AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 


 

You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Auteur
Message
Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Mer 20 Fév - 19:36

You Look So Pretty When You Cry
Samedi 15 Octobre 1994


Dire qu'Harry avait été surpris par la réaction de Draco qui lui avait pris sa baguette pour manipuler dans les airs ce qui devait être le plus massif des trophées de la salle pour le laisse s'abattre sur le crâne de Rusard ce qui eu pour résultante directe, la chute dans l'inconscience du concierge de l'école, était carrément un euphémisme.

En fait, il était littéralement sur le cul, et cela n'avait presque rien à voir avec le fait que le blond ait fait tout cela sans se décoller de lui d'un millimètre et que le moindre de ses mouvements se répercutait indéniablement sur ses fesses qui se frottaient ainsi sur son membre au bord de l'explosion.

Il fallait surtout dire que voir Draco ainsi enfreindre le règlement -et même la loi, ce n'était rien de moins qu'une agression physique- l'excitait à un point hallucinant. Et il était presque sur qu'il avait fait cela pas seulement pour éviter un face à face déroutant avec leur directeur en pleine nuit, mais aussi pour pouvoir continuer ce qu'ils avaient commencé avant d'être ainsi violemment interrompus.

Après avoir récupéré leurs pantalons égarés, Harry suivit Draco qui l'entraîna au dehors, ayant retirer la cape et se retrouvant donc en boxer dans les couloirs, le blond lui suggéra donc de trouver une idée brillante.Harry se rappela donc d'une salle au septième étage dans laquelle il avait pu se dissimuler l'année précédente pour échapper à Rusard en allant à Pré-au-Lard sans autorisation.

Appuyés contre un mur à bout de souffle après avoir courus main dans la main avec Draco pour s'éloigner le plus possible de la salle des trophées, Harry prit le temps de respirer profondément en se massant une côte avant de lui répondre d'une voix qu'il aurait souhaité moins erratique et plus sensuelle.

"Ca tombe bien, j'ai toujours de bonnes idées ! Suis moi on va au septième !"


Il lui prit la main et enlaça leurs doigts avant de l'entraîner en courant vers un passage secret qui menait du troisième au sixième étage. Ensuite, ils leur suffiraient de remettre la cape jusqu'au septième et le tour serait joué ! Trouvant des yeux la trappe cachée sous une tenture près de la fenêtre qui donnait sur le lac, Harry indiqua le tunnel qui grimpait en colimaçon et le laissa passé devant. Choix tactique pour pouvoir admirer à loisir ses petites fesses se mouvoir dans son boxer noir parfaitement ajusté.

Avant qu'il ne s'engage dans l'escalier, Harry l'attrapa vivement par l'épaule et lui vola un baiser enragé avant de le laisser prendre un peu d'avance. La raison pour laquelle ils ne se rhabillaient pas était assez surprenante bien que logique dans un certain sens, mais jamais le Gryffondor aurait cru voir Draco Malfoy déambulé à dix heures du soir en caleçon à travers le château. Comme quoi, tout peut arriver !

"Une fois arrivé au dessus, fait attention, on débouche sur un croisement de deux couloirs. Prends à droite après avoir bien vérifié que personne n'arrive et quand on arrivera à l'armure au coin du mur, attends moi pour mettre la cape. Passe dessous si jamais quelqu'un vient et sinon je te rejoins !"


Harry lui donna ses indications pour ne pas risquer qu'ils se fassent prendre à ce moment fatidique. Il sentait presque sa queue pulsée tellement il avait envie de lui et tant il voulait le prendre maintenant ! Foutu cracmol ! Arrivant au dessus de l'escalier, il laissa Draco passer devant avec sa baguette et la cape alors qu'il suivrait avec leurs vêtements et sa baguette à lui. Dire qu'il laissait le seul héritage de son père entre les mains de Draco Malfoy ... Quelques fois, il aurait du dire les choses à hautes voix pour être sur de réaliser ce que cela signifiait vraiment.

"Si la voie est libre, envoie des lumières bleus avec ta baguette. Si c'est pas bon, envoie des rouges et cache toi sous la cape."


Il attendit quelques secondes après que Draco ce soit enfilé en hors du passage, puis aperçut les clignotements bleus. Il traversa le couloir à sa suite, s'assurant que personne ne patrouillait dans le coin, puis arriva rapidement vers le blond qui l'attendait. Attrapant sa cape, il les enroula dedans avant de reprendre son souffle. Sous la chaleur du tissu, ils étaient l'un contre l'autre et se faisait face. En partageant ainsi l'exiguïté de l'espace et leurs haleines suaves, Harry ne put s'empêcher de glisser une paume dans le cou du blond pour l'attirer contre lui et l'embrasser tendrement.

"Hun ! On y va ? C'est une petite porte à la dérobée sous un tableau de Troll ! On monte l'escalier, on avance un peu dans le couloir et on y sera."


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Mer 20 Fév - 21:41


Comment Harry pouvait-il si bien connaître les moindres recoins secrets du château ? Cela demeurerait un mystère pour lui, mais un mystère qu’il leur sauvait largement la mise au fur et à mesure qu’ils s’éloignaient à l’autre bout du château, probablement là où Rusard ne les trouverait jamais. A vrai dire, même Draco ignorait parfaitement où ils se rendaient, mais il lui faisait confiance. Le brun semblait connaître étrangement les moindres recoins secrets comme sa poche. Et savoir que c’était au dernier étage le rassurait d’autant plus qu’à présent le concierge n’aurait pas la moindre idée de qui chercher et où ! Pour un peu qu’il n’aille pas directement se coucher avec le mal de crâne qu’il risquait d’avoir… Oui, pour le coup le Serpentard y était allé fort, mais pour être honnête cela le faisait bien plus rire qu’autre chose. Et puis sincèrement le voir s’effondrer comme ça depuis le temps qu’il en rêvait… non, il ne le regrettait franchement, pour ne pas porter le concierge dans son cœur ! Bien au contraire, même.

Alors il avait suivit Harry à travers les moindres recoins encore inconnu de sa personne qu’il lui indiquait, avant que le brun ne lui confit sa cape pour lui indiquer quelle serait l’étape suivante. Acquiesçant d’un hochement de la tête, Draco lança un coup d’œil à droite puis à gauche avant de disparaître dans la direction indiquée, longeant les murs avec discrétion en surveillant en même temps que les personnes peints sur les tableaux dormaient paisiblement. Il ne manquerait plus qu’ils se fassent dénoncer par l’un de ces cinglés peint sur une vieille croûte… Ce serait bien leur vaine après tout ce qu’ils venaient d’endurer !

S’arrêtant à la dite intersection entre deux couloirs, Draco pencha discrètement la tête afin de vérifier qu’il n’y avait personne, avant que ses prunelles grises ne se posent sur l’armure dont Harry lui avait parlé, au coin d’un large mur de pierres. S’y dirigeant aussitôt rapidement, il se plaqua contre un mur, près à déployer la cape d’invisibilité sur leurs épaules si jamais quelqu’un venait à se balader dans les environs. Sortant sa baguette de la poche de sa veste noire, il envoya alors le signal bleuté que le brun attendait. Et dire qu’il lui avait confié sa cape… Lui non plus ne devait pas en revenir. Il ne fallait pas croire un seul instant que le blond ne se doutait pas de combien elle pouvait lui être précieuse à ses yeux, bien au contraire-même. C’était là un précieux héritage que lui avait laissé son père, et même s’ils n’avaient pas particulièrement beaucoup d’autres moyens pour progresser dans le château en se faisant discret, rien ne l’obligeait pour autant à la lui confier quelques instants. Regardant le tissu d’un air pensif, Draco releva ses yeux lorsqu’il vit Harry le rejoindre.

Saisissant sa cape, il les dissimula tous deux dessous, retrouvant ainsi cette proximité qu’il leur avait manquée. Echangeant un bref regard pourtant lourd de sous-entendus, le blond sentit sa main se poser dans son cou pour attirer son visage contre le sien. Lui rendant avec tendresse ce baiser qu’il lui offrait, le cœur battant sous l’effet du plaisir et en même temps de l’adrénaline qui parcourait son corps durant leur espèce de partie de cache-cache dans le château, Draco acquiesça d’un hochement de la tête en suivant les instructions du Survivant.

Se dépêchant une nouvelle fois dans les couloirs heureusement déserts, ils montèrent tous deux les escaliers avant d’arriver enfin devant le fameux portrait du Troll situé au fin fond du couloir. Observant la peinture d’un œil intrigué, le blond reconnu la fameuse silhouette du légendaire Barnabas le Follet qui tentait d’apprendre la danse classique à ces monstres. Histoire aussi comique au fond que particulièrement ridicule, mais bien connue du monde des sorciers. Cependant…

« On fait quoi, maintenant ? » Lui demanda-t-il, un peu perdu.

Après tout, pourquoi est-ce qu’Harry l’avait conduit ici ? Ce tableau était-il un nouveau passage secret ? Fallait-il un mot de passe ou quelque chose dans le genre pour pouvoir y pénétrer ? Il n’en avait pas la moindre idée… Et étrangement, Harry semblait tout aussi perplexe.

Lâchant un soupir, Draco analysa la peinture, tentant de voir si à travers la représentation de cette scène il pourrait trouver un quelconque indice. Mais en vain… La seule chose que pouvait encore leur désigner cette peinture était impensable. Ils n’allaient tout de même pas devoir danser le Lac des Cygnes pour pouvoir entrer à l’intérieur, n’est-ce pas…

« Tente de faire des entrechats, on peut toujours voir ce que ça donnera. » Plaisanta Draco dans un léger rire en échangeant un regard amusé avec lui.

