jour-là arriva même plus vite qu'elle ne le crût et elle croisa même ses deux amis durant son trajet. Tous les deux étaient parvenus à cet endroit à l'aide de Poudre de Cheminette alors qu'elle, avait emprunté la voie moldue. Mais ce qui avait le plus marqué sa sortie était sans nul doute la présence du si beau Gilderoy Lockhart qui avait publié un bon nombre de livres à propos d'exploits qu'il vantait d'avoir fait.

La majorité des femmes l'admiraient et ce n'était d'ailleurs pas pour rien qu'il avait eu sa place dans Sorcières Hebdo. Néanmoins, en matière de modestie, il n'était pas le meilleur. Cela, Hermione ne le perçut pas ; seul le talent prétendu de cet homme et aussi son charme lui plaisaient. En effet, elle n'avait pas cherché à savoir si oui ou non, il avait réellement été confronté à un spectre de la mort ou pas. Les jours qui avaient précédé la rentrée furent donc consacrés à la lecture totale de ces nouveaux livres qu'elle dévorait toujours avec tant de plaisir.

Lockhart était tellement un homme courageux à ses yeux qu'elle rêvait parfois de petites scènes bien romantiques en sa compagnie. Il éveillait sa sensibilité et parvenait même à l'élever sur son petit nuage. Et puis, apprendre qu'il allait être son futur professeur de défense contre les forces du mal ne put que l'enchanter encore plus. Il fallait à tout prix qu'elle s'en sorte parfaitement dans cette matière, ne serait-ce que pour s'attirer des compliments de sa part. Et les compliments en provenance d'un héros de son genre n'étaient pas à des paroles en l'air, loin de là !






« J'espère que vous êtes contents de vous. On aurait pu se faire tuer, ou pire, être renvoyés. »


Dernière édition par Hermione J. Granger le Sam 6 Oct - 12:51, édité 2 fois
Messages : 85
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22
Localisation : Salle commune de Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Née Moldue.
Baguette Magique: 27 Cm, Bois de Vigne et Ventricule de Coeur de Dragon.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Hermione J. Granger
Gryffondor
MessageSujet: Re: Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor   Sam 6 Oct - 12:49

Histoire

Le jour de la rentrée, elle était arrivée à la gare de KingCross et s'était installée à un compartiment en compagnie de Neville Londubat, en attendant les autres. Toutefois, Harry et Ron avaient semblé être introuvables dans le train et la petite avait pensé qu'elle les retrouverait à la sortie et que la tonne d'élèves présente l'empêcherait de bien fouiller les multiples wagons.

En compagnie de Neville, elle avait pu discuter des cours et lui expliquer certaines choses en potions qu'il ne parvenait pas à faire ou bien de botanique dans laquelle il vouait un certain intérêt par rapport aux autres matières. Une fois à Poudlard, elle dut malheureusement se résoudre au fait que ses deux amis avaient véritablement raté le train car personne ne les avait vu et ils n'avaient été assis à aucune table de la Grande Salle, lors de la Répartition des premières années.

Au final, elle apprit qu'ils n'avaient pas réussi à franchir le mur de la voie 9 ¾ et qu'ils avaient alors décidé de prendre la voiture volante de Mr.Weasley pour venir à l'école. Mais cela ne s'était pas fait sans dégâts ; le Saule Cogneur avait pas mal amoché la machine et Rogue n'avait pas été très sympathique à leur égard. Par chance, ils ne furent pas renvoyés et purent de cette manière continuer leur vie d'étudiants.

Les premiers jours s'étaient passés sans rien de bien spécial même si cette rentrée s'était montrée dure avec la plupart des élèves. Devoir se rappeler des notions de l'an dernier nécessitait une bonne réflexion chez les autres mais du côté d'Hermione, tout lui venait rapidement et une fois de plus, elle prenait le rôle de « Mademoiselle Je Sais Tout ».

Cela agaçait ses camarades, elle le savait, mais elle ne pouvait s'empêcher de montrer ses connaissances pour faire avancer le cours. Par conséquent, ses premiers devoirs furent excellents et Lockhart ne manquait jamais de le lui dire en lui faisant un clin d'oeil ou un grand sourire qui la faisait rêvasser par la suite. Jamais elle n'avait trouvé un professeur aussi intéressant que lui même si les autres l'étaient tout de même. Autour de ses parchemins de défense contre les forces du mal, elle dessinait des petits cœurs tout en songeant à cet homme si brave.