Au moins il aurait rit ce soir, ce qui ne lui arrivait pas souvent hormis avec Blaise ! Mais il se sentait tellement bien avec le brun que cela relevait franchement du miracle.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Mer 20 Fév - 22:35


Harry offrit un rictus septique à Draco. D'ordinaire, enfin du moins à chaque fois qu'il s'était trouvé devant ce portrait, il avait trouvé une porte, assez courte et racornie en bois de sapin, et avait pénétré dans une pièce plutôt spacieuse, haute de plafond et qui lui permettait de s'occuper pendant le temps nécessaire à ce que Rusard ou celui qui le poursuivait, déguerpisse. Il se souvint d'en avoir parler avec les jumeaux en se plaignant que la pièce en question n'était pas sur la carte des Maraudeurs et malheureusement -ça devait être un soir de match- il ne se rappelait plus exactement leur réponse.

Un truc un peu alambiqué à propos d'une pièce qui apparaissait quand on avait besoin d'elle et contenait ce qu'on désirait qu'elle contienne. Il se remémorait qu'il avait trouvé l'idée sympathique et avait fait le rapprochement avec la fameuse pièce remplie de bidet que Dumbledore lui avait avoué avoir trouvé une nuit où il avait un besoin pressant. Mais il ne se souvenait plus de la manière de la faire apparaître. Pour lui, elle était là et puis c'était tout. Sauf qu'aujourd'hui, il n'y avait rien sous le tableau.

Lorsque Draco lui demanda ce qu'ils allaient faire, Harry s'approcha du mur et l'effleura de sa main à la recherche d'une poignée cachée. Mais rien ne troubla son toucher et il se caressa le menton avec un air soucieux. Si quelqu'un arrivait à ce moment, ils seraient pris en flagrant délit, et même avec la cape, il leur faudrait des réflexes surhumains pour parvenir à se dissimuler à temps. Même si Rusard était hors service, Harry avait la salle manie d'attirer Snape partout où il allait en enfreignant le règlement. Et ni le blond ni lui ne voulait le croiser dans leur situation.

"Je comprends pas ! Normalement il devrait y avoir une porte, juste là ! C'est absolument dingue, les jumeaux me l'ont assuré : elle apparaît quand on a besoin d'elle. Et là on a en a besoin, je comprends pas pourquoi elle n'est pas là. Peut être parce qu'on est pas directement poursuivi ? Rah mais si seulement je me souvenais de la méthode pour la faire apparaître !"


Harry se mordait presque les doigts tellement il se sentait stupide. L'enthousiasme à l'intérieur de son boxer avait relativement diminué maintenant qu'il avait l'impression d'être le dernier des crétins. Non, non et non, leur soirée ne pouvait pas finir de la sorte, c'était impossible ! Il devait faire apparaître cette foutue porte car il n'y avait pas d'autres solutions plus sures !

Draco fit une plaisanterie en évoquant le tableau, suggérant qu'il lui faudrait danser pour que la pièce s'ouvre. Harry eut envie d'éclater de rire mais l'idée de réveiller la moitié du château par la même l'aida à se retenir. A la place, il afficha un petit sourire amusé. D'un pas léger, il sauta en l'air en échangeant ses pieds, comme pour exécuter un de ses ridicules pas de ballet que regardait souvent la tante Pétunia à la télévision.

"Pas question que je me ridiculise tout seul ! Si je dois danser après le couvre-feu à moitié à poil dans un couloir, autant que tu le fasse avec moi. Tu m'accorde cette danse ? Après tout, faut bien qu'on s'entraîne pour "tu sais quoi" qui peut se produire d'ici quelques années !"


Harry lui envoya un clin d'oeil malin avant de lui offrir son bras. L'entraînant dans une danse aussi surprenante de rythme que d'intensité, il se colla à lui, réveillant son émoi par la même occasion et les fit virevolter dans le couloir en fredonnant une mélodie stupide. Calant un bras autour de sa taille et prenant sa main dans la sienne, Harry compta mentalement les trois temps de la valse même si ses pieds s'emmêlaient considérablement et qu'il devait sans doute avoir la démarche et la grâce d'un gorille.

Au bout de quelques minutes, Harry s'arrêta, la tête lui tournant avec la désagréable impression que le haut était en bas et vice versa. Riant aux éclats, il prit Draco dans ses bras et l'embrassant en le faisant tourner une énième fois avant de le reposer en face de lui. Il était léger comme une plume, s'était assez intriguant. Jetant un regard vers la porte, il constata qu'elle n'était pas apparu avec une moue déçue.

"Ok je prendrais des cours avant notre mariage, promis. Parce que soit j'ai pas été assez gracieux, soit c'est pas ce qu'il faut faire ! Oh mais je suis trop con ! J'avais complètement oublié mais tout est écrit sur la carte. Pourquoi je l'ai pas prise sur moi, c'est pas possible. Accio Carte du Maraudeurs !"


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Jeu 21 Fév - 19:04


Etrangement, Harry sembla réellement surpris de ne pas trouver ce qu’il attendait devant ce mur auquel ils faisaient face. Devaient-ils s’attendre à trouver une porte ou un quelconque passage secret ? Sans le moindre doute au vu de la manière dont le brun passait frénétiquement sa main sur les pierres, dans un mouvement qui laissait transparaître autant sa surprise que son agacement. Le regardant d’un air préoccupé alors que Draco se sentait de plus en plus mal-à-l’aise dans ce couloir dans lequel ils se tenaient tous deux à moitié nu et en proie au regard soudain d’un des portrait qui pourrait se réveiller et les dénoncer au Directeur.

Passant sa main sur son bras avec gêne, le blond inspecta rapidement et avec angoisse le mur dénué d’un quelconque indice qui saurait les aider. A moins que ce tableau en soit un… Se risquant une plaisanterie sur cette dans classique que le héro tentait de faire – et qu’il trouvait franchement totalement ridicule cela dit au passage – un sourire se dessina sur les lèvres du brun qui fut sincèrement amusé par sa réflexion. Un bon point pour lui, ne pouvait-il pas s’empêcher de penser et d’espérer…

Le Gryffondor tenta malgré tout un léger saut qui le fit ricaner non pas de moquerie pour une fois, mais réellement d’un rire sincère qu’il étouffa de sa main, ses nerfs commençant franchement par flancher sous le coup du stress et de la pression. Harry se retourna alors et lui proposa que, quitte à se ridiculiser, ils soient au moins deux sur ce coup, prétextant que ça serait là un bon entraînement pour leur pseudo futur mariage.

« Non merci, sans façon ! C’était juste une vanne mais il est hors de question que tu me vois danser, surtout en caleçon ! » Lui dit-il avec un sourire aussi amusé qu’horrifié.

Mais ne l’entendant pas de cette oreille, Harry le saisit aussi doucement que fermement par la main pour l’attirer vers lui dans un clin d’œil malicieux, commençant quelques pas difficiles en déambulant devant ce foutu mur. Sincèrement, dans l’état où il se trouvait, Draco n’aurait vraiment pas pu s’empêcher de rire si la sensation qu’il éprouvait en sentant ainsi leur corps presque totalement nus pressés l’un contre l’autre et surtout à un endroit disons « stratégique » ne le perturbait pas à ce point. Bon sang, il fallait à tout prix qu’ils trouvent cette salle, où il ne donnerait plus cher de sa santé mentale de plus en plus fragile…

Quel spectacle ça devait être de les voir… Il n’osait même pas y penser. Son sourit s’agrandit toutefois lorsqu’il entendit Harry rire aux éclats d’une voix qui lui réchauffa le cœur. Jamais encore il ne l’avait entendu rire ainsi, et surtout jamais encore il ne l’avait trouvé si beau… Alors sans doute aurait-il eu l’air totalement stupide à le fixer ainsi, mais par chance autant pour sa prestance que pour son âme qui ne demandait plus que cela, Harry s’empara de ses lèvres, l’embrassant avec une avidité qu’il lui rendait avant de le faire tourner, lui arrachant un nouveau rire alors qu’il ne pouvait pas s’empêcher de penser que ce type était sévèrement atteint. Mais pour son plus grand plaisir ce soir !

Regardant à nouveau le mur, une moue pleine de déception figura sur le visage du Gryffondor. Lâchant un soupir las, Draco constata à son tour que rien n’avait changé. Quoi de moins surprenant en même temps… La personne qui avait créée cette pièce et qui ne devait être autre que l’un des quatre grands noms de cette école n’aurait certainement pas eu la mauvaise idée de protéger un lieu pareil s’il existait réellement par un sort aussi stupide. Imaginer ne serait-ce que deux secondes Salazar Serpentard ou Rowena Serdaigle danser la valse tout seul en plein milieu du couloir était une image tellement idiote qu’elle ne lui arrachait même pas l’ombre d’un rictus.

Un léger frisson parcouru son corps fin alors qu’il commençait sérieusement à attraper froid à cause des courants d’air qui filtraient entre les pierres, Draco fronça toutefois les sourcils avec incompréhension lorsqu’Harry lui dit soudainement qu’il aurait dû penser plus tôt à cette option qui leur apporterait la réponse qu’ils attendaient.

« La Carte du Maraudeur ? Qu’est-ce que c’est que ça, encore ? » Lui demanda-t-il, franchement étonné qu’Harry ait l’air de posséder tant d’objets ensorcelés et rares dont il n’avait lui-même jamais entendu parler.

Pourtant, il devait bien être l’un des premiers sorciers dans ce monde à être au courant lorsque quelque chose de rare et de cher existait, non ?
Une vieille carte repliée apparue soudainement entre les mains du brun, qui marmonna d’étranges paroles. Le regardant avec suspicion, le blond ne put s’empêcher d’écarquiller légèrement les yeux lorsqu’il vit apparaître sur le parchemin des inscriptions fines et allongées, avant qu’un grand plan du château et quelques noms n’apparaissent dessus, certains se mettant à bouger.

« Nom d’une vieille chouette déplumée… Où as-tu eu ça ? » Lui demanda-t-il avec stupéfaction, avant de pointer soudainement un paragraphe inscrit sur le côté dans une écriture moins élégante qui dénotait avec l’autre. Certainement quelqu’un y avait-il fait quelques annotations…

« Là ! Ca parle de la Salle sur Demande, regarde. Passer trois fois devant le tableau représentant Barnabas le Follet et ses trolls, en pensant précisément à cette salle que l’on désire voir apparaître. Sa porte apparaîtra alors… »

Echangeant alors un regard entendu avec Harry, Draco ne put s’empêcher de sentir à nouveau son cœur se mettre à battre d’un rythme soutenu en sachant enfin ce qui les attendrait.
Marchant tous deux devant le mur en fermant les paupières pour se concentrer, ils firent leur dernière allée et venue lorsque tout à coup une magnifique porte de bois sculpté apparu sous leurs yeux qu’ils ouvraient lentement.

« On y est… » Lâcha-t-il presque dans un murmure en croisant dès lors son regard.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Jeu 21 Fév - 20:14


Après avoir invoqué la carte, Harry prononça la formule dès qu'elle atterrit dans ses mains. Une chance que le dortoir des Gryffondor soit tout proche du septième étage, car son sortilège ne s'était pas perdu dans les couloirs et ça lui avait évité d'être totalement ridicule devant Draco après le nombre important de fiascos de la soirée. Il déplia donc la carte sous l'oeil intéressé et intrigué du blond.

Effectivement, ses souvenirs étaient exacts, les jumeaux avaient bel et bien dissimulé un indice au niveau de la Salle sur Demande. Harry fut assez amusé par son petit personnage qui était tout près de celui de Draco où flottait leurs deux noms calligraphiés. Il lança un sourire au blond avant de lui expliquer en quoi consistait la carte car il avait l'air vraiment surpris du fonctionnement de l'objet magique.

"C'est une carte magique du château où sont répertoriés tous les lieux, passages secrets et plein d'autres trucs utiles pour se promener discrètement où on veut. On voit aussi des petits bonhommes qui représentent les élèves, les professeurs, n'importe qui, avec les noms à côté, comme là, et là, tu vois c'est nous ! C'est mon père et ses trois copains qui l'ont créé quand ils sont devenus Animagus, tu te souviens, je t'en avais déjà parlé. Avant moi, c'était les jumeaux Weasley qui l'avait et il me l'ont donné l'année dernière quand j'ai appris que Sirius Black était mon parrain !"


Lisant les instructions en même temps que Draco, il hocha la tête. Très bien, il fallait passer trois fois devant le pan de mur pour faire apparaître la porte. Harry sourit franchement en échangeant un regard plein d'émotion avec le blond. Enfin, ils allaient pouvoir épancher leur soif de plaisir et soulager le désir qui commençait à peser lourdement dans ses testicules.

Ils passèrent ensemble trois fois devant le mur en pensant chacun à la pièce qu'ils désiraient voir apparaître pour eux. Dès qu'il ouvrit ses paupières, Harry se retrouva devant une immense porte d'acajou finement sculpté. Un peu tremblant et carrément excité, il passa devant Draco et posa sa paume sur la poignée.

"Tu es prêt ? Un, deux ... Trois !"


Il avait poussé le lourd battant avec panache pour leur dévoiler la pièce où ils passeraient la nuit et peut être bien plus encore. C'était magnifique. L'ambiance était tamisée, quelques bougies traînant sur le peu de meubles qui composaient la pièce. Dans le fonds, un petit guéridon en bois et un buffet ouvragé supportaient les candélabres scintillant. Un tapis gigantesque en soie persane s'étendait sur le sol de la salle entièrement ronde.

Les pieds nus, Harry s'avança, la main dans celle de Draco, foulant le tissu en savourant la douceur de son contact avec ses orteils. Au centre de la pièce, imposant, se trouvait un lit à baldaquin aux tentures brocardées rouges et argent, et aux draps de satin vert et or, parsemé d'oreillers de velours brodés d'un lion et d'un serpent enlacés. Le plafond haut n'était même pas perceptible et une unique fenêtre laissait s'introduire quelques rayons opalescent de lune.

Alors qu'il contemplait la pièce en posant son regard sur chaque détail, Harry la trouva relativement épuré. A cet instant, lorsqu'il s'approchait du lit avec la ferme attention de se débarrasser de sa baguette, sa carte, sa cape et ses vêtements, un meuble pied de lit apparu avec son assise en tissu brodé. Satisfait, Harry déposa ses affaires avant de se tourner vers Draco avec qui il échangea un regard où se consumait la flamme du désir.

Avec un sourire coquin, Harry l'entraîna vers le lit en l'attirant dans ses bras, le faisant tombé sur lui après s'être abandonné sur le matelas moelleux. Il lui arracha un baiser fougueux et passionné en glissant ses bras dans son dos pour le serrer contre lui. Le brun écarta les jambes pour laisser Draco se lover entre ses cuisses, savourant le contact retrouvé de son membre gonflé contre le sien.

"Alors, où en étions nous, mon petit Dragon ?"


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Jeu 21 Fév - 21:55


Apprendre encore autant de choses sur son père et à présent que Sirius Black lui-même était son parrain le laissa sans voix. Ainsi, ils avaient en quelques sortes un être commun dans la famille, même si en aucun cas le sang ne les liais. Et à vrai dire, jamais Draco n’avait eu le loisir de connaître Sirius qui était considéré dans sa famille comme n’étant rien de moins ni de plus qu’un paria et qu’un traître à leur sang et à leur noblesse. Mais là où sa surprise fut à son comble, fut lorsqu’une magnifique et lourde porte en bois finement sculpté apparu contre le mur encore vierge il y a quelques secondes. Alors ainsi c’était leur fameuse Salle sur Demande…

Les lèvres légèrement entrouvertes à la fois de surprise et surtout de soulagement, les deux adolescents échangèrent un regard qui en disait long sur ce qu’ils pensaient. Enfin ils pourraient être tous les deux et épancher leur soif d’un désir insatiable en toute sécurité. Posant sa main sur la poignet de la porte, Harry l’ouvrit enfin et pénétra dans la pièce, suivit de près par le blond qui découvrit en même temps que lui les lieux magnifiquement décorés.

L’ambiance qui y régnait apaisait instantanément les tensions qui régnaient en lui de part leur course effrénée et, fallait-il l’avouer, cette situation qui lui plaisait autant que l’angoisse de ce moment le prenait à la gorge. Mais il en avait tellement envie… Après tout, il était bien normal de stresser, non ? Il ne l’avait jamais fait, et son partenaire était loin d’être n’importe qui : non seulement un homme, mais qui plus est son ancien pire ennemi. Il y avait de quoi ne pas être parfaitement à l’aise, n’est-ce pas ? Mais par-dessus tout, ce besoin qui l’animait avec vivacité surpassait cette peur qu’il possédait. Il savait quels sentiments il possédait pour le Gryffondor, et en cela quelque chose en lui le poussait à vouloir ardemment franchir ce pas que le brun semblait lui-même prêt à commettre. Restait à savoir si leurs sentiments étaient partagés, mais cela il ne pouvait pas le deviner, et encore moins le lui demander pour le moment. Les choses évolueraient certainement avec le temps, qui sait. De toute manière une chose était certaine : si Harry n’en avait rien à faire de lui, il ne serait pas dans cette pièce à cet instant-même, et dans un tel… état physique, dirons-nous.

S’avançant lentement dans la pièce qu’il découvrait pour la première fois du regard, ses prunelles hématite se posèrent tantôt sur les bougies qui éclairaient les lieux avec douceur, tantôt sur chaque détails de cette pièce qui la rendait incroyablement chaleureuse. Il y avait là tout ce qu’il leur fallait pour passer un magnifique moment…
La main d’Harry se glissa alors dans la sienne, le tirant doucement de sa contemplation. L’emmenant avec lui vers le centre de la pièce où se trouvait un large lit dont les baldaquins faisaient régner une intimité toute particulière, les quelques rayons de la lune glissaient sur leur corps pour les éclairer faiblement de sa douceur laiteuse.

Un petit meuble au pied du lit apparu soudainement, permettant ainsi au brun de poser enfin leurs affaires à l’intérieur. Le scrutant d’un regard aussi doux que plein de désir, Draco resta ainsi silencieux, son regard glissant sans qu’il ne puisse le refreiner sur son corps qu’il découvrait véritablement avec délectation. Ses muscles étaient finement dessinés dans une carrure légèrement plus large que la sienne, et réellement bien bâtie. Et lorsque celui-ci se retourna pour lui faire face, le blond plongea une nouvelle fois son regard dans l’océan d’émeraudes du sien, alors qu’il sentit presque aussitôt son cœur et sa respiration reprendre un rythme soutenu qu’il ne pouvait contrôler mais seulement dissimuler en essayant de se calmer. Seulement dans l’un comme dans l’autre un désir ardant et manifeste les consumait, qu’ils ne pouvaient tous deux ignorer. Et d’ailleurs, ils ne le voulaient même pas, ayant enfin parfaitement conscience qu’ils étaient inextricablement attiré par l’autre depuis tout ce temps.

Dans un sourire aussi malicieux que séducteur que Draco ne lui connaissait pas mais découvrait avec ravissement, Harry l’attira alors avec lui sur le lit, se laissant tomber contre son épaisseur extrêmement moelleuse. Draco au-dessus de lui, il glissa alors ses mains contre son dos, le corps du Serpentard se laissant aussitôt se plaquer doucement contre le sien avant que leurs lèvres ne se rencontrent une nouvelle fois avec langueur et une excitation qu’ils ne pouvaient plus refreiner. Ecartant ses jambes pour laisser à Draco le loisir de s’allonger pleinement contre lui, le blond sentit son souffle s’accélérer d’autant plus que leur intimité se touchait pour faire naître un besoin et une chaleur torride au creux de son ventre. Ses mains fines et blanches glissant avec fièvre contre son torse avant de s’échouer dans ses cheveux bruns en bataille, leurs lèvres se séparèrent un instant lorsqu’Harry lui demanda avec ironie où ils en étaient.