Quand on lui parlait de ses prouesses, elle rougissait et ce comportement un poil « niais » pouvait en étonner plus d'un. Bien sur, son admiration à l'égard de Lockhart l'empêchait de voir la réalité en face ; cet enseignant était un incompétant. Entre une séance de cours complètement ratée à cause de lutins de Cornouaille ainsi que des interrogations basées, par exemple, sur la couleur favorite du professeur, Hermione n'était pourtant pas capable de voir que quelque chose clochait avec lui. Harry et Ron avaient paru un peu plus sceptiques sur le coup mais les éloges que notre héroïne louait à Lockhart les coupaient dans ce qu'ils pouvaient penser.

La deuxième année fut aussi marquée par la cruauté particulière qu'avaient pu faire preuve les Serpentard envers Hermione. Lors d'une séance d'entraînement au Quidditch, Drago Malefoy n'avait pas hésité à l'insulter de sang-de-bourbe quand elle avait tenté d'expliquer que l'équipe de Gryffondor avait été élue pour son talent et non grâce à de l'argent. A partir de cet instant, on a pu voir à quel point la jeune fille était affectée par sa condition de née-moldue. Elle ne disait jamais rien en face mais parfois, elle regrettait de ne pas pouvoir être comme la plupart des élèves ; issus de familles de sorciers.

Entendre ces clabauderies et ces médisances lui faisaient radicalement perdre sa confiance en elle et donc elle essayait de se renfermer un peu sur elle-même pour prendre du recul. Elle détestait montrer sa vulnérabilité en pleurant devant les autres mais parfois, il était plutôt bon de se soulager d'un poids en versant des larmes devant ses amis comme elle l'avait fait chez Hagrid juste après ce mauvais épisode.

Durant un moment, elle n'avait plus envoyé de lettres à ses parents par simple frustration et pour oublier tout cela. Le fait d'adresser de leur adresser du courrier lui faisait rappeler qu'elle n'était qu'une sang de bourbe. Pourtant, elle finit par oublier un peu cela quelques semaines plus tard où elle trouva une excuse pour justifier son oubli d'écrire. Parfois, elle se demandait si elle devait leur en vouloir d'être moldus de base ou bien leur en vouloir d'avoir fécondé une sorcière. Seulement, elle en déduisait toujours que ce n'était pas de leur faute et qu'elle devait savoir affronter les difficultés de la vie pour les surmonter.

Dans les environs de Novembre, alors qu'elle suivait toujours les cours avec une facilité étonnante, Hermione fut témoin d'une scène appeurante ; celle de l'annonce de l'ouverture d'une fameuse Chambre des Secrets et d'une menace vis à vis des ennemis de « l'Héritier ». En prime, la chatte de Rusard avait été pétrifiée et si le trio s'était, au début, fait accusé de ce crime, Dumbledore avait finit par les laisser en paix.

Mais l'histoire n'était pas terminée. Depuis cet événement, tout le monde se posait des questions y compris Hermione qui dut s'en remettre au professeur Binns pour obtenir des explications à propos de cette chambre qui pouvait tenir un monstre en secret, un monstre prêt à tuer les nés-moldus sous le commandement de l'héritier de Serpentard.

Il était dit que le fondateur de cette maison n'appréciait pas les moldus et certains mythes avançaient qu'il n'aurait eu aucun scrupule à les exclure du monde magique voire même pire. La chose à faire était d'essayer de dénicher l'identité de cet affreux héritier avant qu'ils n'usent de son pouvoir pour pétrifier les élèves de parents moldus. Le coupable idéal semblait être Malefoy et cette théorie avancée par Ronald ne restait qu'au stade de l'hypothèse pour Hermione.

Cependant, elle n'avait aucun autre suspect en vue donc elle fut forcée d'accepter d'en savoir plus auprès de leur ennemi juré. Pour cela, il n'y avait pas d'autres alternatives que la potion de Polynectar. Il était clair qu'ils leur seraient impossible de poser des questions à Drago Malefoy sous leur vraies identités. En revanche, s'ils parvenaient à se camoufler derrière une apparence en qui le blondinet aurait confiance, alors tout serait gagné.

Même si elle avait longuement hésité avant d'employer cette méthode, la brune finit par jouer le jeu et d'enfreindre les règles de l'école. Cela l'avait tourmenté durant plusieurs nuits et elle avait craint d'être renvoyée à jamais de Poudlard. Pourtant, elle savait qu'elle devait le faire car elle aussi était une née moldue et elle était donc consciente qu'un jour, son tour viendrait et qu'elle serait pétrifiée si on arrêtait pas l'héritier de Serpentard.

Elle mit plus d'un mois à préparer cette substance difficile qui nécessitait en plus d'ingrédients trouvables que dans la réserve de Rogue. Tout ce complot était soigneusement préparé dans les toilettes des filles de Mimi Geignarde qui n'étaient jamais empruntées à cause du caractère très susceptible du fantôme de Mimi. En plus des longues conditions de préparation, il avait fallu arracher quelques cheveux des victimes dont ils prendre l'apparence.

Si Harry et Ron se transformèrent avec succès en Crabbe et Goyle, ce ne fut pas le cas d'Hermione qui s'était retrouvée dans la peau du chat de Milicent Bulstrode plutôt que dans l'apparence de cette dernière. Cette situation l'a conduisit à rester à l'infirmerie durant plusieurs jours en prenant des médicaments qui la faisaient cesser de cracher des boules de poil.

Elle avait assez souffert de cela et lorsque ses deux amis étaient venus lui rendre visite, elle avait pu récolté de nouvelles informations. Visiblement, Drago n'était pas l'héritier mais cinquante ans auparavant, la chambre des secrets avaient bel et bien été ouverte. Il ne leur avait pas confié plus de détails car lui-même les ignorait mais en tout cas, les trois jeunes Gryffondor avaient du se tourner vers d'autres hypothèses en attendant.

Au niveau des cours, le nouveau trimestre entamé était toujours excellent de son côté et elle enchaînait encore et encore les compliments de la part de ses professeurs excepté celui de Potions. Ce n'était plus une nouveauté de toute manière et seul le professeur Lockhart lui faisait de « l'effet ». Par exemple, il lui avait envoyé une lettre pour lui souhaiter une bonne nouvelle année et elle l'avait tout de suite caché sous son oreiller tout en pensant à lui le soir.

Elle ne désirait qu'épater à l'aide de son talent et le restant du corps professoral lui paraissait si peu important sur le coup. Elle espérait qu'au fond d'elle, il puisse la secourir du danger qui la menaçait et trouver une solution pour que l'héritier soit capturé et jugé. D'ailleurs, c'était grâce à lui qu'elle avait pu se rendre à la réserve pour dénicher le livre où était inscrite la recette du Polynectar. Etre une élève modèle avait bien ses avantages et elle en était consciente.

Les mois qui suivirent furent pimenté de la pétrification du petit Crivey, de Finch-Fletchley ainsi que de Nick Quasi-Sans Tête. Hermione était nerveuse de jour en jour et sentait que son tour n'était pas bien loin. Et puis, il n'y avait pas seulement cela comme problème. Peu avant, Harry avait montré des capacités à parler le Fourchelang, la langue des serpents. Tout le monde avait donc fait le même lien ; celui qui accusait Harry d'être l'héritier. Cela ne tournait vraiment pas rond comme idée mais on y pouvait rien.

Hermione, quant à elle, était certaine que son meilleur ami n'y était pour rien. Et puis, lorsque la culpabilité passa de Harry à Hagrid, la curiosité des trois amis les poussèrent à lui poser des questions mais qui restèrent sans réponses. Est-ce que Hagrid avait réellement ouvert la chambre des secrets, il y a cinquante ans ?

Hermione préférait que ce ne soit pas le cas mais le journal de Jedusor qu'avait trouvé Harry confirmait l'implication du demi-géant dans cette affaire. Jedusor avait permit à Harry d'avoir un aperçu de ce qui s'était passé lors de la première ouverture de la chambre et d'après ce qu'il avait vu, Hagrid avait été la cause du meurtre de Mimi Geignarde, le fantôme qui rôdait désormais dans les toilettes des filles (lieu où elle s'était faite tuer).

En permanence en plein scepticisme, notre Miss-Je-Sais-Tout avait mené sa petite enquête et une fois qu'elle s'était rendue compte que la créature de la chambre était un Basilic, elle avait sans cesse sur elle un miroir pour pouvoir guetter ses arrières.

Elle s'était rendue compte qu'à chaque fois, les victimes ne mourraient pas car elles croisaient le regard du Basilic à l'aide d'un intermédiaire comme le reflet de l'eau pour Miss Teigne, un appareil photo ou bien à travers un fantôme. Les informations qu'elle avait pu recueillir de la bibliothèque lui furent bien précieuses mais elle n'eut malheureusement pas le temps de pouvoir les partager directement avec Harry et Ron ; elle s'était faite pétrifiée en apercevant deux gros yeux jaunes à travers son petit miroir.

Durant sa période de pétrification, elle restait totalement consciente de ce qui se passait autour d'elle mais elle ne pouvait pas bouger... simplement voir, entendre et penser. Ne plus pouvoir suivre les cours et ni revoir son Lockhart lui pesait un peu. Par contre, elle recevait souvent la visite de ses camarades et cela lui réchauffait toujours le cœur de les entendre lui parler même si elle ne pouvait pas lui répondre.