Un sourire aux lèvres qui en disait long, le blond contempla quelques secondes son visage, laissant la pulpe de son index en parcourir dans un effleurement aérien les contours avant de glisser sur sa cicatrice en forme d’éclair. Puis descendant le long de son cou puis de sa clavicule tandis que ses lèvres embrassaient avec une lenteur torride la moindre parcelle de son cou, le blond continua de mener ses doigts le long de son torse, avant de passer sur son nombril et de s’arrêter à son boxer.

Là, il s’arrêta un instant bref instant pour lui murmurer dans le creux de l’oreille d’une voix suave :

« Je crois bien que j’en ai une petite idée… » Lâcha-t-il dans un murmure.

Déposant pour un léger mais néanmoins tendre baiser ses lèvres sur les siennes, le Serpentard se plaça à califourchon au-dessus de lui, puis posa ses mains sur le boxer d’Harry qu’il descendit alors le long de ses jambes dans une lenteur électrisante pour eux deux, découvrant ainsi son sexe tendu. Un sourire mutin toujours sur les lèvres, il fit enfin descendre le sien, dégageant cette dernière barrière de tissue devenue bien trop insupportable à son goût, se retrouvant ainsi tous les deux entièrement nus devant l’autre, avant qu’il ne se colle à nouveau contre lui pour l’embrasser avec une fièvre qu’il ne contenait plus.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Ven 22 Fév - 13:38


Harry savourait la douce et aérienne caresse des doigts de Draco le long de son torse alors que sa bouche veloutée papillonnait dans son cou avec délice. Il était au paradis ! Soutenant sa prise dans son dos en laissant ses paumes descendre jusqu'à la courbe charnue de ses fesses, Harry ne put s'empêcher de sourire lorsque Draco vint lui chuchoter qu'il avait une idée avant de l'embrasser avec fièvre. Il laissa donc son petit Dragon faire, suivant d'un regard lubrique le parcours de ses mains contre son ventre avant qu'elles ne s'agrippent à son boxer, l'air déterminé à s'en débarrasser.

Alors que le blond se redressait, rompant un instant cette fusion de leurs corps qui rendait Harry complètement fou, il s'affaira à retirer la barrière de tissu qui cachait encore son membre tendu. Le brun qui frémissait sous les doigts de Draco, se sentit libéré d'un poids énorme lorsqu'il vit atterrir son boxer sur le tapis persan et l'excitation qu'il ressentait à cet instant ne fut que décupler quand le blond envoya son propre boxer rejoindre l'autre sur le tapis avant de se blottir sur lui comme un petit chat.

Enfin ils étaient nus l'un contre l'autre, découvrant pour la première fois leurs corps entiers. Ivre de caresses, Harry ravit les lèvres du blond avec avidité avant d'échanger leur place d'un mouvement du bassin. Il se retrouvait sur Draco, profitant de sa position pour l'admirer, son visage rougissant et ses cheveux blonds délicieusement en bataille. Il était tellement magnifique. Pris d'une sensation de vertige et de jubilation mêlés, Harry encadra les joues de Draco de ses paumes, caressant doucement la peau diaphane au dessus de ses pommettes.

"Tu sais quoi Draco, tu es terriblement sexy ce soir. J'avais jamais remarqué combien tu étais craquant !"


De ses pouces, il caressa ses lèvres avant d'y poser sa bouche en fermant les yeux. C'était tellement agréable de se sentir si proche de lui, rien de ce qu'il avait connu avant cela ressemblait à ce qu'il vivait avec Draco. La chaleur dans son ventre envahit bientôt tout son être, s'insinuant dans ses veines comme un poison chavirant et corrosif. Il se sentait consumer de l'intérieur et n'avait qu'une seule envie, ne faire qu'un avec le blond, se plonger à corps perdu dans son odeur, ses baisers, ses caresses pour oublier tout le reste.

Glissant sa paume le long de sa joue, Harry descendit jusqu'à sa mâchoire, sa gorge, sa clavicule, effleura son torse et se perdit dans son flanc. Sa peau était enivrante de douceur et alors qu'il perdait son nez dans son cou, humant délicatement la fragrance de ses cheveux en le couvrant de baisers, Harry remonta la cuisse de Draco contre lui pour l'inciter à enlacer sa taille de ses jambes. Il ondula contre lui en se concentrant sur son oreille, attisant son désir tout en maîtrisant ce qu'il voulait prendre et donner.

Sentant leurs deux membres se frotter l'un contre l'autre et guidant chaque effleurement d'un mouvement des reins contre Draco, le Gryffondor dévorait sa gorge, aspirant doucement la peau entre ses lèvres pour la marquer de violet. Harry avait cette possessivité à l'égard du blond qui le poussait à montrer qu'il lui appartenait, car après cette nuit, il lui appartiendrait définitivement car il serait son premier. Laissant ses paumes courir sur la peau de ses hanches, Harry finit par en glisser une entre eux pour saisir la queue de Draco entre ses doigts.

Il roula sur le côté pour se coucher près du blond alors qu'il commençait un doux va et vient qui lui rappela leur dernière rencontre et leur dernier dérapage. Harry craignait qu'une fois encore, Draco ne parte lorsque les choses deviendraient plus sérieuse, mais il laissait cette angoisse de côté pour se concentrer sur son oeuvre. Il sentait frémir le blond sous ses doigts alors que son autre bras l'enlacer fermement pour le maintenir contre lui.

Front contre front, Harry quitta quelques instants son office des yeux pour échanger un regard plein de désir avec le blond. Les paupières mi-closes, il semblait s'évader au pays du plaisir et de la volupté quand le brun posa ses lèvres sur les siennes pour lui arracher un baiser torride. Oui cette fois, c'était différent, cette fois, il en était persuadé, Draco ne partirait pas !

Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Sam 23 Fév - 9:49


Un soupir d’extase s’échappa de ses lèvres lorsqu’il sentit son dos rencontrer le revêtement doux et le contact moelleux de l’épais matelas, Harry venant d’échanger leurs positions d’un mouvement de hanches dont la sensation contre son corps aurait éternellement put le damner. La vision de son corps nu qui se mouvait contre le sien le rendait fou de lui et de ce besoin irrépressible qu’il avait à tant désirer que ce moment s’éternise en même temps qu’il savait qu’il ne pourrait plus résister longtemps. Alors il se souvint de ces bribes de paroles que lui avaient prononcées Blaise, lui contant qu’aimer un homme s’était également vouloir le posséder en même temps que de sentir son corps dans le sien. Et c’était en ce moment-même ce que Draco souhaitait plus que tout : que le brun ne fasse plus qu’un avec lui, qu’il le pénètre en même temps qu’il lui appartiendrait tout autant que cette marque violacée qu’il apposait sur son cou le faisait déjà vibrer par cette sensation. Le blond s’était toujours voulu être au-dessus de toute chose, le seul maître de cette école et d’une génération qu’il saurait dominer d’un gant de soie et d’une main de fer comme son père et ses ancêtres avant lui l’avaient fait. Mais face à Harry, il avait l’impression d’être un autre homme. Plus fragile, plus humain même, et surtout doté d’autres aspirations que celle de se montrer surpuissant. Non, avec lui et pour la première fois, alors que ce qui avait auparavant rythmé leurs précédents échanges ne se résumait qu’à une démonstration de pouvoir, il avait pour la première fois l’impression d’être investi de ce qui lui avait manqué pendant quatorze années : de l’amour. Dire qu’Harry en avait pour lui serait bien trop prématuré, mais il savait quant à sa propre personne que c’était le cas. Il aimait ce mec, c’était clair comme de l’eau de roche…

Alors également pour la première fois, il se sentait pleinement heureux. Sensation décuplée lorsque le brun apposa avec douceur ses deux mains plus larges et plus colorées que les siennes de chaque côté de son visage, le toisant d’un regard qui ne faisait qu’augmenter les battements irréfreinés de son cœur qui battait pour cet autre. Un doux sourire se dessina sur ses fines lèvres alors qu’il plongeait son regard dans le vert magnifique du sien, sentant sur ses pommettes la caresse tendre de ses doigts chauds. Et lorsque sa voix retentit à son oreille pour lui dire combien il le trouvait beau alors que jamais encore il n’avait eu le loisir de s’en apercevoir alors que seule la haine les avait animés l’un contre l’autre, son sourire redoubla. Glissant doucement ses doigts de chaque côté de son torse en les remontant lentement jusqu’à ses épaules autour desquelles il passait ses mains, un doux rire fendit ses lèvres lorsqu’il lui dit en plaisantant au début avec légèreté :

« Jamais, c’est vrai ? Moi non plus je ne l’avais jamais remarqué, Harry. Surtout tes yeux… » Lui dit-il en menant doucement la pulpe de ses doigts sur son visage à la peau si douce, découvrant véritablement et pleinement l’éclat réel de son regard que lui avaient autrefois dissimulées ses lunettes.

Fermant brièvement les paupières lorsqu’il sentit ses doigts caresser ses lèvres qui ne demandaient plus qu’à rejoindre les siennes pour les embrasser une nouvelle fois de toute son âme, se fut avec une réelle délivrance qu’Harry exauça son souhait silencieux et informulé en sentant sa main descendre le long du dessin de ses courbes et de son corps avant de plonger ses lèvres dans son cou qu’il embrassait de part en part en glissant sa main derrière sa cuisse pour la remonter contre lui, leur sexe se caressant alors un peu plus, éveillant en lui une myriade de sensations toutes plus indescriptibles les unes que les autres tant il n’avait jamais rien vécu d’aussi bon.