Néanmoins, elle espérait que l'un d'eux remarque la page arrachée qu'elle tenait dans une de ses mains et qui donnait beaucoup de renseignements sur le Basilic. Ainsi, ils auraient pu avancer dans leurs recherches. Ce n'est que quelques temps plus tard qu'Harry ne se décida à lui prendre la main dans un moment de nostalgie avant de sentir la matière dure du papier.

Rien de bien palpitant ne s'était produit à l'infirmerie depuis ce qui lui était arrivé mais lorsque Chourave et Pomfresh parvinrent à concocter l'antidote à ce mal, elle put retrouver ses mouvements et apprendre tout ce qui s'était passé dans la chambre des secrets. Cela ne l'avait pas étonnée du tout. Ses deux meilleurs amis avaient eu le courage de se rendre seuls dans les souterrains de l'école afin de sauver Ginny d'une mort certaine prédestinée par l'héritier de Serpentard qui n'était autre que Lord Voldemort.

Seulement, il n'était pas venu à l'école sous sa véritable forme mais sous forme de souvenir gardé par un journal intime qui s'était retrouvé dans les fournitures scolaires de la jeune Weasley par l'intervention de Lucius Malefoy qui niait quand même les faits. Elle apprit aussi avec un grand regret que Lockhart n'était finalement pas le héros qu'il avait prétendu être et qu'il avait usé des manières odieuses pour en arriver là.

Aujourd'hui, il avait succombé à un sortilège d'amnésie qu'il avait lui-même lancé mais qui s'était retourné contre lui. Il avait donc perdu la mémoire et en y repensant, Hermione se sentait si stupide d'avoir pu admirer un tel homme narcissique qui ne savaient même pas gérer une situation de détresse. Elle avait réecrit ses cours de défense contre les forces du mal sans dessiner le moindre petit cœur tout autour du parchemin et dut aussi se remettre de l'annulation des examens de fin d'année programmée par Dumbledore en vu des circonstances des pétrifications qui avaient empêché les nés-moldus de pouvoir suivre les cours. Voilà comment s'était conclue la fin de sa deuxième année.

Durant les vacances, ses parents lui avaient proposé de venir en France afin de passer du bon moment ensemble. Il était vrai que Poudlard empêchait la famille de pouvoir profiter d'un instant à trois et Hermione n'était même pas revenue chez elle depuis presque un an. Ayant passé son Noêl à concocter le Polynectar et en étant pétrifiée durant les vacances d'Avril, elle n'avait pas revu ses parents depuis si longtemps.

Cela avait un peu desserré les liens qu'ils avaient noué depuis toutes ces années et parfois, Hermione sentait qu'elle s'éloignait progressivement des Granger. Et puis, le fait qu'ils soient moldus n'arrangeait pas les choses puisqu'ils étaient exclus du monde sorcier et ne s'y connaissait pas tellement. Quand elle leur parlait de magie, ils éprouvaient de l’intérêt, certes, mais on voyait qu'ils n'appartenaient pas du tout à cet univers et c'était cette différence qui les éloignait de plus en plus.

Ce voyage en France n'était qu'une opportunité de pouvoir resserrer ces relations légèrement fragiles et partager quelque chose qu'ils aimaient en commun ne pouvait que produire ces résultats ! La petite s'était bien amusée dans ce pays d'Europe et elle avait pu connaître des tas de choses sur la communauté magique française comme la présence d'une académie de magie nommée BeauxBâtons ou encore un système différent de l'économie magique.

Elle avait enchaîné la visite de musées qui avaient pu façonner d'avantage sa culture même si la langue française lui procurait quelques difficultés par moment. En résumé, son retour en Angleterre ne se fit pas sans nostalgie de ses vacances mais elle pensait que le retour était synonyme de rentrée scolaire et cette rentrée, elle l'attendait avec beaucoup d'impatience. Et puis, ses amis ne semblaient pas l'avoir oublié puisqu'elle reçut une lettre de Ronald lui expliquant que sa famille avait remporté une lotterie et qu'ils avaient pu s'offrir un voyage en Egypte.

Harry, de son côté, était cloîtré chez ses moldus et patientaient jusqu'à Septembre. D'ailleurs, son anniversaire n'était plus très loin et Hermione s'était empressée de lui acheter un set complet lui permettant de jouer au Quidditch. Au même moment, elle eut l'occasion de pouvoir rejoindre la famille Weasley et de vivre sous leur toit en attendant la rentrée. Ses parents étaient restés dubitatifs quant à cette proposition puisqu'ils ne voyaient pas Hermione très souvent et la relâcher si rapidement ne leur plaisaient pas.

Pourtant, c'était ce que la jeune fille désirait ; retourner dans son propre univers fantastique même si elle aimait beaucoup ses parents et qu'elle savait qu'ils allaient lui manquer. Finalement, ils cédèrent et elle put, pour la première fois de sa vie, mettre les pieds au Terrier. Quelques temps plus tard, elle et Ron croisèrent Harry au Chemin de Traverse où elle put avoir vent du fait qu'il avait gonflé sa tante comme un ballon suite à des complications familiales. En même temps, elle fit l'acquisition d'un chat orangé appelé Pattenrond et qui était peu apprécié des gens en général.

Par pitié de ce pauvre animal qui lui paraissait seul, elle l'avait achetée à une vendeuse et se jura de protéger cette boule de poil. Elle connaissait ce sentiment de solitude si horrible et elle n'avait aucune envie que Pattenrond ne le connaisse encore. Seulement, son chat ainsi que le rat de Ron n'avaient pas du tout l'air de s'apprécier et ce sont ces hostilités qui mettaient de l'électricité dans l'air entre leurs maîtres.

Pattenrond voulait toujours s'en prendre à Croûtard ce qui poussait Ron à élever la voix contre Hermione qui ripostait parce qu'elle détestait ce genre de démonstration colérique. D'autant plus qu'elle pensait fermement que ce n'était pas de la faute de son chat et que c'était dans sa nature de courir après les souris ou les rats. Alors quand Ron osait le lui reprocher, elle préférait clore la conversation et se plonger dans ses bouquins, qui eux au moins, se taisaient quand elle les lisait.

Parallèlement, ils apprirent que l'évadé d'Azkaban, Sirius Black, en voulait à Harry et qu'il désirait à tout prix le retrouver pour le tuer afin de venger la défaite de son Seigneur des Ténèbres. Dans le Poudlard Express, ils eurent le temps d'en discuter et de méditer sur certains faits. Néanmoins, le train s'était immédiatement arrêté et un Détraqueur était entré dans leur compartiment et avait ôté toute joie et bonne humeur rien que par sa présence morbide.

Harry n'avait pas pu tenir le coup et s'était évanoui alors qu'Hermione et Ron n'avaient pas perdu conscience mais avaient été terrorisé par cette visite inopinée. Fort heureusement, le professeur Lupin, qui jusque là avait sommeillé dans leur compartiment, s'était réveillé à temps pour neutraliser la créature à la cape noire et aider le trio à s'en remettre. Le garçon à la cicatrice avait demandé si quelqu'un avait crié... Mais personne n'avait crié.

La rentrée se fit donc dans le trouble et même le discours de Dumbledore n'était pas très rassurant. Il expliqua que cette année, les Détraqueurs seraient présents tout autour de Poudlard dans le but de protéger l'école contre une éventuelle attaque du criminel Sirius Black. Il prévint les élèves de ne pas trop s'approcher des Gardiens d'Azkaban puisque ces derniers pourraient leur faire du mal. Hermione ne savait pas trop quoi en penser.

Chaque année, un nouveau danger semblait rôder dans ces murs et à chaque fois, il était proche d'Harry. Quoi qu'il en soit, la forte affinité qu'elle ressentait pour lui ne la faisait pas flancher et elle savait qu'elle ferait tout pour lui. Durant la première semaine, elle dut s'inscrire à des options au choix qu'elle suivrait tout au long de l'année. En général, les élèves n'en prenaient qu'une ou deux sur le restant des options mais pour une élève aussi assoiffée de connaissances comme notre protagoniste née-moldue, il était évident qu'elle les convoitait tous !

Cela constituait d'ailleurs un problème ; le cours d'Arithmancie par exemple, avait lieu le même jour et la même heure que celui de Divination. Toutefois, Hermione ne pouvait se résoudre à abandonner une option pour une autre sachant que tout l'intéressait. Elle finit par s'arranger avec le professeur McGonagall, qui lui prêta un objet magique sous forme de collier.

Un Retourneur de Temps, avait-elle dit. Cela lui permettrait de suivre un cours, puis de remonter le temps pour suivre l'autre et ainsi participer à chaque leçon sans en louper une seule. Cette idée lui paraissait très séduisante et elle accepta en prenant connaissance du fait qu'elle ne devait en aucun cas en parler à quelqu'un d'autre. Elle eut aussi droit à quelques avertissements comme celui qui lui demandait de bien faire attention à ses actes lorsqu'elle remonterait dans le passé parce qu'il était formellement interdit de modifier l'histoire à sa guise, à l'aide de ce collier. L'usage devait donc rester strictement professionnel et Hermione en fit le serment à son professeur de Métamorphose.