Ecartant un peu plus ses jambes qu’il passa autour de sa taille, le dos du blond se cambra un peu plus encore pour se plaquer contre le sien tandis qu’il mettait la tête en arrière, enivré par ses baisers terriblement ensorcelants qui lui arrachaient un gémissement d’un plaisir non contenu. Ses mains parcouraient avec avidité son dos dans de tendres caresses qui traduisaient toute son excitation, tandis que de son bassin il accompagnait naturellement ses moindres va-et-vient qui enflammaient son être de part en part.

Mais lorsque sa main se saisit de son sexe pour commencer à exercer des mouvements doux et lents dessus, les lèvres de Draco s’entrouvrirent un peu plus pour laisser un soupir chaud et tremblant s’en extraire, alors qu’il commençait de plus en plus à perdre le nord à cause de toutes ces sensations terriblement excitantes et délicieuses dont il ne se serait jamais lassé. L’autre bras d’Harry le maintenait contre lui tandis que leurs deux fronts l’un contre l’autre ne perdaient pas le moindre instant leur contact, le blond se pressa un peu plus contre lui, fermant les yeux pendant qu’il essayait de maintenir le contrôle de sa respiration, en vain. Malgré tout, le Serpentard pouvait ressentir cette appréhension émaner de l’adolescent dont les mêmes souvenirs remontaient sans le moindre doute à sa mémoire. Mais désireux de lui prouver que cette fois il ne le fuirait absolument pas, et qu’au contraire rien n’aurait pu l’éloigner de lui, Draco ouvrit les yeux pour échanger un regard qui en disait long sur le plaisir qu’il prenait dans ses bras. Et entourant son cou de ses bras, il s’approcha un peu plus encore de lui pour sentir à nouveau le contact de son corps entier et dénudé contre le sien.

Là, Harry ravit à nouveau ses lèvres dans un baiser follement torride que le blond lui rendait au centuple, glissant avec fièvre l’une de ses mains dans ses cheveux bruns tandis que l’autre parcourait son dos puis la courbe de ses reins avant de glisser sur ses fesses rondes et fermes. Se sentant de plus en plus au bord de cet orgasme qui le guettait, Draco posa sa main sur celle d’Harry qui continuait ses va-et-vient pour l’interrompre à contrecœur certes, mais surtout désireux d’une autre qui le satisferait bien plus.

Glissant ses deux mains dans les siennes qu’il écartait pour les plaquer contre le matelas, Draco grimpa à nouveau à califourchon au-dessus de lui, avant de l’embrasser langoureusement, laissant ensuite sa langue glisser sur le dessin de ses lèvres. Puis menant les siennes près de son oreille, il murmura dans le creux de celle-ci :

« Je ne peux plus attendre, Harry… » Lui lâcha-t-il dans un murmure essoufflé par cette excitation qui le rongeait de l’intérieur en même temps que son cœur semblait être au bord de l’implosion, alors qu’il plaquait un peu plus son bas-ventre contre le sien en ressentant le membre du brun s’appuyer d’autant plus contre lui.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Lun 25 Fév - 1:04


Harry fut bientôt arrêté dans son mouvement qui s'accélérait à mesure qu'il sentait monter le plaisir du blond qui se cambrait contre lui, son visage tordu de plaisir aux paupières closes l'enchantant autant que les doux gémissements qui s'échappaient de ses lèvres rosées. C'était frustrant mais en même temps, il voulait autant que Draco qui venait de le lui réclamer, le prendre et se sentir furieusement entraîner dans une spirale infernale de plaisir et de passion qu'ils ne partageraient qu'ensemble.

Le brun sentit les doigts de Draco s'entrelacer avec les siens alors que son bassin se collait contre lui pour le chevaucher à nouveau avec fougue. Ses cuisses se serraient contre sa taille et le blond ondulait avec fièvre sur lui en lui susurrant combien il le désirait à cet instant. Harry était possédé par le désir et il pouvait à peine se contrôler. Cette impétuosité toute nouvelle qui tordait son ventre avec délice le dominait autant qu'il voulait dominer Draco en se montrant tentateur et maître de sa damnation.

Le Gryffondor attendit que son petit Dragon assouvisse son besoin de contact avant de reprendre les rennes. Il enroula ses bras autour de sa taille et l'attrapa par les hanches avant de le retourner brusquement pour le plaquer contre le matelas. Prenant appui sur ses avant-bras, il se mit au dessus de lui avec une expression carnassière teintée de l'appétit et de l'avidité qu'il avait à l'idée d'enfin le posséder. Harry glissa un genou entre les jambes du blond pour se blottir entre ses cuisses et retrouver le contact rassurant de son sexe en érection.

Il remua son bassin lascivement en l'effleurant de plus bel en ravissant les lèvres de Draco avec la fièvre qui le consumait de l'intérieur. Harry se sentait pris d'une vague de chaleur qui brûlait dans ses reins et il dut se retenir de ne pas retourner vivement son Serpentard pour se déhancher avec vigueur et lui donner enfin le plaisir qu'il désirait si ardemment. Mais il ne voulait pas brusquer les choses alors qu'ils étaient si proches de partager l'instant suprême l'un avec l'autre. Harry devait se maîtriser encore quelques instants pour que Draco se souvienne de cette nuit à jamais.

Quittant le velouté de ses lèvres avec un regret compensé par l'excitation que lui procurait ce qu'il s'apprêtait à faire, Harry se laissa glisser le long du corps pâle et diaphane, savourant du bout de sa langue chaque courbe qui passait à sa portée, s'égarant de la clavicule fine à l'arc de son pectoral, contournant son ventre plat et le relief de son bassin avant de se perdre dans une toison dorée qui chatouilla son menton. Il releva les yeux pour plonger son regard dans celui de Draco, captant dans son visage l'appréhension mais le désir tenace quant à ce qu'il voulait faire.

Sentant pulser contre sa gorge le membre de Draco, Harry fut détourner de ses prunelles d'acier et il se concentra sur son objectif premier. Il laissa d'abord son souffle courir sur toute sa longueur avant d'en approcher sa bouche pour y déposer de tendres et légers baisers. De la base au bout, il y fit ensuite remonter sa langue avec langueur alors qu'il sentait Draco vibrer sous lui. Puis après quelques minutes à tourner doucement autour du but, Harry finit par prendre totalement en bouche le sexe du blond.

Ses va-et-vient lascifs s'accélérèrent jusqu'à ce qu'il le sente à nouveau se tendre contre son palais. Harry retira alors ses lèvres pour les laisser aller jusqu'à ses bourses, glissant sur la peau fine et plissée du plat de sa langue pour rejoindre son intimité. Il lécha longuement l'anneau de chaire rosée jusqu'à le sentir se détendre sous ses lèvres. Incapable de se retenir plus longtemps, il remonta brusquement jusqu'au visage de Draco pour ravir sa bouche en pressant sa nuque contre lui. Plaquant son front contre le sien, il articula à peine d'une voix brûlante :

"Quoi qu'il arrive maintenant, Draco, tu m'auras toujours dans la peau ..."


Remontant ses jambes sur son ventre, Harry cala ses avant-bras sous les cuisses du blond. Il voulait y aller doucement, persuader que le moment serait plus beau encore s'il évitait à Draco la douleur du premier rapport. Le Gryffondor s'approcha et pressa son sexe contre son entrée. Lentement, il s'introduisit en lui jusqu'à sentir que le blond se détende. Il n'osait pas bouger de peur que son petit Dragon ne souffre encore trop pour supporter ses assauts.

Levant les yeux vers lui pour partager ce regard amouraché qu'il n'oublierait jamais, Harry était complètement tendu contre lui, ses muscles bandés n'attendant que de se mettre en activité. Mais il ne voulait pas brusquer les choses et risquer que Draco garde un mauvais souvenir de ce moment qu'il pensait rendre unique et merveilleux. Se penchant pour ravir sa bouche une énième fois puis capturant sa lèvre entre ses dents, Harry le mordit furieusement pour l'entendre une nouvelle fois gémir. Et d'une voix rauque, il lui demanda en espérant entendre la réponse qu'il attendait :

"Draco ... Ca va aller ? C'est bon, tu te sens prêt ?"


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Lun 25 Fév - 20:46


A nouveau, il rencontra la douceur moelleuse du matelas contre son dos, avant de laisser sa main glisser brièvement sur le couvre-lit qu’il empoignait alors que son corps se crispait à la sensation du genou d’Harry qui se plaquait contre son entrejambe. Lui rendant son baiser avec fièvre alors qu’il respirait de plus en plus difficilement, Draco sentait une goutte de sueur glisser le long de son torse alors qu’il avait de plus en plus l’impression de brûler de l’intérieur. Bougeant au rythme des mouvements rapides et ondulants du bassin d’Harry, il adorait cette sensation que rien ni même moindre le moindre millimètre séparait leurs deux corps qui vibraient d’un même rythme anarchique et érotique.

Puis la langue du brun quitta sa compagne, leurs lèvres se séparant à contrecœur avant qu’une sensation plus délicieuse encore ne lui arrache de nouveaux frissons. Glissant sur la moindre courbe de son buste, la langue chaude et sucrée d’Harry descendait le long du dessin fin mais néanmoins musclé de ses muscles. Un léger gémissement s’échappa à nouveau d’entre ses lèvres alors que ses abdominaux se contractaient lorsqu’elle glissa sur son nombril pour descendre plus bas encore. Beaucoup plus bas…

Entrouvrant un peu plus la bouche alors que ses paupières se fermaient de plaisir, il sentit son souffle désordonné parcourir son sexe avant que ça ne soit au tour de ses lèvres qui déposaient des baisers brûlants et doux dessus. Glissant ses mains fines dans ses cheveux foncés en batailles, son dos se cambra un peu plus alors qu’il renversait légèrement la tête en arrière dans un nouveau gémissement. Plus il retardait ce moment alors que le blond l’aurait presque imploré d’en finir, et plus Draco avait tout autant envie de le maudire qu’il prenait un plaisir immense. En réalité, il voulait tout autant passer définitivement à l’acte en même temps qu’il souhaitait le voir de plus en plus retardé pour continuer d’éprouver ce tel délice qu’il adorait tant.