La première fois qu'elle utilisa ce retourneur de temps, cela lui faisait étrange d'apercevoir son propre-soi se diriger vers une salle de cours tandis qu'elle prenait une autre direction. Ce ne fut qu'une question d'habitude et bientôt, elle sut se faire de plus en plus discrète dans ses arrivées en salle de classe. Le cours d'Arithmancie, d'Etude des moldus et de Rune lui plaisaient énormément et elle prenait beaucoup de plaisir à découvrir de nouvelles choses et de les comprendre facilement.

Les professeurs de ces matières, eux, découvraient un grand potentiel en cette jeune fille pourtant issue du monde moldue. Ils ne manquaient jamais de lui rappeler la brillance et la vivacité d'esprit qu'elle faisait sans cesse preuve. Mais depuis toutes ces années, cela ne l'étonnait plus de recevoir des compliments qui étaient souvent suivis d'une augmentation de points pour la maison de Gryffondor. Les élèves de sa classe se taisaient à chaque fois qu'elle levait la main. Ils avaient tellement pris l'habitude de son côté agaçant qu'au final, ils ne trouvaient plus d'autres critiques à lui faire.

Bon, bien sur, les Serpentard n'étaient jamais à court d'idées entre immitations grotesques et petites insultes par derrière mais Harry et Ron étaient toujours là pour l'aider à ne pas être affectée par cela. Cette année-là, Hermione s'était un peu plus ouvert à ses camarades mais elle ressentait le besoin de cerner ses interlocuteurs et de bien analyser leur tempéramment avant de faire le premier pas. Elle avait tellement peur d'être déçue ou que l'on ne soit pas digne de sa confiance qu'elle avait vraiment besoin de les observer avant de s'en rapprocher.

Sinon, il faut noter que notre petite Granger rencontrera une difficulté au cours de son cursus scolaire. En effet, la Divination ne semblait pas être son point fort puisqu'il s'agissait d'une matière dont la pratique ne s'apprenait pas par la lecture de livres. Elle avait beau recueillir des tas de revues sur les manières de s'y prendre, elle ne rencontrait pas de bons résultats auprès des leçons données par Sybille Trelawney. Par conséquent, elle en conclut que le domaine de la voyance n'était rien de plus qu'un mensonge et qu'il fallait savoir être rationnel plutôt que de se fier à des forces spirituelles qui n'existaient certainement pas.

A chaque fois que l'enseignante leur faisait part d'une mauvaise nouvelle comme une mort proche, l'étudiante levait les yeux au ciel et soupirait. Et puis, le professeur McGonagall lui renforça l'idée qu'il ne fallait pas offrir trop d'importance à la divination qui était bien trop vague pour être prise au sérieux. Harry n'avait donc rien à craindre d'une mort bidon annoncée par une folle à l'apparence d'une mouche. Les autres cours étaient d'ailleurs plus intéressants en passant par celui de Lupin qui enseignait la Défense contre les Forces du Mal suite au départ de Lockhart à Ste-Mangouste et également celui de Soins aux Créatures Magiques qui était géré par Hagrid.

Que son ami demi-géant soit devenu professeur ne pouvait que l'enchanter mais souvent, elle se demandait s'il savait s'organiser dans ce qu'il faisait. Beaucoup médisait dans son dos en avançant que ses cours n'étaient qu'une plaisanterie et qu'il aurait mieux fallu qu'il reste à sa place au lieu de changer de vocation. Sa première prestation ne lui offrit guère une très bonne image même si l'ensemble de ce qu'il disait s'était avéré intéressant. Son premier cours avait été orienté sur la connaissance des Hypogriffes et si au début cela avait plut à tout le monde, la fin les avait laissé sceptiques.

En effet, Malefoy s'était retrouvé avec presque un bras en moins par sa propre faute mais vis à vis des autres, tout était de la faute de Hagrid qui n'avait pas mesuré l'ampleur des risques qu'il prenait en présentant cette bête à de pauvres troisièmes années sans défense. Et evidemment, comme le père de Drago travaillait au ministère et occupait un poste important, cette histoire ne se serait pas passée sans représailles.

Les semaines avaient défilé à toute allure et les premières notes enchantaient certains ou bien démoralisaient ceux qui avaient du mal à comprendre ce qu'on leur disait. Par ailleurs, les matchs de Quidditch de la saison avait déjà débuté et Hermione les suivait de près même si le sport n'était pas sa tasse de thé. Elle avait déjà eu l'occasion de voler sur un balai mais elle ne s'était pas très sentie à l'aise dessus et elle préférait passer son temps à lire et à étudier plutôt que s'élever vers les nuages et profiter d'une vue magnifique de l'environnement.