Rien, plus la moindre anxiété ne l’habitait. Il s’en remettait tout autant aux mains et aux corps bienfaisant du Gryffondor qu’il prenait un plaisir immense entre ses bras. Il se sentait si bien auprès de lui qu’il arrivait à peine à y croire. Non, en fait même de ce qui se produisait à cet instant lui semblait improbable. Ce type avait été son ennemi juré, et à présent il devenait son premier, celui avec qui il franchissait cet immense pas en même temps que ses sentiments à son égard se décuplaient encore et encore. Mais il ne fallait rien lui dire, absolument rien, sinon il allait tout gâcher au même titre qu’Harry cette « semi première fois » dans la salle de classe. Sauf que cette fois-là, le brun lui avait simplement dit qu’il le trouvait beau… Si Draco commençait à lui dire qu’il avait des sentiments pour lui, il n’osait même pas imaginer quel carnage ça serait. Ca serait une vraie mauvaise idée, c’était certain. Pour le moment, il voulait simplement profiter de tout ce qu’il lui offrait et le lui rendre.

Quittant son regard du sien tandis que le brun s’affairait à lui apporter ce plaisir innommable de la caresse de sa bouche sur son sexe, Draco fermait les yeux, se laissant transporter par ce plaisir des sens qu’il n’avait encore jamais éprouvé auparavant. Se mordillant la lèvre alors qu’il se trémoussait légèrement tant il se sentait partir dans un autre monde, un ailleurs dont il ne voudrait jamais revenir. Plus ses va-et-vient s’accéléraient, plus des soupirs tremblants de plaisir s’échappaient d’entre ses lèvres, alors qu’il glissait avec fièvre ses mains dans les cheveux du brun, avant que sa langue ne glisse vers son intimité. Dans un nouveau gémissement tremblant, Harry remonta alors pour venir l’embrasser à nouveau. Les mains du Serpentard glissaient sur son dos musclés, ses ongles s’enfonçant légèrement dans sa peau plus colorée que la sienne, avant que la voix d’Harry ne retentisse à son oreille lorsqu’il lui dit qu’à présent, il l’aurait à jamais dans la peau. Oh oui, il ne le savait que trop bien.
Un léger sourire se dessinant sur ses lèvres, Draco lui répondit alors avec plaisir et détermination :

« Je le sais, et je suis loin d’en avoir peur… » Lui dit-il, alors qu’il se sentait de plus en plus impatient, et surtout de plus en plus en manque de cet homme qui l’enivrait.

Son corps battant la chamade, il ne détacha pas un seul instant son regard du sien tandis qu’Harry passait ses bras sous ses cuisses. Se rapprochant alors de lui, Draco sentit son sexe se presser contre son corps à cet endroit qu’il attendait depuis si longtemps à présent. Il était tout autant mort d’impatience qu’il sentait inévitablement une certaine pression l’envahir. Mais il avait confiance en lui, aveuglement à présent, et surtout il le désirait plus qu’il n’avait jamais désiré quiconque, ainsi que ce moment que serait totalement libérateur.

Echangeant tout deux un regard qui en disait long et qui le rendait encore plus dingue de lui, Draco lâcha un nouveau gémissement irréfrénable lorsqu’il le sentit s’introduire tout à coup légèrement en lui avant de s’arrêter pour lui éviter toute douleur. Ses muscles crispés, Draco bougea légèrement pour s’installer un peu mieux, et attendit de bref secondes pour se détendre pleinement avant de lui dire avec tentation :

« Prêt. Je n’attends plus que ça… » Lui dit-il.

Alors il le sentit le pénétrer un peu plus. Son bassin se mouvant contre lui, le blond empoigna à nouveau fermement le couvre-lit, se tordant de plaisir alors que les premières douleurs étrangement peu dérangeantes s’évanouissaient au fur et à mesure que le plaisir s’insinuait plus que jamais en lui. Caressant alors son dos, ses ongles s’enfoncèrent légèrement dans sa peau alors que son cœur battait plus que jamais encore, se sentant au bord de l’explosion.

« Ne t’arrête pas… » Lui murmura-t-il entre deux gémissements.



Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Mar 26 Fév - 0:43


Draco n'eut pas besoin de lui dire deux fois pour qu'Harry libère la tension qu'il retenait au fond de ses entrailles pour ne pas laisser se répandre la faim insatiable qu'il avait de lui. Mais maintenant plus rien ne l'empêchait d'assouvir son désir. Le blond tremblait sous ses doigts et malgré qu'il lui ait dit combien il le voulait autant que lui, Harry devinait de l'anxiété dans ces traits.

Mais ce n'était pas vraiment de la peur ni même de l'angoisse, non juste une appréhension tout ce qu'il y avait de plus naturel qui s'effaçait derrière l'envie irrépressible qui transpirait de chaque pore de sa peau. L'expression de son visage et la flamme qui se brûlait dans son regard d'acier qui se muait en deux lacs de mercure en fusion laissait deviner qu'il avait confiance en lui, et pour Harry, c'était le plus important.

Le besoin qu'avait le Gryffondor de vouloir faire plaisir à Draco, de lui offrir ce qu'il désirait, de lui faire du bien était encore plus important à ses yeux que sa propre satisfaction. Il n'aurait jamais songé placer cette priorité au dessus de tout mais c'était le cas à présent et ce n'était pas vraiment le temps de penser à cela. A cet instant, il se sentit envahi d'une vague d'angoisse qui le fit chavirer.

S'il n'avait pas croiser son regard à ce moment, surement que la peur aurait grandi dans son ventre et qu'il se serait laisser submerger et la panique aurait dominé ses nerfs. Mais tout dans le sourire de Draco à cet instant lui donna envie de se surpasser pour lui et d'oublier la crainte de mal s'y prendre, de ne pas être à la hauteur ou tout simplement de se laisser embarquer sérieusement dans cette histoire avec le blond.

Harry glissa ses lèvres sur celles du blond en le pénétrant profondément. Un coup de rein lascif, et il se retira lentement pour le reprendre une nouvelle fois. La lenteur de rigueur au début se mua bientôt en une vigueur lancinante. Se déhanchant complètement, le brun se perdait en lui à chaque mouvement de bassin, s'oubliant dans la moiteur enivrante de ses cuisses.

Les sensations qu'il ressentait étaient surréalistes. L'étroitesse de son cul l'enserrait avec délice, propageant sa chaleur humide dans tout son corps. L'effort faisait battre son coeur beaucoup trop vite et son souffle erratique s'échappait de sa bouche entrouverte en une buée brûlante qui caressait tantôt les joues, tantôt la gorge de Draco. Harry sentait tressaillir chacun de ses nerfs qui vibraient de soubresauts à chaque fois qu'il sentait son sexe profondément en lui.

Le Gryffondor oubliait tout. Où il était, ce qu'il faisait, le but même de son existence se résumait à présent en Draco qui remuait contre lui en rythme de ses va-et-vient, le poussant chaque seconde plus proche de l'extase. Harry accélérait à mesure que le temps passait, s'enfonçant profondément en Draco à chaque fois qu'il le pénétrait lascivement.

Des grognements rauques rompirent bientôt le silence de la pièce, rejoint par les grincements du lit sous les assauts brusques du brun. Harry se démena encore davantage, désireux de faire jouir son petit Dragon dans des cris de plaisir. Sentant venir l'instant de la délivrance, il se retira et échangea un regard lubrique en se couchant à ses côtés sur le couvre-lit froissé.

"Viens sur moi Draco ... Je veux te voir jouir ..."


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Mar 26 Fév - 16:46


Ses mouvements s’accéléraient au fur et à mesure, et avec eux toute l’angoisse disparaissait au même titre que la douleur du début qui laissait place à un plaisir jamais goûté auparavant. Ces sensations nouvelles ne pouvaient être égalées par nulle autre, et le blond savait intérieurement que le fait que tout cela se produise avec le Gryffondor en ajoutait amplement à ce qu’il éprouvait. N’importe qui d’autre n’aurait pas pu lui faire ressentir un tel bien-être, une telle excitation et de tels frissons alors qu’il le sentait de plus en plus profondément pénétrer en lui.

Son haleine suave et sucrée lui caressait la peau qui frissonnait alors qu’il avait la sensation que son être tout entier était en feu. Les yeux fermés, ses mains blanches le parcourant avec avidité, la bouche entrouverte pour laisser s’échapper des soupirs d’extase inaudibles par moment entrecoupés par des gémissements qu’il ne pouvait refreiner, entendre et sentir Harry dans un état tout aussi proche de la démence qu’il l’était lui-même en ajoutait encore à tout ce bonheur qu’il vivait dans l’instant présent.

Ne pensant à rien d’autre que ce qu’ils vivaient tous les deux ensemble et plus la première fois, nulle pensée parasite ne le ramenait au souvenir de son père qui serait sans le moindre fou de rage s’il pouvait ne serait-ce que supposer que son propre fils avait échangé un regard autrement qu’haineux avec Harry. Si son imagination était extrêmement poussée, elle n’aurait elle-même jamais suffit à lui faire deviner quel courroux s’abattrait sur lui si qui que ce soit apprenait ce qu’il se produisait à cet instant entre eux, mais qu’importe, au fond ? Comment quelqu’un pourrait le savoir ? Et de toute manière pour le moment il s’en contrefichait royalement. Enfermé dans une bulle de douceur alors que ses sens étaient sur le bord de l’explosion tandis que son dos se cambrait de plus en plus au fur et à mesure qu’il se sentait au bord de l’orgasme dans ses bras, plus rien n’existait autour d’eux. Ni Poudlard, ni les autres sorciers, ni le monde lui-même. Il n’y avait rien, seulement eux et eux seuls, perdus dans ce qu’ils s’étaient créé et que rien ne saurait égaler.