Elle trouvait que le Quidditch était trop dangereux et elle n'eut pas tort quand elle retrouva Harry à l'infirmerie parce qu'il avait fait une énorme chute à cause d'un Détraqueur qui avait pénétré l'enceinte de l'école. Le Nimbus 2000 du garçon s'était en plus retrouvé en morceaux. Cet épisode lui donna l'envie de faire quelque chose, de se battre contre ces gardiens qui répendaient la glace et le malheur autour d'elles.

De son côté, Hermione commença à revoir ses leçons depuis le début à partir du mois de Janvier afin de préparer ses examens de fin d'année qu'elle tenait toujours à réussir avec le maximum de points. Elle y pensait très souvent et cela la stressait de s'imaginer dans la Grande Salle entrain de passer des épreuves dans un silence de mort. La belle n'envisageait absolument pas la triche mais durant ses moments de peur, elle s'imaginait entrain de remonter le temps et de glisser quelques tuyaux à son autre elle afin qu'elle réussisse là où elle aurait pu échouer. Mais au fond, jamais elle ne ferait cela.

De plus, elle devait déjà subir les questions gênantes de Ron qui se demandait sans cesse comment elle faisait pour assister à tous les cours alors que son emploi du temps ne le lui permettrait normalement pas. Elle tâchait de tout nier et de changer de sujet mais cela ne dissipait pas les soupçons de son ami. D'ailleurs, en parlant de lui, ils enchaînaient jour après jour les disputes à propos de Pattenrond qui s'avérait vouloir faire du mal à Croûtard en permanence. Par moments, ils ne se parlaient plus et s'ignoraient. Seul Harry les obligeait à se rapprocher. Néanmoins, cela n'était qu'une mince partie de leurs réels problèmes.

A Poudlard, si les Détraqueurs constituaient déjà un sujet de conversation quasiment omniprésents chez les étudiants, l'attaque de Sirius Black contre le portrait de la Grosse Dame en créa une toute nouvelle et qui circulait tous les jours dans toutes les maisons. Les professeurs avaient beau tenter de calmer leurs élèves, cela ne taisaient pas les murmures au fond de la classe. Chacun donnait son avis ou commentait la situation. Il était désormais certains que ce criminel voulait signer la mort de Harry.

Ce dernier restait calme mais quelques fois, Hermione le sentait tendu et anxieux. En tant que meilleure amie, il allait de soi qu'elle le réconfortait mais elle aussi ne pouvait pas être très sûre d'elle sur quelque chose qui troublait tout le monde. De plus, comme si leur année n'était pas suffisamment perturbée, le trio avait appris que Hagrid n'avait pas pu remporter son audiance au Ministère et que Buck, son hypogriffe, serait par conséquent condamné à mort pour avoir blessé Malefoy.

Cette triste nouvelle contribua à une baisse de morale, notamment celle du demi-géant qui devait alors être rassuré par nos trois amis. Hermione s'était mise en tête de chercher des livres de droit qui pourraient contenir des lois susceptibles de défendre Buck contre cette sentence injuste. Cela lui nécessita plusieurs jours et même dans la fatigue, elle continuait de chercher tellement cela lui tenait à cœur. Malheureusement, cela ne s'avéra pas efficace et le bourreau préparait déjà le jour où il exécuterait la bête.

Au mois d'Avril, Hermione cessa de suivre les cours de Divination. Entendre Trelawney débiter des absurdités dans ses prédictions l'insupportaient et quand elle lui fit le reproche de ne pas avoir le don de Double vue, ce fut la goutte en trop qui poussa la jeune fille à lui répondre méchamment avant de quitter la salle de classe, furieuse.

C'était la première fois qu'elle se comportait ainsi avec un enseignant mais sur le coup, elle n'avait pas pu se contrôler et de toute manière, elle ne voyait pas en quoi on lui porterait préjudice de cet acte. Elle se débarrassa de toutes ses fiches de révision de Divination et se consacra pleinement aux autres matières qui lui paraissaient d'un coup mille fois plus intéressantes que d'habitude. Débarrassée d'un domaine qu'elle ne maîtrisait pas, Hermione reprit cette confiance que Trelawney lui avait ôté en lui faisant remarquer son arrêt son échec.

L'échec, elle ne pouvait le supporter, c'était comme sombrer au fond du gouffre et subir les mauvais regards et perdre son seul atout qui la maintenait en place au quotidien. Quelques temps après cela, l'exécution de Buck eut enfin lieu pour le plus grand bonheur de Malefoy et du reste de sa bande. Mais cela ne se passa comme il l'avait exactement prévu parce que, prise de toutes sortes d'émotions, Hermione ne résista pas à ses pulsions une fois de plus et le frappa au visage sans se retenir.

Elle étonna derechef ses amis qui ne voyaient plus Hermione comme une simple fille qui se contentait de se taire et d'observer mais qui savait s'imposer quand la situation l'affectait énormément. Cette troisième année fut la révélation de nouvelles facettes chez elle, des facettes qui, jusqu'alors, sommeillaient derrière sa gentillesse et son côté studieux.

Elle ne manqua d'aucun audace et elle dut en faire preuve quand l'apparition du Sinistros les entraîna sous le Saule Cogneur jusqu'à la cabane hurlante où ils rencontrèrent Sirius Black. Il n'avait jamais été ce que les médias prétendaient qu'il était. Jamais il n'avait trahi les parents de Harry et jamais il n'avait eut l'intention de le retrouver pour le tuer. Son seul objectif avait été de mettre fin à la vie du vrai traître de l'histoire, Peter Pettigrow, animagus ayant pris l'apparence du rat de Ron.

Hermione fit également face à une autre vérité ; celle de la vraie nature du professeur Lupin. A vrai dire, elle s'en était doutée depuis un certain moment mais pile à cet instant, elle avait eu la confirmation que ce professeur était un loup garou et qu'il était forcé de prendre une potion avant chaque pleine lune pour ne pas subir sa transformation qui lui donnerait à coups surs des pulsion meurtrières.

Hélas, la situation ne se déroula pas comme nos trois amis auraient voulu que cela se produisent puisque l'intervention de Détraqueurs finit par faire enfermer Black dans une des tours du château en attendant sa condamnation. La seule solution pour le sauver était de dévoiler le secret du Retourneur de Temps à ses amis et l'utiliser pour retourner dans le passé et ainsi changer l'histoire. Dumbledore l'autorisa à agir et elle exécuta ce plan en reculant le temps de trois heures. Elle put sauver le parrain de Harry du baiser mortel du Détraqueur et en même temps, empêcher la mort de Buck.

Cette troisième année se termina donc par l'évasion de Black sur le dos de l'Hypogriffe et d'une meilleure reconstitution de l'histoire de Harry. Celui-ci put mieux comprendre ce qui s'était passé quand il n'était qu'un nourrisson et pourquoi ses parents avaient été tué. Les examens suivirent rapidement ces péripéties et les nerfs de la petite Granger furent à vifs durant cette période où elle craignait tout oublier. Elle ne sortait plus de la salle commune ou alors passait toutes ses journées à la bibliothèque pour accumuler un maximum de savoir sur tous les chapitres qu'elle avait entamé au cours de cette année scolaire.

Pour vaincre son stress et ne plus trop appréhender, elle se répétait que tout allait bien. Tantôt elle avait une totale confiance en elle quand elle récitait des passages de manuel mot pour mot et tantôt, elle perdait cette confiance quand elle se rappelait que les épreuves avaient lieu dans peu de temps. Cela pouvait amuser les autres de la voir dans cet état puisqu'ils savaient pertinemment qu'elle n'avait rien à craindre si ce n'est un Effort Exceptionnel qui viendrait gâcher sa collection d'Optimal.






« J'espère que vous êtes contents de vous. On aurait pu se faire tuer, ou pire, être renvoyés. »
Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor   Sam 6 Oct - 14:17

Tinquiete pas on s'arrangera pour les postes Smile

Le sujet est : Ron et Harry, les deux hommes de sa vie !




Messages : 85
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22
Localisation : Salle commune de Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Née Moldue.
Baguette Magique: 27 Cm, Bois de Vigne et Ventricule de Coeur de Dragon.
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Hermione J. Granger
Gryffondor
MessageSujet: Re: Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor   Dim 14 Oct - 21:05

Test Rp terminé.






« J'espère que vous êtes contents de vous. On aurait pu se faire tuer, ou pire, être renvoyés. »
Messages : 270
Date d'inscription : 23/09/2012
Localisation : Dans son bureau

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Baguette de Sureau, Relique de la Mort
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Albus Dumbledore
Gryffondor
MessageSujet: Re: Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor   Dim 14 Oct - 23:21

Bravo Miss Granger, bienvenue sur Match the Power, vous êtes officiellement validée !




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor   



 

Hermione J. Granger - Elève de Gryffondor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1




 Sujets similaires

-
» Hermione J.Granger [termine]
» Hermione Jean Granger - Miss je-sais-tout [Achevée le 04/03/2014]
» Hermione Jean Granger [En cours]
» [FINI] Hermione J. Granger || "It's rather exciting, breaking the rules!"
» Hermione Jean Granger [Filière générale]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Match the Power :: HRP - Préambule :: Le Choixpeau Magique :: Fiches Validées-




Ihatsuimg src="http://i10.servimg.com/u/f10/17/97/51/36/210.jpg">