Puis tout à coup, Harry se retira doucement de lui, se laissant tomber sur le matelas à son tour. Logiquement, Draco aurait dû littéralement paniquer en le voyant faire alors qu’ils n’avaient pas encore vécus ce moment fatidique entre eux qu’ils attendaient avec impatience. Alors oui, il aurait dû s’inquiéter, mais le regard que lui adressa Harry à ce moment-là en disait long sur ce qu’il pensait. Non, ils étaient loin d’avoir fini, et non il ne le rejetait absolument pas, bien au contraire-même.

Un sourire en coin se dessina alors sur ses lèvres face à ses yeux d’émeraude empli d’une concupiscence qui suffit instantanément à apaiser ses craintes, lorsque le brun lui demanda d’échanger leur place pour qu’il ait le loisir de le voir prendre tout son plaisir. Se retournant sans quitter le moindre instant son regard, le Serpentard posa ses mains sur le torse luisant de sueur du brun, et l’embrassa à nouveau langoureusement.

Remontant ses mains vers son visage qu’il caressait avec désir, le blond laissa ensuite courir sa langue sur les lèvres rougies d’Harry dans une lenteur électrique et hypnotique, avant de se redresser au-dessus de lui, ne quittant pour rien au monde ses yeux verts qui ne le quittaient pas de regard alors que tous deux en disaient silencieusement long.

Laissant ses doigts glisser le long de son torse puis effleurant son sexe pendant quelques instants, il le tient alors dans sa main avant de se laisser à nouveau glisser dessus pour lui laisser retrouver son intimité à nouveau. Fermant les yeux à cette sensation et ne tenant plus, le blond commença à effectuer de nouveau va-et-vient sur son membre, se redressant sur ses cuisses qui encadraient le corps d’Harry.

Glissant ses mains dans les siennes alors qu’il accélérait de plus en plus le mouvement, se sentant au bord de la jouissance suprême, il attira le Gryffondor contre lui pour l’embrasser à pleine bouche, enroulant ses bras autour de son cou tandis qu’il continuait de vibrer sur lui, totalement enivré et se sentant de plus en plus perdre pied.

Et enfin, il se sentit venir. Détachant ses lèvres des siennes alors qu’il était à bout de souffle, sa bouche s’entrouvrit un peu plus alors qu’il sentait tous ses muscles se tendre tout à coup, son corps tremblant contre lui tandis que s’échappait un dernier gémissement plus fort que les autres. Un liquide chaud se répandant à l’intérieur de lui tandis qu’il sentait Harry dans le même état que lui, il sentit cet orgasme lui parcourir le corps comme si un courant d’électricité envahissait brutalement son être pour un plaisir si intense qu’il n’avait jamais pu connaître jusqu’à lors.

Se sentant soudainement vidé de ses forces, son cœur battant la chamade, Draco se retira et se laissa tomber sur le matelas, respirant avec difficulté et vitesse alors qu’il n’en pouvait tout simplement plus. Cependant un sourire illuminait son visage malgré sa fatigue, et se blottissant contre le brun en fermant les yeux, il lui dit dans un murmure épuisé mais incroyablement heureux :

« Finalement ça valait le coup d’attendre… » Lui dit-il dans un léger rire.


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 244
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 37
Localisation : Poudlard, Gryffondor

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Mêlé
Baguette Magique: Bois de Houx, Plume de Phoenix
Allégeance: Dumbledore et l'Ordre du Phoenix
avatar
Harry J. Potter
Gryffondor
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Mer 27 Fév - 1:50


Harry profita de cet instant de répit pour reprendre son souffle un instant. Sa poitrine montait et descendait en rythme des battements effrénés de son coeur et il eut presque l'impression d'exploser. La tension entre ses jambes était telle qu'un simple effleurement eut été à ses yeux, suffisant pour le faire jouir. Mais il attendait plus qu'un effleurement de Draco qui grimpait à présent sur son torse, serrant sa taille de ses cuisses.

Harry échangea un regard torride et enflammé avec le blond qui vint ravir ses lèvres avec une volupté et une tendresse qui laissait suggérer la passion qui suivrait sans aucun doute dans leurs ébats. Il observa Draco glisser avec sensualité le long de son torse pour caresser du bout des doigts son sexe qu'il prit ensuite dans sa paume avec fermeté.

Cet instant demanda à Harry une concentration extrême car il eut l'impression que ce contact allait le poussée à la jouissance plus tôt qu'il ne l'aurait fallu pour satisfaire son petit Dragon. A grand renfort de respiration et surtout en pensant à des choses absolument indécentes dans cette situation telles que le décolleté de la tante Marge après un dîner arroser chez les Drusley ou encore Percy Weasley en slip kangourou somnambule au milieu du salon du Terrier, le brun réussit à dominer son envie et lorsque Draco se laissa glisser sur lui en pliant les genoux, Harry sut qu'il avait gagné ainsi quelques minutes supplémentaires de va et vient coquins et de déhanchements chaloupés du blond.

Il lui suffit d'ouvrir les yeux et d'admirer Draco au dessus de lui, se mouvant en contractant ses cuisses provoquant ainsi de délicieusement contractions autour de son membre délicieusement enfoui au creux de lui, ses joues rougies, la sueur perlant sur son torse faisant briller la peau laiteuse, ses cheveux d'un blond enivrant complètement en bataille, ses lèvres gonflés et rouges de leurs baisers, pour se retrouver au seul moment qu'il avait toujours voulu vivre, au seul endroit où il avait toujours désiré être.

Harry se sentait tellement bien dans cette position où il pouvait à la fois posséder Draco mais aussi être dominer par lui. Le blond était maître de leur plaisir à présent, libre d'imposer son rythme, de le faire languir ou d'accélérer les choses. C'était ce qu'il voulait aussi, car c'était ce qu'ils partageaient qui rendait ce moment aussi unique et aussi merveilleux. Plus de compétition, plus de rapport de force, juste l'envie viscérale de se faire du bien.

Harry glissa une paume dans celle de Draco, unissant leurs doigts alors que son autre main s'égarait vers le sexe du blond qu'il saisit fermement. Bientôt il imposa à son membre le même traitement que lui même subissait avec délice. Leurs respirations se superposaient leurs coeurs qui battaient à l'unisson. La chaleur diffuse qu'ils provoquaient rendait leurs peaux humides et brûlantes de la passion qui les possédait. C'était parfait, c'était absolument parfait.

Son coeur loupa alors un battement et lorsqu'il échangea avec Draco un regard débordant de cette lueur douceâtre et chaleureuse qu'il ne savait identifier, Harry se sentit emporter par ses sensations. Se contractant de tout son corps, il sentit chacun de ses muscles se tendre avant que de brusques contractions dans son ventre déchargent la tension de son sexe et qu'il explose en Draco. Un feulement rauque s'échappa de ses lèvres alors que ses doigts se crispaient sur le membre du blond et qu'il accélérait le mouvement avant de sentir une pression autour de son sexe et un liquide chaud couler sur son torse.

Les yeux mi-clos parsemé de phosphènes brillants, Harry mit quelques secondes à réaliser que Draco s'était retiré et se tenait à ses côtés, leurs mains toujours unis, en soufflant d'une voix terriblement érotique qu'il avait été si bon d'attendre. Le brun esquissa un sourire bien que son esprit soit encore égarer au pays des sept ciels aux étoiles scintillantes qu'il avait visité avec Draco au moment de l'orgasme. La puissance de sa jouissance avait été sans égale et l'élan qui s'imposa à son coeur dans une myriade de battements anarchiques quand il regarda le blond près de lui, l'effraya aussi profondément qu'il adora ça.

Emporté par cette émotion impétueuse, Harry s'approcha de Draco en roulant sur le côté, et l'enlaça avec force, plaquant son front au sien avant de capturer encore ses lèvres, ivre de leur gout si doux et sucré. Ce baiser avait la fragrance unique du désir assouvi et de la passion partagé. C'était si bon qu'Harry aurait souhaité mourir dans les bras de Draco et s'oublier dans cette chambre pour l'éternité.

Mais la réalité s'imposa bientôt à lui avec une brusquerie saisissante. Perdu dans ses pensées, il ne s'aperçut pas immédiatement que son petit Dragon s'était endormi entre ses bras, blottit contre son torse. Harry écarta de son pouce une mèche de cheveux soyeux qui barrait son visage et l'admira un moment en soupirant doucement. Il était tellement beau, tellement magnifique, tellement désirable. Et il était à lui, tout à lui.

Ce fut à cet instant que Harry réalisa ce qu'il venait de penser. Ses sens avaient été trompé par le visage d'ange et le corps de rêve de ce blond lubrique et tentateur mais celui qui se tenait nu et vulnérable entre ses bras était bel et bien Draco Malfoy. Celui qu'il avait haï avec tellement d'intensité, celui qui s'était amusé à lui pourrir la vie depuis son entrée à Poudlard, celui dont le père avait juré allégeance à l'assassin de ses parents, celui enfin qui redoublait de malice et de ruse pour lui faire du mal. Et pourtant en ce moment, il avait tout oublié car restait dans sa mémoire uniquement les dernières heures qu'ils avaient passées ensemble.

Ensemble. Ce mot était si fort et les images de la citrouille s'imposèrent à Harry avec évidence. C'était ce que le destin avait prévu pour eux, c'était ce qu'il devait arrivé. Lui et Draco, dansant amoureusement leurs alliances brillant à leurs doigts quand leurs amis célébraient leur mariage. Et alors qu'il n'avait jamais réellement pris ce souvenir au sérieux, il lui apparu à cet instant dans toute sa clarté. C'était son avenir. S'il épousait cet homme un jour, c'était qu'il en était tombé amoureux, follement amoureux. Sauf qu'il n'était absolument pas prêt pour cela.

Alors s'éloignant doucement de Draco pour ne pas le réveiller, il sortit du lit et se rendit sur la pointe des pieds jusqu'à ses vêtements qu'il revêtit sans un bruit. Attrapant sa baguette, sa cape et sa carte, Harry passa néanmoins près du blond, remonta la couverture jusqu'à ses épaules pour ne pas qu'il prenne froid et baisa tendrement sa joue encore chaude et moite. Alors qu'il allait sortir, il fit brusquement demi-tour pour ramasser la chemise de Draco qui traînait sur le meuble et la fourra dans sa poche. Avec un regard nostalgique, il quitta finalement la pièce en refermant doucement la porte qui s'effaça du mur à la seconde où il mit un pied dehors.

Un soupire rauque fendit sa gorge et dès qu'il s'éloigna en direction de son dortoir, recouvert de sa cape, il sut qu'il venait de faire la plus grosse erreur de sa vie. Mais il était déjà trop tard pour faire demi-tour. Il sentait le poids du tissu qui déformait sa poche et l'odeur qui s'en dégageait était comme une drogue pour lui à cet instant qui l'appelait pour qu'il y enfouisse son nez en humant délicieusement sa fragrance. A demi-mot, autant pour lui que pour le blond qui dormait paisiblement dans la salle sur demande, Harry murmura :

"Pardonne moi, Draco ..."


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Messages : 173
Date d'inscription : 21/10/2012

Feuille de personnage
Statut du Sang: Sang Pur
Baguette Magique: Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Allégeance: Voldemort et les Mangemorts
avatar
Draco Malfoy
Serpentard
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   Mer 27 Fév - 2:41


Dire qu’il avait passé les plus beaux instants de toute sa vie dans ses bras pourrait semblait mièvre et stupide, mais pourtant c’était sincère. L’esprit apaisé et le cœur vibrant encore sous le coup de leurs ébats fiévreux et si bons, Draco s’était allongé auprès de lui, le corps luisant de sueur alors qu’il était autant à bout de souffle que pleinement heureux comme jamais encore il ne l’avait été. Epuisé, il ne parvenait plus à réfléchir, emporté dans ce tourbillon enivrant qui avait eu raison d’eux et qui les avait conduit dans un nirvana tel qu’il ne l’avait jamais connu jusqu’à lors.

Rien, plus aucune pensée ne venait troubler son esprit, tandis qu’il se sentait lentement glisser dans les profondeurs ténébreuses du sommeil. Loin de tout, de ses doutes, de ses peurs et de ses éternelles préoccupations, il ne réalisait pas encore pleinement ce qu’il s’était passé entre eux. Tout été si fort et si puissant, et en même temps tellement irréel qu’il semblait étrange qu’il ne se soucie guère de tout cela, mais c’était la pure vérité. A cet instant, qu’il soit Harry, un homme ou bien un ennemi, il n’en avait que faire. Et même si le brun était tout autant les trois à la fois, il n’en avait cure. Tout ce qu’il savait, c’était ce que son corps et son cœur lui laissaient entendre : il savait combien il se sentait heureux, combien il n’avait jamais pu connaître cela auparavant d’une quelconque autre manière que ce soit, mais il savait également autre chose : qu’il ne le regretterait pas. Du moins était-ce ce qu’il avait cru au prime abord, en se laissant emporté dans par Morphée et ses bras protecteurs dans le royaume des songes.

Non, à cet instant il ne se doutait pas de ce qu’il se ressentirait dans quelques heures, lorsqu’il s’éveillerait lentement dans ce lit bien trop grand pour lui tout seul. Pour l’instant, rien n’existait autour de lui. Blotti contre le torse du brun, sa respiration avait enfin recouvert un rythme normal et calme, aussi apaisé que l’était son esprit qui ne se souciait plus du pourquoi ni du comment des choses, ni même de savoir ce qu’il ressentait pour Harry. En même temps, ça lui était devenu tellement simple de s’en rendre compte… A moins d’être aveugle ou le dernier des imbéciles, il savait qu’il ne pouvait pas ignorer ce revirement de sentiments qu’il éprouvait à l’égard du Gryffondor. Alors que cela lui paraisse stupide et insensé, vain et déshonorable, illogique voire même écœurant, il savait pertinemment que pour la première fois de sa vie il n’était plus aux commandes. Son âme avait visiblement désirer prendre un chemin radicalement opposé à ce que sa raison lui dictait, et même s’il ne comprenait plus rien à cette histoire, la seule chose qu’il se répétait sans cesse c’était ces quelques mots qu’il avait un jour pu entendre d’un auteur moldus dont il avait pu capter brièvement le nom un soir dans les couloirs, ses paroles prononcées par des élèves et qui lui revenaient en boucle inlassablement : le cœur à ses raisons que la raison ne comprend pas.

Non, il ne comprenait rien à tout cela, à ce qui le poussait à désirer et surtout à aimer Harry, mais il savait tout autant qu’il ne pouvait pas faire autrement. Les choses étaient ainsi faites, et que cela lui chante ou non il n’avait pu que s’y soumettre. Rien de ce qu’il faisait ne lui semblait décent, mais une force invisible et mystérieuse l’avait purement et simplement poussé à lui faire l’amour et à lui rendre tout ce qu’il lui avait offert ce soir-là. Quoique. Dire au fond que cela relevait d’une entité extérieure était sans le moindre doute aussi loin de la vérité que c’était là un prétexte stupide pour justifier une sorte de passivité dans cet acte, mais il n’avait été nullement passif, à aucun instant. Prenant d’Harry ce dont il rêvait depuis des jours et peut-être même plus de temps encore qu’il n’avait pu en avoir conscience, à présent tout ce qu’il savait en fermant les yeux c’était qu’il se laisser aller dans un doux et profond sommeil.

Puis le matin vint enfin. Et enfin, il comprit. Combien il avait été idiot, aveugle, stupide et irréfléchi. Combien il n’était qu’un imbécile profond qui avait pu croire ne serait-ce qu’une seule seconde qu’il aurait pu lui faire confiance. Glissant sa main sur le couvre-lit froissé, il fronça les sourcils lorsque peu à peu il se rendit compte qu’il était nu dans ce lit, et surtout parfaitement seul. Ouvrant les yeux avec angoisse, il parcourut la pièce d’un regard paniqué, avant que ses yeux ne se posent sur ses affaires qui siégeaient à terre. Comme s’il avait toujours été seul. Mais ça n’avait pas été le cas, et Harry avait couché avec lui aussi certainement qu’il était parti sans dire un mot.

A quoi est-ce qu’il s’était attendu, franchement ? A se réveiller à ses côtés ? Allons bon, il n’était pas un de ces pauvres pecnos ou bien une espèce de fille refoulée qui aurait pu s’attendre à quelque chose venant de sa part. Mais était-ce franchement trop demandé que d’avoir de lui ne serait-ce qu’un mot après ce qu’ils avaient vécu ? Etait-ce être beaucoup trop capricieux que d’espérer au moins qu’il le jette durement d’une voix agressive plutôt que de le laisser comme une pauvre bouse de dragon dans cette foutue pièce qui lui donnait cruellement l’envie de vomir à présent ?

Frappant rageusement du poing sur le lit alors qu’il avait l’impression que son cœur allait exploser dans sa poitrine, il avait tout aussi bien conscience de cette immense déception qu’il ressentait qu’il refusait de l’écouter. Non, il s’interdisait de penser le moindre instant que cela aurait pu lui faire du mal. Blessé jusqu’au plus profond de son être, son égo effondré et replié comme une boule de parchemin froissé au fond de son corps qui le dégoûtait à présent, il se leva du lit avec rapidité comme s’il se devait de sortir d’ici le plus rapidement possible. Et c’était le cas, il ne voulait pas y rester une seconde de plus. Le visage crispé de douleur et de rage, il enfila son boxer avec violence ainsi que son pantalon, avant de se retourner sur place dans une colère sombre à la recherche de son haut. Pourquoi lui aurait-il prit ? N'en avait-il déjà pas suffisamment fait pour le ridiculiser ?!

Soulevant avec précipitation tout ce qui se trouvait sous sa main et même les objets les plus improbables sous lesquels il pourrait se trouver, Draco envoya à terre d’un revers rageur de la main toutes les bougies et autres bibelots qui reposaient sur une petite table en bois, avant de la saisir pour la retourner en poussant un grognement d’une colère noire. Ses yeux lui brûlant par cette tristesse qui s’insinuait en lui aussi certainement qu’un raz-de-marée sur une berge un soir de tempête, il attrapa vivement sa veste et sa baguette qu’il glissa à l’intérieur, refermant celle-ci tandis qu’il se sentait horriblement nauséeux.

Sortant précipitamment de la salle qui disparut à jamais derrière lui, seuls les bruit de ses pas et sa respiration saccadée retentissait dans les couloirs encore déserts à cette heure qu’il ne connaissait pas, et ne désirait pas connaître. Les poings serrés, ses ongles s’enfonçant dans la paume de ses mains, Draco se laissa brutalement s’adosser contre un mur à l’angle d’un couloir, avant de glisser contre celui-ci et d’enfouir son visage dans ses bras qu’il repliait contre ses genoux, des larmes de rage s’échappant de ses yeux alors qu’il avait la sensation d’être autant sali que cruellement trahi par celui qu’il continuait malgré tout d’aimer comme un dingue.

« Je te déteste, Potter… Je te déteste !!! » Hurla-t-il dans le creux de ses bras avant que sa voix ne se mut en un sanglot. Le premier de sa vie, qu’il ne put refreiner…


Fiche par ©Yuki Shuhime, ne pas reproduire




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]   



 

You Look So Pretty When You Cry [Draco - Harry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1




 Sujets similaires

-
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» 05. It's a pretty little liars [PV Dakota]
» Cherche minidraco / draco ou dracolosse
» ♪ Pretty Women ♪



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Match the Power :: Poudlard :: Septième Etage :: Salle sur Demande-




Ihatsuimg src="http://i10.servimg.com/u/f10/17/97/51/36/210.jpg">